• En raison de la crise sanitaire liée au Covid-19, nous privilégions la livraison à domicile Colissimo. Le délai de livraison annoncé sera peut-être prolongé de quelques jours, merci de votre compréhension.
      Prenez soin de vous. L'équipe Dieti Natura
Lapacho

Lapacho

Fiche de synthèse

Nom commun Lapacho
Autre(s) nom(s) Pau d’Arco, Ipe Roxo, Taheebo
Nom(s) scientifique(s) Tabebuia impetiginosa, Handroanthus impetiginosus, Tabebuia avellanedae
Famille Bignoniaceae
Origine Amérique du Sud
Partie(s) utilisée(s) Ecorce
Principaux actifs Naphtoquinones (lapachol, désoxylapachol, bêta-lapachone)
Propriété(s) associée(s) Anti-microbien | Stimulant immunitaire | Anti-inflammatoire | Antioxydant

Qu'est-ce que le lapacho ?

Le lapacho est un arbre originaire d’Amérique du Sud. Depuis plus de cinq siècles, son écorce est utilisée à des fins thérapeutiques. Les chercheurs ont identifié des principes actifs naturels uniques : le lapachol, le désoxylapachol et le bêta-lapachone. Le lapacho est utilisé comme antibactérien, anti-fongique, antiviral, anti-inflammatoire, antioxydant et stimulant immunitaire. Il est indiqué dans la prise en charge de nombreux maux dont les infections de la sphère ORL, les inflammations du système uro-génital, les inflammations digestives et la fatigue chronique.

Origine, habitat et culture

Derrière le nom de lapacho, se cache en réalité plusieurs espèces des genres botaniques Tabebuia et Handroanthus. Ces genres botaniques regroupent plus d’une centaine d’espèces qu’il est parfois difficile de distinguer. Aujourd’hui, le nom de lapacho est souvent associé aux espèces Tabebuia impetiginosa, Handroanthus impetiginosus ou Tabebuia avellanedae.

L’usage thérapeutique du lapacho n’est pas nouveau. Les bienfaits de son écorce ont été identifiés il y a plusieurs siècles par des tribus indigènes dont les Incas. L’écorce était récoltée pour être utilisée en décoction. Elle avait pour réputation d’être un remède contre les morsures de serpent et les piqûres d’insectes.

L’utilisation de l’écorce du lapacho s’est progressivement étendue à toute l’Amérique du Sud. Elle fut intégrée à la pharmacopée traditionnelle et associée à un large panel d’indications thérapeutiques. Elle est aujourd’hui réputée pour traiter de nombreux maux dont les infections bactériennes et fongiques, la fièvre, la syphilis, la malaria, la trypanosomiase, les cancers et ses effets secondaires ou encore les troubles digestifs et urinaires.

Origine_lapacho

Le lapacho est un arbre originaire des régions tropicales d’Amérique du Sud. Il pousse à l’état sauvage aussi bien sur les plaines d’Amazonie que sur les hauts plateaux de la Cordillère des Andes. Il est ainsi possible de retrouver cet arbre jusqu’à près de 4000 mètres d’altitude. Il n’existe pas de culture de lapacho. La récolte s’effectue uniquement sur des arbres qui poussent à l’état sauvage, notamment au Brésil, en Argentine, au Paraguay et au Pérou.

Apparence, composition et format

Le lapacho est un arbre qui atteint en moyenne une dizaine de mètres de hauteur. Il présente des feuilles caduques, opposées et de forme ovoïde. Ses fleurs ont une forme de trompette ou de cloche. Elles peuvent être de différentes couleurs : jaune, rose ou pourpre. Il semblerait que le lapacho aux fleurs pourpres soit celui qui présente le plus grand potentiel thérapeutique.

La partie du lapacho employée en phytothérapie est l’écorce interne. Celle-ci est traditionnellement utilisée en décoction. Aujourd’hui, il est également possible de trouver cette écorce en poudre vendue en sachet ou sous la forme de gélules.

Les bienfaits du lapacho sont étroitement liés à sa composition. Ses principes actifs les plus étudiés sont ceux de la famille des naphtoquinones, parmi lesquels figurent :

  • le lapachol ;
  • le désoxylapachol ;
  • le bêta-lapachone.
Apparence_lapacho

Les études ont également mis en évidence la présence d’autres composés bioactifs :

  • des anthraquinones ;
  • des coumarines ;
  • des saponosides ;
  • des flavonoïdes ;
  • des diterpènes ;
  • des glycosides d’iridoïdes ;
  • des phénylpropanoïdes.

Propriétés et effets recherchés

Proprietes_lapacho

Propriétés anti-microbiennes

Le lapacho est réputé pour ses propriétés anti-microbiennes. Il agit comme antibactérien, antifongique, antiviral et antiseptique. Il a notamment démontré son efficacité pour lutter contre les infections à Helicobacter pylori ou aux bactéries du genre Staphylococcus. Dans la pharmacopée d’Amérique du Sud, le lapacho est souvent préconisé pour lutter contre les infections de la sphère ORL comme le rhume ou la bronchite.

