• En raison de la crise sanitaire liée au Covid-19, nous privilégions la livraison à domicile Colissimo. Le délai de livraison annoncé sera peut-être prolongé de quelques jours, merci de votre compréhension.
      Prenez soin de vous. L'équipe Dieti Natura
Palmier nain

Palmier nain

Fiche de synthèse

Nom commun Palmier nain
Autre(s) nom(s) Saw-palmetto, Palmier de Floride, Palmier-scie
Nom(s) scientifique(s) Serenoa Repens – Sabal Serrulata
Famille Arecaceae
Origine Sud des Etats-Unis (Floride, Caroline du Nord), Amérique centrale et du Sud
Partie(s) utilisée(s) Fruits (drupes)
Principaux actifs Acides gras et Esters d’acide gras
Propriété(s) associée(s) Traitement de l’hypertrophie bénigne de la prostate

Qu'est ce que le palmier nain ?

Le palmier nain (ou palmier de Floride) est un petit arbre qui pousse à l’état sauvage et mesure de 70 cm à 3 m de haut. Le fruit du palmier nain, connu depuis des siècles, est un excellent remède pour lutter contre les troubles liés à l’hyperplasie prostatique.
L’hypertrophie bénigne de la prostate est un problème qui affecte la grande majorité des hommes de plus de 50 ans. Bien que cette augmentation du volume prostatique soit bénigne, il n’en demeure pas moins que les symptômes associés sont très invalidants (envie fréquente d’uriner, débit urinaire intermittent ou ralenti, douleurs à la miction, gouttes résiduelles post-mictionnelles…). Grâce à ses propriétés anti-androgène, le palmier nain aide à diminuer ces troubles. Il est aussi préconisé dans d’autres pathologies comme l’hirsutisme, l’alopécie androgénétique, l’acné et la dermatite séborrhéique (cheveux gras).

Origine, habitat et culture

Le palmier nain (ou palmier de Floride) est un arbre qui pousse à l’état sauvage sur les côtes du Sud-Est des Etats-Unis et d’Amérique centrale et du Sud. Il se développe en colonie très dense, formant parfois des forêts quasi impénétrables. Il affectionne les sols secs et sablonneux et ne résiste pas au gel.

Les amérindiens consommaient les fruits de ce palmier. C’était pour eux une denrée alimentaire de base. Ils les faisaient sécher et pouvaient ainsi les conserver durant toute l’année.

En médecine traditionnelle, les guérisseurs indiens utilisaient le fruit pour traiter de nombreux maux de la sphère uro-génitale comme les problèmes de prostate, les infections urinaires et génitales mais aussi les irritations des muqueuses... Ils l’utilisaient également comme diurétique, comme expectorant pour traiter la toux, ou comme sédatif…

Origine_palmier_nain

Ce n’est qu’en 1894, que le palmier nain fut pour la première fois décrit comme ayant un effet bénéfique sur l’hypertrophie bénigne de la prostate. En France, Serenoa Repens (nom scientifique du palmier nain) n’apparaît qu’en 1986 dans une revue médicale puis en 1987 dans le célèbre ouvrage de Dorvault : « L’Officine ».

Apparence, composition et format

Le palmier nain est un petit arbre à stipe monocaule rampant ou enfoui. Il mesure de 70 cm à 3 m de haut.

Les feuilles, très larges et courtes, sont palmées et disposées en éventail. Elles sont de couleur vert clair ou gris bleu.

Le palmier est en fleurs de février à mi-avril : elles sont blanches, petites et solitaires ou en groupe de deux ou trois.

Le fruit est une drupe charnue noire, de la taille d’une olive contenant une graine. A maturité, entre août et septembre, apparaissent de petites ridules.

C’est à ce moment qu’il est récolté, séché et réduit en poudre. On extrait les principes actifs avant qu’ils soient conditionnés en capsules ou en gélules.

