Bardane

Bardane

Fiche de synthèse

Nom commun Bardane, Grande Bardane, Oreilles de géant, Chou d’âne, Herbe aux teignes, Great burdock (anglais), lappa (italien), Grösse Klette (allemand)
Nom(s) scientifique(s) Arctium Lappa
Famille Asteraceae
Origine Asie et Europe
Partie(s) utilisée(s) Racines et feuilles
Principaux actifs Acide caféique | Acide chlorogénique | Inuline | Polyacétylènes
Propriété(s) associée(s) Détoxification de l’organisme | Soin des peaux à problèmes

Qu'est-ce que la bardane ?

La Grande Bardane est une plante appartenant à la grande famille des Asteraceae. Ses racines sont utilisées depuis l’antiquité pour ses vertus détoxifiantes. En stimulant les sécrétions hépatobiliaires et rénales, en luttant contre les attaques oxydatives et en renforçant la flore intestinale, la Grande Bardane aide l’organisme à éliminer les impuretés.

La peau est souvent le reflet de notre état de santé, en débarrassant le corps de ses toxines, cette plante permettra de retrouver une peau belle et saine. Ainsi une cure de Grande Bardane apportera un réel bénéfice pour traiter divers problèmes dermatologiques (peau grasse, peau terne, acné…) et pour retrouver un teint éclatant.

Origine, habitat et culture

La Grande Bardane est connue depuis l’antiquité. Son nom scientifique Arctium Lappa, dériverait du grec « arktos » qui signifie « ours », en référence à ses fruits aux revêtements poilus, et « labeîn » signifiant « saisir », en référence aux capitules en forme de crochets qui s’agrippent aux passants et aux poils d’animaux pour se propager.

Originaire des régions tempérées, c’est une plante très commune en Europe (sauf dans la région méditerranéenne) et en Asie. On la rencontre dans les lieux incultes, les terrains vagues et le long des chemins. Elle aime les sols riches en matières organiques et aérés. Cette plante pousse à l’état sauvage mais est aujourd’hui largement cultivée pour les propriétés thérapeutiques de ses racines.

Au Moyen-âge la Grande Bardane était fortement utilisée en Europe comme “purificateur“ du sang et diurétique. Elle était aussi appliquée en cataplasme pour traiter de nombreux problèmes dermatologiques (eczéma, psoriasis, acné, dermatite…). L’histoire raconte qu’Henri III eu recours aux racines de cette plante pour lutter contre sa syphilis.

Origine-habitat-culture-de-la-bardane

Les médecins traditionnels chinois et indiens traitaient les affections ORL (rhumes, grippe…) à l’aide des racines de Grande Bardane. Les amérindiens quant à eux connaissaient ses vertus purificatrices et l’utilisaient aussi pour favoriser les contractions utérines lors des accouchements douloureux.

En Asie, notamment au Japon, cette plante est encore aujourd’hui, cultivée et la racine est consommée comme un légume.

Apparence, composition et format

La grande bardane est une plante herbacée bisannuelle. Elle peut mesurer de 1,5 à 2 mètres de hauteur.

La première année la plante forme une large rosette. La tige, légèrement soyeuse et robuste, s’élève la seconde année. Sur la partie inférieure de la tige, on trouve de très grandes feuilles pouvant atteindre 50 cm de large, tandis que sur la partie supérieure les feuilles sont petites et pétiolées, poilues sur les deux faces et grisâtres sur la face inférieure.

La floraison a lieu de Juillet à Septembre donnant des fleurs, de couleur rose à rouge pourpre. Celles-ci sont regroupées en capitules, entourées de bractées courbées en forme de crochet, permettant ainsi à la Grande Bardane de s’accrocher aux fourrures d’animaux afin d’assurer sa dissémination.

Le fruit, brun clair tâché de rose, est un akène surmonté de poils. La racine est la partie utilisée pour ses propriétés thérapeutiques, elle est charnue, en forme de carotte, garnie de filaments et de couleur noire à l’extérieur et blanche à l’intérieur.

Récoltée à la fin de l’hiver, elle doit provenir des pieds jeunes qui n’ont pas encore donné de fleurs. En effet les propriétés des racines plus anciennes sont diminuées.

Les principaux ingrédients actifs présents dans la grande bardane sont :

  • L’inuline, qui est un polymère de fructose
  • Des acides phénoliques : l'acide caféique et l'acide chlorogénique
  • Des polyacétylènes
  • Des lignanes : l'arctigenine, l'arctiine, trachélogénine, diarctigénine, lappaol
  • Des tanins

La bardane est commercialisée sous diverses formes : extrait liquide à base de plantes, extrait à base de plantes en poudre, gélule, teinture mère, décoction, infusion, pommade ou crème.