Effet anti-inflammatoire

Plusieurs composés du lapacho ont une activité anti-inflammatoire. Ils sont capables d’inhiber l’activité de médiateurs de l’inflammation comme les cytokines pro-inflammatoires, le facteur de nécrose tumorale-alpha (TNFα) et l’interleukine-1-bêta.

Le lapacho peut ainsi présenter un intérêt pour soulager les réactions inflammatoires ou lutter contre les maladies d’origine inflammatoire. Il est traditionnellement employé en cas de troubles inflammatoires au niveau du système uro-génital (prostate, vessie, col de l’utérus) et de l’appareil digestif (intestin, estomac).

Stimulant immunitaire

Le lapacho est considéré comme un stimulant immunitaire. Il est proposé pour renforcer le système immunitaire et soutenir l’organisme en cas de fatigue chronique.

Pouvoir antioxydant

Les chercheurs ont également attribué un pouvoir antioxydant à certains composés du lapacho. Cette activité contribue à protéger l’organisme contre le stress oxydant, un phénomène connu pour provoquer des dommages cellulaires et favoriser le vieillissement prématuré de l’organisme.

Potentiel anti-tumoral

La teneur en naphtoquinones du lapacho semble lui conférer des propriétés anti-cancéreuses. Des études complémentaires sont attendues pour confirmer ce potentiel anti-tumoral.

Dosage et posologie

Posologie_lapacho

Il n’existe à ce jour aucune recommandation spécifique à ce sujet. Les dosages et les posologies préconisées s’appuient essentiellement sur l’usage traditionnel du lapacho. La posologie proposée peut se situer entre 1000 et 1700 mg de poudre par jour.

Ces variations dépendent des besoins de chacun, mais également des différents extraits proposés en supplémentation car tous n’ont pas la même teneur en principes actifs. Au moindre doute, un avis médical est recommandé.

Contre-indication, danger(s) et effet(s) secondaire(s)

Contre-indications : Le lapacho est utilisé à des fins thérapeutiques depuis plus de cinq siècles. Jusqu’à ce jour, aucun danger n’a été relevé. Par mesure de précaution, la prise de lapacho est déconseillée chez les femmes enceintes et allaitantes.

Effets secondaires : A ce jour, aucun effet secondaire majeur n’a été rapporté suite à l’usage de lapacho. Au moindre doute, un avis médical est recommandé.

Informations complémentaires

L’étendue des bienfaits du lapacho n’est pas encore pleinement étudiée. Les résultats d’études complémentaires peuvent venir contredire ou compléter les informations de cette fiche. En cas de doute, il convient de se rapprocher d’un professionnel de santé.

Sources

M. Heinrich, J. Barnes, S. Gibbons, E. M. Williamson, Fundamentals of Pharmacognosy and Phytotherapy E-Book, Elsevier Health Sciences, Avr. 2012, 336 pages.

S. Lacoste, Les plantes qui guérissent: Les secrets de la phytothérapie. À utiliser en tisanes, ampoules, gélules, etc., Éditions Leduc.s, Sept. 2015, 512 pages.

A. Moritz, Timeless Secrets of Health and Rejuvenation, Ener-Chi Wellness Center, 2007, 520 pages.

K. Bone, S. Mills, Principles and Practice of Phytotherapy (Second Edition), Modern Herbal Medicine, 2013, pages 353-961.

EM. Pereira, et al., Tabebuia avellanedae naphthoquinones: activity against methicillin-resistant staphylococcal strains, cytotoxic activity and in vivo dermal irritability analysis, Ann Clin Microbiol Antimicrob, Mars 2006, 5:5.

BS. Park, et al., Antibacterial activity of Tabebuia impetiginosa Martius ex DC (Taheebo) against Helicobacter pylori, J Ethnopharmacol, Avr. 2006, 105(1-2):255-62.

L. Zhang, I. Hasegawa, T. Ohta, Iridoid Esters from Tabebuia avellanedae and Their In Vitro Anti-inflammatory Activities, Planta Med, Janv 2017, 83(1-02):164-171.

R. Inagaki, et al., Synthesis and cytotoxicity on human leukemia cells of furonaphthoquinones isolated from tabebuia plants, Chem Pharm Bull (Tokyo), 2013, 61(6):670-3.

BS. Park, et al., Antioxidant activity and characterization of volatile constituents of Taheebo (Tabebuia impetiginosa Martius ex DC), J Agric Food Chem, Janv. 2003, 51(1):295-300.

JR. Gómez Castellanos, JM. Prieto, M. Heinrich, Red Lapacho (Tabebuia impetiginosa)--a global ethnopharmacological commodity? , J Ethnopharmacol, Janv. 2009, 121(1):1-13.

ML. Queiroz, et al., Comparative studies of the effects of Tabebuia avellanedae bark extract and beta-lapachone on the hematopoietic response of tumour-bearing mice, J Ethnopharmacol, Mai 2008, 117(2):228-35.

M. Shankar Babu, et al., Lapachol inhibits glycolysis in cancer cells by targeting pyruvate kinase M2, PLoS One, Fév. 2018, 13(2):e0191419.

Produit(s) contenant du lapacho

Retour haut de page