• En raison de la crise sanitaire liée au Covid-19, nous privilégions la livraison à domicile Colissimo. Le délai de livraison annoncé sera peut-être prolongé de quelques jours, merci de votre compréhension.
      Prenez soin de vous. L'équipe Dieti Natura
Pollen

Pollen

Fiche de synthèse

Nom commun Pollen
Origine Le pollen est recueilli dans la ruche, après avoir été récolté par les abeilles butineuses
Partie(s) utilisée(s) La pelote de pollen entière
Propriété(s) associée(s) Dynamisant | Permet de retrouver un confort urinaire chez les personnes souffrant de problèmes de prostate | Diminue les troubles liés à la ménopause

Qu'est-ce que le pollen ?

L’apithérapie consiste à soigner avec les produits de la ruche. Elle est depuis longtemps exploitée par toutes les civilisations. Le pollen récolté par les abeilles butineuses est un concentré de nutriments. Bien plus qu’un complément alimentaire, c’est un super-aliment. Le pollen est utilisé pour diminuer l’inconfort urinaire lié aux problèmes de prostate, mais aussi pour lutter contre les troubles liés à la ménopause ou encore comme dynamisant et antifatigue.

Origine, habitat et culture

Le pollen, petite structure ovoïde que l’on retrouve chez les spermaphytes (plantes à graines), représente le gamétophyte mâle des fleurs. Les graines de pollen sont la principale source de nourriture dans la ruche. Leur dissémination est assurée par les insectes ou par le vent.

Les abeilles prélèvent le pollen et l’humectent afin qu’il s’agglutine et soit placé au niveau des pattes postérieures sur un emplacement dédié appelé “la corbeille“. A ce moment-là, on ne parle plus de pollen mais de pelote de pollen.

Les pelotes sont transportées vers la ruche où elles sont enduites de salive par les abeilles ouvrières. Elles sont ensuite placées dans les alvéoles, qui seront recouvertes d’une couche de miel ou de propolis, puis operculées par de la cire.

S’en suit alors une fermentation engendrée par 3 facteurs :

  • La température avoisinant les 38°C
  • L’humidité
  • La présence de 3 enzymes : Saccharomyces, Pseudomonas et Lactobacillus, apportées par la salive des ouvrières.
Origine_du_pollen

Une fois ce processus de fermentation terminé, on ne parle plus de pelote de pollen mais de pain d’abeille. Le pain d’abeille est la nourriture des larves mâles et des jeunes abeilles nourrices qui peuvent ainsi fabriquer la gelée royale.

Le pollen consommé par l’homme est en fait la pelote que transportent les abeilles butineuses. En moyenne, la ruche produit entre 2 et 5 kilos de pollen par an. Pour ne pas nuire au bon fonctionnement de celle-ci, le prélèvement ne doit pas excéder plus de 10% de la récolte des abeilles.

A l’entrée de la ruche, l’apiculteur place une trappe composée d’une grille dont les mailles permettent de laisser passer les abeilles, tout en retenant leurs pelotes de pollen. Ces dernières tombent dans un tiroir pour être récupérées par l’apiculteur. Afin d’éviter tout risque de moisissures, les pelotes doivent être rapidement récoltées. Elles sont nettoyées puis déshydratées ou surgelées.

La déshydratation conserve le pollen à température ambiante assez longtemps, mais la chaleur peut dénaturer partiellement ses valeurs nutritionnelles. Quant au pollen surgelé, il ne pourra être conservé au frais qu’une dizaine de jours pour garder sa valeur nutritive restera intacte.

