• En raison de la crise sanitaire liée au Covid-19, nous privilégions la livraison à domicile Colissimo. Le délai de livraison annoncé sera peut-être prolongé de quelques jours, merci de votre compréhension.
      Prenez soin de vous. L'équipe Dieti Natura
Ail

Ail

Fiche de synthèse

Nom commun Ail, Ail des ours (ail sauvage)
Autre(s) nom(s) Garlic (anglais)
Nom(s) scientifique(s) Allium Sativum (ail cultivé), Allium Ursinum (ail sauvage)
Famille Liliaceae
Origine Originaire d’Asie Centrale
Partie(s) utilisée(s) Bulbe
Principaux actifs Aliine
Propriété(s) associée(s) Cardio-protecteur | Anti-cholestérol | Antioxydant et antimicrobiens

Qu'est-ce que l'ail ?

Connu depuis des millénaires, l'ail est un bulbe employé comme condiment et comme remède pour de nombreux maux. Aujourd’hui encore l’ail est très largement plébiscité pour ses nombreuses vertus sur notre santé et son large spectre d’action.

Une consommation d’ail au long cours permet de réduire les facteurs de risque de maladies cardiovasculaires, la présence d’antioxydants pourrait prévenir certains cancers. Il est efficace contre les infections respiratoires et permet de diminuer la durée et l’intensité des rhumes. Dans de nombreux pays il est encore largement utilisé comme un antibiotique naturel, un antimicrobien et un antiparasitaires.

Origine, habitat et culture

L’ail est originaire d’Asie centrale, on le retrouvait à l’état sauvage dans une région allant de la Chine à l’Inde en passant par l’Egypte et l’Ukraine.

Aujourd’hui l’ail « commun » (Allium Sativum) est largement cultivé à travers le monde. L’ail sauvage (Allium Ursinum) encore appelé ail des ours se trouve en Asie et en Europe centrale et dans presque toute la France sauf en région méditerranéenne et dans le sud-ouest où il est très rare. Il apprécie les zones ombragées, en sous-bois, et pousse dans des sols profonds et humides.

L'ail a joué des rôles diététiques et médicinaux importants tout au long de l'histoire. Certaines des premières références à cette plante médicinale ont été trouvées dans l’Avesta, une collection de saintes écritures zoroastriennes probablement compilée au cours du sixième siècle avant Jésus-Christ. On retrouve également des traces d’utilisation de l’ail en Egypte ancienne et chez les Sumériens.

carte ail

Durant les premiers jeux olympiques en Grèce, les athlètes consommaient de l’ail pour augmenter leur capacité d’endurance. En médecine chinoise et indienne l’ail était conseillé pour faciliter la respiration et comme antitussif, mais également pour traiter les lépreux et les infestations parasitaires. Avicenne, dans son recueil « kitâb al qanoon fi al-tib » recommandait l’ail pour traiter l’arthrite, la toux chronique, l’infestation parasitaire, les piqûres de serpents et d’insectes, les maladies gynécologiques et infectieuses.

Au début du 18ème siècle en France, les fossoyeurs buvaient de l'ail écrasé dans le vin pour se protéger de la peste. Pendant les deux guerres mondiales les soldats utilisaient l’ail comme un antiseptique et l’appliquaient sur les plaies contre les infections pour éviter la gangrène.

Apparence, composition et format

L’Allium Ursinum est une plante vivace et bulbeuse de 10 à 40 cm de haut, elle appartient également à la famille des liliacées. Ses fleurs sont en ombelles et ses feuilles sont larges et longuement pétiolées. Le bulbe est oblong et mesure 2 à 6 cm. La plante est entièrement utilisée (feuilles, tiges, bulbe).

Le composé chimique actif est l’aline, il se trouve dans l’ail frais non contusé, en effet dès lors que la gousse d’ail est lésée (broyé, coupé…) une enzyme, l’alliinase, est libérée. Elle entre alors en contact avec l’alliine qui va se transformer en allicine. L’allicine est un composé instable et odorant qui va à son tour subir des réactions selon les conditions environnementales (températures) et former d’autres dérivés : ajoènes, di/trisulfure d’allyle.