Apparence_palmier_nain

On trouve de nombreux composés dans les drupes de Serenoa Repens, notamment :

  • Des acides gras libres et leurs esters, dont les majoritaires sont l’acide laurique, myristique et oléique. Mais aussi l’acide linoléique, linolénique, palmitique, palmitoléique, caproïque, caprylique et stéarique.
  • Des phytostérols
  • Des alcools aliphatiques

Propriétés et effets recherchés

Proprietes_palmier_nain

Hypertrophie bénigne de la prostate

L’extrait de fruit du palmier nain est aujourd’hui essentiellement utilisé pour traiter l’hypertrophie bénigne de la prostate. Il s’agit d’une augmentation du volume de la prostate comprimant la vessie et l’urètre se traduisant ainsi par de nombreux troubles de la miction tels que le besoin fréquent d’uriner, des douleurs, un débit urinaire plus faible et intermittent…

Les causes de l’adénome prostatique ne sont pas entièrement élucidées. Toutefois, on sait qu’il peut y avoir une prédisposition génétique et que le dérivé de la testostérone, appelé dihydrotestostérone (DHT), serait impliqué. Il semblerait qu’à partir de la cinquantaine, la prostate soit plus sensible à ces hormones. La testostérone est transformée en DHT par l’action d’une enzyme appelée la 5αréductase (5αR).

De nombreuses études ont montré que l’extrait de palmier nain avait un effet inhibiteur sur l’activité enzymatique de la 5αR. Cette inhibition entraine une diminution des symptômes liés à l’hypertrophie bénigne de la prostate et empêche la prostate de grossir davantage. Les études réalisées versus médicaments de référence (finastéride, chlorydrate de tamsulosine) ont révélé que le palmier nain était aussi efficace que ces médicaments sans les effets indésirables. Le mécanisme d’action du palmier nain n’est pas totalement connu. Mais en 2000, une équipe de chercheurs a démontré que les constituants qui possèdent la plus forte activité inhibitrice sont les acides laurique et myristique.

Les organismes de santé européens et mondiaux (OMS, ESCOP, commission européenne…) préconisent le palmier nain dans le traitement des troubles liés à l’hyperplasie prostatique au stade léger ou intermédiaire.

Aujourd’hui, il semblerait que les extraits de palmier nain soient envisagés pour d’autres pathologies, cependant d’autres études sont nécessaires pour confirmer les essais suivants et préciser les recommandations d’utilisations.

Chute de cheveux d’origine hormonale (l’alopécie androgénétique)

Il semblerait que l’alopécie androgénétique ait pour origine un excès de DHT. Ainsi, en inhibant la 5α-réductase (responsable de la transformation de la testostérone en DHT), le palmier nain va donc limiter la chute des cheveux.

Hirsutisme

Il s’agit de la croissance anormale de poils chez la femme au niveau des zones sensibles à la DHT (menton, bas de l’abdomen, zone de la moustache, autour des mamelons).

En effet, les femmes produisent une petite quantité de testostérone, mais il existe parfois une anomalie qui entraine un excès de conversion de cette testostérone en DHT par la 5α-réductase. En inhibant cette enzyme, le palmier nain limite la repousse du poil.

Acné et cheveux gras

Le palmier nain peut être utilisé dans le traitement de l’acné et des cheveux gras car il limite les sécrétions excessives de sébum grâce aux phytostérols et à l’acide caprylique.

Dosage et posologie

Posologie_palmier_nain

La posologie recommandée est de 160 mg matin et soir.

Contre-indication, danger(s) et effet(s) secondaire(s)

Le fruit du palmier nain est généralement bien toléré. Cependant, il a été rapporté qu’il pouvait occasionner des troubles gastro-intestinaux (nausées, brulures gastriques…).

Il a été aussi observé des cas de gynécomasties, qui disparaissent spontanément à l’arrêt du traitement.

Associations suggérées

Traitement de l’hyperplasie prostatique : Prunier d’Afrique, Graine de citrouille, Racine d’ortie, Pollen

Informations complémentaires

Face à des troubles de la miction, consultez votre médecin.