Apparence, composition et format

Comme son étymologie grecque l’indique, le pollen ressemble à une poussière : “palé“ qui signifie fine poussière ou farine. Le pollen en pelote contient en moyenne :

  • 18% d’eau
  • 25% de glucides (principalement glucose et fructose issus du nectar)
  • 25% de protéines (c’est le produit apicole le plus riche en protéines) dont les huit acides aminés essentiels et tous les acides aminés semi-essentiels
  • 5% de lipides, notamment des acides gras essentiels (acide oléique, oméga 3 et 6)
  • 5% de minéraux (potassium, calcium, sodium, fer, sélénium, zinc, manganèse…)
  • 15% de substances cellulosiques provenant de la paroi des graines de pollen
  • Des vitamines (dont vitamine B) et des enzymes (amylase, phosphatase, diastase, saccharase, peptase…)
  • Des antioxydants (phénols et flavonoïdes)
  • Des hormones de croissance
Apparence_du_pollen

L’aspect et la composition du pollen sont variables suivant la fleur dont ils proviennent. La couleur varie du jaune, au marron, voire même du pourpre au noir. Le pollen existe sous diverses formes : en capsules, en gélules, en poudre, en comprimés, mais aussi en teinture mère ou dilué et mélangé avec d’autres produits (miel, gingembre, échinacée…). On le trouve aussi en vrac sous forme sèche, fraîche ou congelé.

Propriétés et effets recherchés

Proprietes_du_pollen

Dynamisant et antifatigue

Très riche, le pollen est utile lorsque l’organisme est sollicité comme en période d’examens ou de compétition sportive, mais aussi en période de convalescence. Il sera un allié incontournable en hiver des personnes âgées, des femmes enceintes et allaitantes.

Renforcement du système immunitaire

Grâce à la présence des flavonoïdes, le pollen permet de renforcer le système immunitaire par le biais du cuivre, du zinc, du sélénium et des vitamines A et E. L’utilisation du pollen pour la désensibilisation allergique ne doit se faire qu’avec l’accord d’un médecin.

Troubles liés à la ménopause

Grâce à la présence de composés flavonoïdes et de phytostérols, le pollen permet de diminuer les symptômes liés à la ménopause comme les bouffées de chaleur, la transpiration et l’irritabilité.

Désensibilisation allergique

Même si le pollen est très allergisant, la majorité des allergènes sont détruits lorsque les abeilles les recouvrent de salive. De plus, le pollen recueilli par les abeilles (dit entomophile) est différent des pollens disséminés par le vent (dit anémophile), qui sont responsables de la grande majorité des allergies. Ainsi, il peut être préconisé dans les traitements de désensibilisation allergique au pollen.

Antioxydants

Le pollen est un des aliments naturels qui contient le plus de sélénium. Celui-ci va augmenter l’effet de l’action d’enzymes impliquées dans l’élimination des radicaux libres (glutathion peroxydase catalase, superoxyde dismutase). De plus, les flavonoïdes présents dans le pollen sont reconnus pour leur activité anti oxydante.

Dosage et posologie

Posologie_du_pollen

Dans le cadre d’une cure classique, la posologie la plus fréquente est de 20 grammes par jour en cure de 1 à 3 mois, de préférence le matin. Il est recommandé de faire 2 à 3 cures par an, notamment lors des changements de saison.

De manière générale, il convient de se référer aux indications mentionnées sur les préparations. En cas de doute, un avis médical est recommandé.

Contre-indication, danger(s) et effet(s) secondaire(s)

Pour vérifier qu’il n’y ait pas de réaction allergique, il est conseillé de commencer une cure par une toute petite quantité de pollen.

A ce jour, aucune allergie n’est connue pour le pollen entomophile. Toutefois, avant d’utiliser du pollen pour une désensibilisation allergique, il est nécessaire de consulter son médecin.

Informations complémentaires

La pollen peut faire l’objet de nouvelles études scientifiques. Les résultats de ces travaux peuvent venir contredire ou compléter les informations de cette fiche. En cas de doute, un avis médical est recommandé.

Sources

Minh-Ha pham- delegue. Connaître et découvrir les abeilles, Genève, Minerva, 1999, 206p.

Donadieu Y. Le pollen thérapeutique naturelle, 7° Edition, Paris, Maloine edit., 1987, 62p.

Dorvault F., L’officine, 20° Edition, Editions Vigot, Paris.

Gould C., Gould J. Les abeilles, Pour la science, Diffusion Belin, Paris, 1993.

Imbert Gaëlle, L’apithérapie, Thèse de doctorat en pharmacie, Marseille : Université de Marseille, 2004.

Bruneton, Jean. Pharmacognosie, phytochimie, plantes ḿdicinales. Tec & Doc Lavoisier, 2009. ISBN 9782743011888.