Les principes actifs de l’ail cultivé et de l’ail sauvage sont sensiblement identiques, à cette différence près qu’ils sont retrouvés à des concentrations plus élevées dans l’ail des ours.

illustration ail
formats ail

L’Allium sativum est une plante annuelle bulbeuse de 15 à 50 cm de haut, elle appartient à la grande famille des liliacées dans laquelle on retrouve notamment oignon, échalote et ciboulette. Le bulbe rond est constitué de 5 à 15 bulbilles (appelés aussi caïeux ou gousses) enveloppées dans des peaux sèches.

L’ensemble forme ce que l’on appelle communément « la tête d’ail ».

Cette plante à feuilles blanches et linéaires, fleurit au printemps et en été. Ses fleurs, sont d’une couleur blanchâtre voire légèrement rosée. L’ail est connu en tous lieux en latin « sativum » signifie « cultivé ». Le bulbe est la partie utilisée de la plante.

Il est préférable de consommer l’ail cru, une fois cuit, il perd 90% de son action médicinale et bactéricide.

Pour profiter au maximum des bienfaits de l'ail il est recommandé de l'utiliser sous forme standardisée. On pourra ainsi aisément le consommer en comprimés ou en gélules, mais aussi sous forme d'huiles, d'extraits ou de décoctions. Pour les applications cutanées on peut aussi trouver des préparations sous forme de pommades ou de crèmes.

Propriétés et effets recherchés

propriétés ail

Protection cardiovasculaire

L'ail s’est révélé bénéfique pour limiter les facteurs de risque cardiovasculaires. La littérature scientifique nous montre que la consommation d'ail a des effets significatifs sur l'abaissement de la pression artérielle, la réduction du cholestérol sérique et des triglycérides, l'inhibition de l'agrégation plaquettaire et l'augmentation de l'activité fibrinolytique.

Réduction du cholestérol

Les effets de l’ail sur le cholestérol ont fait l’objet de nombreuses études. Deux méta analyses publiées en 2009 et en 2013 et regroupant respectivement 29 et 39 essais suggèrent que l'ail est efficace dans la réduction du cholestérol total à condition qu’il soit pris sur une durée supérieure à 2 mois. L'ail était bien toléré dans tous les essais.

Ces méta analyses supposent que l'ail peut être considéré comme une alternative intéressante chez les patients avec un cholestérol légèrement élevé.

Diminution de la pression artérielle

Plusieurs méta analyse passant en revu les très nombreuses études faites sur l’ail et la tension artérielle arrivent à la même conclusion : l’ail entraine une diminution de la pression artérielle chez les patients hypertendus. Il semblerait que l’ail agirait en entrainant une vasodilatation des artérioles et des capillaires.

Inhibition de l’agrégation plaquettaire, augmentation activité fibrinolytique

La grande majorité des essais réalisés chez l’homme et chez l’animal montrent un effet positif sur l’augmentation de l’activité fibrinolytique et sur l’inhibition de l’agrégation plaquettaire. L’ail augmente la fluidité sanguine et peut être bénéfique dans les pathologies coronariennes. Les ajoènes et l’allicine seraient responsables des propriétés fibrinolytiques et anti-agrégantes de l’ail.

L’ESCOP et l’OMS affirment que la consommation régulière d’ail associée à de bonnes mesures hygiéno-diététique permettraient de réduire les facteurs de risque cardiovasculaires.

Antioxydant et prévention cancer

L’ail est un très bon antioxydant et possèderait un effet préventif contre les cancers.

Les dérivés d’allylsulfure ont la capacité de piéger les radicaux libres, d’inhiber la formation d’adduits d’ADN, d’agir sur la mutagénèse, la prolifération cellulaire, l’angiogenèse….

En 1990, l'Institut national du cancer des États-Unis a lancé un programme consistant à déterminer quels aliments pouvaient avoir un rôle important dans la prévention du cancer : ils ont conclu que l'ail pouvait être l’aliment le plus puissant dans la prévention.