Sources

T.K. Lim. Edible Medicinal and Non-Medicinal Plants Volume 1, Fruits. Springer p438-461

The Journal Of Alternative And Complementary Medicine Volume 00, Number 00, 2017, pp. 1–8 a Mary Ann Liebert, Inc. doi: 10.1089/acm.2016.0302

Debruyne F, Koch G, Boyle P, Calis da Silva F, Gillenwater JG, Hamdy FC et al.; groupe d'étude PERMAL. Comparison of a phytotherapeutic agent (Permixon) with an alpha-blocker (Tamsulosin) in the treatment of benign prostatic hyperplasia : a 1-year randomized international study. French Prog Urol, 2002, 12, 384-92

Marks LS, Hess DL, Dorey FJ, Luz Macairan M, Cruz Santos PB, Tyler VE, Tissue effects of saw palmetto and finasteride: use of biopsy cores for in situ quantification of prostatic androgens, Urology, 2001, 57, 999-1005

Wilt TJ, Ishani A, Rutks I, MacDonald R, Phytotherapy for benign prostatic hyperplasia, Public Health Nutr, 2000, 3, 459-72

Wilt TJ, Ishani A, Stark G, MacDonald R, Lau J, Mulrow C, Saw palmetto extracts for treatment of benign prostatic hyperplasia : a systematic review. JAMA, 1998, 280, 1604-

Wilt T, Ishani A, Stark G, MacDonald R, Mulrow C, Lau J, Serenoa repens for benign prostatic hyperplasia (Cochrane Review). In: The Cochrane Library, Issue 2, 2001. Oxford: Update Software

Allkanjari O., Vitalone A., What do we know about phytotherapy of benign prostatic hyperplasia ?, Life Sciences 126, 2015, 42-56.

Koch E., Extracts from fruits of SawPalmetto (Sabal serrulata) and roots of Stinging Nettle (Urtica dioica) : viable alternatives in the medical tratment of benign prostatic hyperplasia and associated lower urinary tracts symptoms, Planta Med 67, 2001, 489-500.

Pagano E. et al., Phytotherapy of Benign Prostatic Hyperplasia- A minireview, Phytother. Res., 2014, 28 :949-55.

Séverine Daunay. Nouvelles utilisations des extraits de Serenoa repens (Bartr.) Small (Arecacées). Sciences pharmaceutiques. 2005.

Tacklind J, MacDonald R, Rutks I, Stanke JU, Wilt TJ. Serenoa repens for benign prostatic hyperplasia. Cochrane Database of Systematic Reviews 2012, Issue 12. Art. No.: CD001423. DOI: 10.1002/14651858.CD001423.pub3.

Chizick S, Delorscior R. (Canada). Natural preparation for treatment o f male pattern hair loss, U.S. (1999).

Dascallu A. Agent for inducing hair growth containing extracts ofsawpalmetto and Swertia, PCT Int. Appl. (200l).

Beltrami B, Vassallo E, Berardesca E, Borroni G. Antiinflammatory, antimicrobial, comedolytic effects of a topical plant complex treatment in acne vulgaris : a clinical trial. Journal of applied cosmetology, 2001, 19: 11-20.

Crandall Wt. Transdermal and oral treatment of androgenic alopecia, PCT Int. Appl. (1997).

Crandall Wt. (U.S.A). Composition and method for topical treatment of androgenic alopecia, U.S. Pat. Appl. Publ. (2003).

Di Pierro F. (Indena S.P.A., Italy). Cosmetic compositions containing antiandrogenic sterols with retarding action on the regrowth ofsuperfluous hair, PCT Int. Appl. (2001).

Fort-Lacoste L, Jeanjean M. Combination of diguanosine tetraphosphate and nicotinic derivates for the treatment of capillary disorders, Eur. Pat. Appl. (2003).

Goodman Ds. (U.S.A.). Topical preparation for treating acne and hirsutism, U.S. Pat. Appl. Publ. (2003).

Duteil L, Queille-Roussel C, Malignon M, Ortonne Jp. Evaluation de produits phytodennocosmétiques d'accompagnement pour traitements anti-acnéiques à base de trétinoïne. Nouvelles dermatologiques, 2004, 23 : 300-302.

Shrivastava R. Synergetic comb:inations based on plants for treating hair loss, PCT Int. Appl. (2002).

Niazi S. Method and composition for reducing sebum secretion in mammals, U.S. Pat. Appl. Publ. (2003).

Wallach D. Guide pratique de dermatologie. MMI Masson, Paris, 2003.

Produits contenant cet actif.

Retour haut de page