Yang, Kai, WU, Dan, YE, Xingqian, LIU, Donghong, CHEN, Jianchu et SUN, Peilong. Characterization of chemical composition of bee pollen in China. Journal of agricultural and food chemistry. 23 janvier 2013. Vol. 61, n° 3, pp. 708‐718. DOI 10.1021/jf304056b. PMID: 23265625

SzczêSna, Teresa. Apitherapy News: Study on the Sugar Composition of Honeybee-Collected Pollen. Journal of Apicultural Science. 27 mars 2007. Vol. 51, n° 1, pp. 15‐22.

Xie Y, Wan B et Li, W. [Effect of bee pollen on maternal nutrition and fetal growth]. Hua xi yi ke da xue xue bao = Journal of West China University of Medical Sciences = Huaxi yike daxue xuebao / [bian ji zhe, Hua xi yi ke da xue xue bao bian wei hui]. décembre 1994. Vol. 25, n° 4, pp. 434‐437. PMID: 7744390

Fournier, Robert. ABC de l’apith́rapie: se soigner gr̂ce aux abeilles. Grancher, 2009. ISBN 9782733910627.

Elist, James. Effects of pollen extract preparation Prostat/Poltit on lower urinary tract symptoms in patients with chronic nonbacterial prostatitis/chronic pelvic pain syndrome: a randomized, double-blind, placebo-controlled study. Urology. janvier 2006. Vol. 67, n° 1, pp. 60‐63. DOI 10.1016/j.urology.2005.07.035. PMID: 16413333

Wagenlehner, Florian M.E., Schneider, Henning, Ludwig, Martin, Schnitker, J̈rg, Br̈Hler, Elmar et Weidner, Wolfgang. A Pollen Extract (Cernilton) in Patients with Inflammatory Chronic Prostatitis–Chronic Pelvic Pain Syndrome: A Multicentre, Randomised, Prospective,

Double-Blind, Placebo-Controlled Phase 3 Study. European Urology. Septembre 2009. Vol. 56, n° 3, pp. 544‐

Lowe, Franklin C. et KU, James C. Phytotherapy in treatment of benign prostatic hyperplasia: a critical review. Urology. juillet 1996. Vol. 48, n° 1, pp. 12‐20. DOI 10.1016/S00904295(96)00077-5.

Wilt T, Mac Donald R, et al. Cernilton for benign prostatic hyperplasia.Cochrane Database Syst Rev. 2000;(2):CD001042.[A comparative study on different doses of cernilton for preventing the clinical progression of benign prostatic hyperplasia] Xu J, Qian WQ, Song JD. Zhonghua Nan Ke Xue. 2008 Jun;14(6):533-7. Chinese.

Elist J. Effects of pollen extract preparation Prostat/Poltit on lower urinary tract symptoms in patients with chronic nonbacterial prostatitis/chronic pelvic pain syndrome: a randomized, double-blind, placebo-controlled study. Urology. 2006 Jan ;67(1):60-3.

Domerego, R. & Blanchard, C. La t éra ie au enin a eille. (Baroch Editions, 2012).

Lui, C. L., Heddle, R. J., Kupa, A., Coates, T. & Roberts-Thomson, P. J. Bee venom hypersensitivity and its management : patients perception of venom desensitisation. Asian Pac. J. Allergy Immunol. 13, 95–100 (1995).

Complementary & Alternative Medicine for Prostate and Urologic Health. Mark A.Moyas P46. Ed. Springer.

Buck AC, Cox R, Rees RW, Ebeling L, John A. Treatment of outflow tract obstruction due to benign prostatic hyperplasia with the pollen extract, cernilton. A double-blind, placebocontrolled study. Br J Urol. 1990 Oct;66(4):398-404.

Davody A. Le traitement de l’hypertrophie bénigne de la prostate. http://urologiedavody.fr/adenome-de-la-prostate/traitement/approches/

Denisow B, Denisow-Pietrzyk M. Biological and therapeutic properties of bee pollen: a review. J Sci Food Agric. 2016 Oct;96(13):4303-9

Produit(s) contenant du pollen

Retour haut de page