Antimicrobien

De très nombreux essais ont mis en évidence l’activité bactéricide et bactériostatique de l’ail sur des bactéries tel que Escherichia Coli, Staphylococcus, Streptococcus, Salmonella, Bacillus, Helicobacter…

D’autres études ont permis de démontrer que l’ail agissait en synergie avec les antibiothérapies en rendant les bactéries plus sensibles à l’antibiotique : l’une d’elles, parue en 2013 a montré que les patients sous ciprofloxacine + ail avaient une meilleure réponse que les patients sous ciprofloxacine seule.

Une autre équipe a montré que l’ail permettait d’augmenter la sensibilité de certaines bactéries multirésistantes aux traitements antibiotiques (Pseudomonas Aeruginosa, tuberculose multirésistante…).

Antifongique

Il a été établi très tôt que l'ail est fortement antifongique. De nombreux études ont montré que les champignons sont sensibles à l’allicine : Candida Albicans, Torulopsis, Trichophyton, Cryptococcus, Aspergillus…

Antiparasitaire

Les effets antiparasitaires de l'ail fraîchement moulu étaient déjà connus et exploités dans de nombreuses cultures. Plusieurs études ont montré que l'extrait d’ail était efficace contre une multitude de parasites intestinaux comme Entamoeba histolytica, Trypanosomes, Leishmania Leptomonas colosoma, Giardia, …

Antivirale

Les rares essais réalisés sur les propriétés antivirales de l’ail ont montré qu’il présentait une activité in vitro et/ou in vivo contre la grippe A et B, le cytomégalovirus, le rhinovirus humain de type 2, le VIH, Le virus de l'herpès simplex de type 1 et 2 la pneumonie virale et le rotavirus.

Infections respiratoires

L’ail possède des propriétés expectorantes et antitussives. Il semblerait que la consommation d’ail permettrait de réduire le nombre de rhume mais également de réduire la durée de l’épisode infectieux.

Dosage et posologie

posologie ail

Réduction des facteurs de risque cardiovasculaire

La posologie usuelle est de 0,4 à 1,2 grammes par jour de poudre d’ail séché, à prendre au long cours.

Infections respiratoires ou microbiennes

Prendre 2 à 4 grammes par jour durant l’épisode infectieux.

Contre-indication, danger(s) et effet(s) secondaire(s)

L'ail est contre indiqué en cas d’allergies à des plantes de la même famille oignon, échalote ou tulipe entre autres.

L'ail altère le goût du lait et donne des coliques aux nourrissons. L’haleine et la sueur peuvent dégager une odeur désagréable.

Il a été observé de légers malaises gastro-intestinaux si l’on ingère de fortes doses (plus de 4g) : brûlures d'estomac, nausées, vomissements, diarrhée.

Des précautions sont à prendre en cas d’irritations de l'estomac et des intestins.

Interaction(s)

Les patients sous anticoagulants doivent être avertis que les suppléments d'ail peuvent augmenter les temps de saignement.

Associations suggérées

Protection cardiovasculaire et antioxydant. : Curcuma

Propriétés antibactériennes : Gingembre

Propriétés antivirales : Echinacée

Infections respiratoires, toux : Sirop miel eucalyptus

Informations complémentaires

En cas de traitement par antibiothérapie il est intéressant de consommer l’ail en synergie pour potentialiser l’effet de l’antibiotique.

L’ail consommé pendant un épisode infectieux (rhume, grippe, angine…) permet d’en diminuer l’intensité et la durée.

Sources

Iciek M, Kwiecień I, Włodek L. Biological properties of garlic and garlic-derived organosulfur compounds. Environ Mol Mutagen. 2009 ;50:247–265

Lanzotti V. The analysis of onion and garlic. J Chromatogr A. 2006 ;1112:3–22

Garnier Gabriel, Bezanger-Beauquesne Lucienne, Debraux Germaine Ressources médicinales de la flore française 1 Paris: Vigot, 1961.-1511 p

Girre, Loïc. Connaitre et reconnaitre les plantes médicinales Rennes : Ouest France, 1980.- 333 p.

Lawson LD, Bauer R. Garlic: a review of its medicinal effects and indicated active compounds. In : Phytomedicines of Europe. Chemistry and Biological Activity. Series 69 1. Washington DC : American Chemical Society ; 1998. pp. 176–209.

Danuta Sobolewska, Irma Podolak, and Justyna Makowska-Wąs Allium ursinum: botanical, phytochemical and pharmacological overview Published online 2013 Dec 25. doi: 10.1007/s11101-013-9334-0

Ngo SN, Williams DB, et al Does garlic reduce risk of colorectal cancer? A systematic review.. J Nutr. 2007 Oct;137(10):2264-9.

Kim JY, Kwon O. Am Garlic intake and cancer risk: an analysis using the Food and Drug Administration's evidence-based review system for the scientific evaluation of health claims. J Clin Nutr. 2009 Jan;89(1):257-64.

Rivlrn RS. Patient with hyperlipidemia who received garlic supplements Lipid management. Report from the Lipid Education Council. 1998 ;3 :6–7.

Leyla Bayan, Peir Hossain Koulivand,Ali Gorji Garlic: a review of potential therapeutic effects Avicenna J Phytomed. 2014 Jan-Feb; 4(1): 1–14.

Chan JY, Yuen AC, Chan RY, Chan SW. A review of the cardiovascular benefits and antioxidant properties of allicin. Phytother Res. 2013; 27:637–646.

Grun-Thomas, Stéphanie Etude de trois plantes médicinales et condimentaires : l'ail, le safran, le romarin Th. : Pharm. : Nancy 1 : 1998 ; 63., 137 f.

Wichtl Max, Anton Robert Plantes thérapeutiques: tradition, pratique officinale, science et thérapeutique - 2ème édition Paris: Ed. Tee & doc-Lavoisier ; Cachan : Ed. médicales internationales, 2003.- 692 p.

Schauenberg Paul Guide des plantes médicinales Paris : Delachaux et Niestlé,1977-396p.

Leclerc, Henri Précis de phytothérapie: essai de thérapeutique par les plantes françaises Paris: Masson, 1976.- 363 p.

Yeh Gy, Davis Rb, Phillips Rs (2006). Use of Complementary Therapies in Patients with Cardiovascular Disease. Am. J. Card. 98(5):673-680.

Silagy CA, Neil HA (1994). A meta-analysis of the effect of garlic on blood pressure.J. Hypertens. 12:463-468.

Ried K, Frank OR, Stocks NP, Fakler P, Sullivan T. Effect of garlic on blood pressure: a systematic review and meta-analysis. BMC Cardiovasc. Disord. 2008 ; 8: 13.

Rohner A, Ried K, Sobenin IA, Bucher HC, Nordmann AJ. A systematic review and metaanalysis on the effects of garlic preparations on blood pressure in individuals with hypertension. Am J Hypertens. 2015 Mar ;28(3):414-23. doi: 10.1093/ajh/hpu165. Epub 2014 Sep 18.

Wang HP, Yang J, Qin LQ, Yang XJ. Effect of garlic on blood pressure: a metaanalysis. J Clin Hypertens 2015 Mar;17(3):223-31. doi: 10.1111/jch.12473. Epub 2015 Jan 5.

Ried K, Toben C, Fakler P Effect of garlic on serum lipids:an updated metaanalysis. Nutr Rev. 2013 May;71(5):282-99

Allison GL, Lowe GM, Rahman K Aged garlic extract inhibits platelet activation by increasing intracellular cAMP and reducing the interaction of GPIIb/IIIa receptor with fibrinogen.Life Sci. 2012 Dec 17; 91(25-26):1275-80.

Bordia A, Verma SK, Srivastava KC. Effect of garlic (Allium sativum) onblood lipids, blood sugar, fibrinogen and fibrinolytic activity in patients with coronary artery disease. Prostaglandins Leukot Essent Fatty Acids. 1989;58:257–63.

Zain al-abdeen SS, Abdullah IT, Al-Salihi SS. The synergism effect of aqueous garlic extract and ciprofloxacin against some multi-resistant bacteria. J Microbiol Biotech Res. 2013 ;3:136–142.

Karuppiah P, Rajaram S.Antibacterial effect of Allium sativum cloves and Zingiber officinale rhizomes against multiple-drug resistant clinical pathogens. Asian Pac J Trop Biomed. 2012 ;2 :597–601

Ankri S1, Mirelman D. Antimicrobial properties of allicin from garlic. Microbes Infect. 1999 Feb;1(2):125-9.

Yousuf S, Ahmad A, Khan A, Manzoor N, Khan LA. Effect of garlic-derivedallyl sulphides on morphogenesis and hydrolytic enzyme secretion in Candidaalbicans. Med Mycol. 2011;49:444–448

Lissiman E, Bhasale AL, Cohen M.Garlic for the common cold. Cochrane DatabaseSyst Rev. 2009 Jul 8;(3):

Capasso A. Antioxidant action and therapeutic efficacy of Allium sativum L.Molecules. 2013;18:690–700.

Dahanukar SA, Thatte UM. Current status of ayurveda in phytomedicine. Phytomedicine. 1997;4:359–368

Valnet, Jean Traitement des maladies par les légumes, les fruits, les céréales Paris: Maloine, 1982.- 525 p.

Fenwick GR, Hanley AB.The genus Allium--Part 3. Crit Rev Food Sci Nutr.1985;23(1):1-73.

L.Y. Sheen C.-K. Lii S.F. Sheu R.H.C. Meng S.-J. Tsai Effect of the active principle of garlic—Diallyl sulfide—On cell viability, detoxification capability and the antioxidation system of primary rat hepatocytes. Food and Chemical Toxicology Volume 34, Issue 10 October 1996 , Pages 971-978

Dictionnaire Vidal 2014. 90e édition. VIDAL ; 2014. 3287pp.

http://umm.edu/health/medical/altmed/herb/garlicIciek M, Kwiecień I, Włodek L. Biological properties of garlic and garlic-derived organosulfur compounds. Environ Mol Mutagen. 2009 ;50:247–265

Lanzotti V. The analysis of onion and garlic. J Chromatogr A. 2006 ;1112:3–22

Garnier Gabriel, Bezanger-Beauquesne Lucienne, Debraux Germaine Ressources médicinales de la flore française 1 Paris: Vigot, 1961.-1511 p

Girre, Loïc. Connaitre et reconnaitre les plantes médicinales Rennes : Ouest France, 1980.- 333 p.

Lawson LD, Bauer R. Garlic: a review of its medicinal effects and indicated active compounds. In : Phytomedicines of Europe. Chemistry and Biological Activity. Series 69 1. Washington DC : American Chemical Society ; 1998. pp. 176–209.

Danuta Sobolewska, Irma Podolak, and Justyna Makowska-Wąs Allium ursinum: botanical, phytochemical and pharmacological overview Published online 2013 Dec 25. doi: 10.1007/s11101-013-9334-0

Ngo SN, Williams DB, et al Does garlic reduce risk of colorectal cancer? A systematic review.. J Nutr. 2007 Oct;137(10):2264-9.

Kim JY, Kwon O. Am Garlic intake and cancer risk: an analysis using the Food and Drug Administration's evidence-based review system for the scientific evaluation of health claims. J Clin Nutr. 2009 Jan;89(1):257-64.

Rivlrn RS. Patient with hyperlipidemia who received garlic supplements Lipid management. Report from the Lipid Education Council. 1998 ;3 :6–7.

Leyla Bayan, Peir Hossain Koulivand,Ali Gorji Garlic: a review of potential therapeutic effects Avicenna J Phytomed. 2014 Jan-Feb; 4(1): 1–14.

Chan JY, Yuen AC, Chan RY, Chan SW. A review of the cardiovascular benefits and antioxidant properties of allicin. Phytother Res. 2013; 27:637–646.

Grun-Thomas, Stéphanie Etude de trois plantes médicinales et condimentaires : l'ail, le safran, le romarin Th. : Pharm. : Nancy 1 : 1998 ; 63., 137 f.

Wichtl Max, Anton Robert Plantes thérapeutiques: tradition, pratique officinale, science et thérapeutique - 2ème édition Paris: Ed. Tee & doc-Lavoisier ; Cachan : Ed. médicales internationales, 2003.- 692 p.

Schauenberg Paul Guide des plantes médicinales Paris : Delachaux et Niestlé,1977-396p.

Leclerc, Henri Précis de phytothérapie: essai de thérapeutique par les plantes françaises Paris: Masson, 1976.- 363 p.

Yeh Gy, Davis Rb, Phillips Rs (2006). Use of Complementary Therapies in Patients with Cardiovascular Disease. Am. J. Card. 98(5):673-680.

Silagy CA, Neil HA (1994). A meta-analysis of the effect of garlic on blood pressure. J. Hypertens. 12:463-468.

Ried K, Frank OR, Stocks NP, Fakler P, Sullivan T. Effect of garlic on blood pressure : a systematic review and meta-analysis. BMC Cardiovasc. Disord. 2008 ; 8: 13.

Rohner A, Ried K, Sobenin IA, Bucher HC, Nordmann AJ. A systematic review and metaanalysis on the effects of garlic preparations on blood pressure in individuals with hypertension. Am J Hypertens. 2015 Mar ;28(3):414-23. doi: 10.1093/ajh/hpu165. Epub 2014 Sep 18.

Wang HP, Yang J, Qin LQ, Yang XJ. Effect of garlic on blood pressure: a metaanalysis. J Clin Hypertens 2015 Mar;17(3):223-31. doi: 10.1111/jch.12473. Epub 2015 Jan 5.

Ried K, Toben C, Fakler P Effect of garlic on serum lipids:an updated metaanalysis. Nutr Rev. 2013 May;71(5):282-99

Allison GL, Lowe GM, Rahman K Aged garlic extract inhibits platelet activation by increasing intracellular cAMP and reducing the interaction of GPIIb/IIIa receptor with fibrinogen.Life Sci. 2012 Dec 17; 91(25-26):1275-80.

Bordia A, Verma SK, Srivastava KC. Effect of garlic (Allium sativum) onblood lipids, blood sugar, fibrinogen and fibrinolytic activity in patients with coronary artery disease. Prostaglandins Leukot Essent Fatty Acids. 1989;58:257–63.

Zain al-abdeen SS, Abdullah IT, Al-Salihi SS. The synergism effect of aqueous garlic extract and ciprofloxacin against some multi-resistant bacteria. J Microbiol Biotech Res. 2013 ;3:136–142.

Karuppiah P, Rajaram S.Antibacterial effect of Allium sativum cloves and Zingiber officinale rhizomes against multiple-drug resistant clinical pathogens. Asian Pac J Trop Biomed. 2012 ;2 :597–601

Ankri S1, Mirelman D. Antimicrobial properties of allicin from garlic. Microbes Infect. 1999 Feb;1(2):125-9.

Yousuf S, Ahmad A, Khan A, Manzoor N, Khan LA. Effect of garlic-derivedallyl sulphides on morphogenesis and hydrolytic enzyme secretion in Candidaalbicans. Med Mycol. 2011;49:444–448

Lissiman E, Bhasale AL, Cohen M.Garlic for the common cold. Cochrane Database Syst Rev. 2009 Jul 8;(3):

Capasso A. Antioxidant action and therapeutic efficacy of Allium sativum L.Molecules. 2013;18:690–700.

Dahanukar SA, Thatte UM. Current status of ayurveda in phytomedicine. Phytomedicine. 1997;4:359–368

Valnet, Jean Traitement des maladies par les légumes, les fruits, les céréales Paris: Maloine, 1982.- 525 p.

Fenwick GR, Hanley AB.The genus Allium--Part 3. Crit Rev Food Sci Nutr. 1985;23(1):1-73.

L.Y. Sheen C.-K. Lii S.F. Sheu R.H.C. Meng S.-J. Tsai Effect of the active principle of garlic—Diallyl sulfide—On cell viability, detoxification capability and the antioxidation system of primary rat hepatocytes. Food and Chemical Toxicology Volume 34, Issue 10 October 1996 , Pages 971-978

Dictionnaire Vidal 2014. 90e édition. VIDAL ; 2014. 3287pp.

http://umm.edu/health/medical/altmed/herb/garlic

Produit(s) contenant de l'ail

Retour haut de page