Apparence-composition-et-formats-bardane

Propriétés et effets recherchés

Proprietes-et-effets-recherches-bardane

Actions sur la peau

Les affections cutanées sont souvent le reflet de l’état interne de notre corps. En effet lorsque les organes dits de “nettoyage“ et de “drainage“ du corps comme le rein, le foie ou les intestins sont affectés et fonctionnent moins bien, on observera bien souvent des manifestations cutanées (peaux grasses, boutons, infections cutanées, eczéma, psoriasis…). C’est pourquoi les cures de Grande Bardane sont depuis longtemps préconisées pour traiter les problèmes dermatologiques et pour retrouver un teint éclatant et une peau saine.

Au début du XXème siècle, la Grande Bardane était systématiquement prescrite lors des maladies dermatologiques comme l’eczéma, l’impétigo, l’acné ou encore le psoriasis.

De très nombreuses études ont montré l’efficacité des racines de Grande Bardane pour traiter des problèmes cutanés divers (l’acné, les dermatites séborrhéiques, les furoncles, les blépharites…).

Son efficacité sur la peau est liée à deux de ses propriétés :

- Propriétés drainantes et détoxifiantes

Les acides caféique et chlorogénique contenus dans la Grande Bardane sont connus, en plus de leurs propriétés anti oxydantes, pour leurs effets diurétiques et cholérétiques. En effet, en stimulant les sécrétions hépatobiliaires et rénales, cette plante permet d’éliminer les déchets organiques du corps par les différents émonctoires.

La présence importante d’inuline dans la composition de la racine de bardane est intéressante pour améliorer la santé intestinale, et protéger le côlon. En fermentant, ce polymère de fructose protège et renforce la flore intestinale permettant ainsi à l’organisme de résister aux attaques extérieures et d’améliorer l’absorption des minéraux.

Une étude, réalisée en 2014, conclue que les extraits de racines et de feuilles de la Grande Bardane améliorent les fonctions hépatiques, diminuent l’accumulation de lipides, aident le foie à mieux lutter contre les attaques oxydatives et les radicaux libres : ainsi le foie pourra jouer pleinement son rôle de “purificateur“ de l’organisme.

- Propriétés antibactériennes

Les polyacétylènes sont connus pour leurs propriétés antifongiques et antimicrobiennes. L'acide caféique et l'acide chlorogénique ont montré in vitro de fortes capacités antivirales (herpès : HSV-1, HSV-2 et l’adénovirus : ADV-3, ADV-11). L’arctigenine quant à elle a présenté des activités antivirales à la fois in vivo et in vitro.

Dosage et posologie

Plante séchée en poudre (gélules) : 350 mg par jour à répartir en 3 à 5 prises.

Infusion : 2 à 6 g 3 fois par jour.

Teinture mère : 8 à 12 ml, 3 fois par jour.

Contre-indication, danger(s) et effet(s) secondaire(s)

La Grande bardane n’a pas montré de toxicité lors des différents essais, il a néanmoins été signalé quelques cas d’allergie.

Ne pas utiliser chez la femme enceinte et allaitante.

Demander conseil à votre médecin si vous prenez un diurétique ou un hypoglycémiant (risque d’addition d’effet).

Associations suggérées

Dépuratif hépatovésiculaire : artichaut, chardon marie, fumeterre

Dépuratif rénal : salsepareille, bouleau

Détoxification : pensée sauvage

Soin de la peau et des cheveux : Levure de bière

Affections cutanées : pissenlit

Acné, eczéma, psoriasis : ortie

Problèmes de peau : pensée sauvage

Sources

Bown, Deni. New Encyclopedia of Herbs and Their Uses.New York : DK Publishong, Inc.,2001

Peirce, Andrea. The American Pharmaceutical Association Practical Guide to Natural Medicines. New York : Stonesong Press, 1999.

Gunther, Erna Ethnobotany of Western Washington. Seattle : U of W Publications, 1999.

Morita T, Ebihara K, Kiriyama S (1993) Dietary fiber and fat- derivatives prevent mineral-oil toxicity in rats by the same mechanism. J Nutr 123:1575–1585

Zhao F, Wang L, Liu K (2009). In vitro anti-inflammatory effects of arctigenin, a lignan from Arctium lappa L., through inhibition on iNOS pathway. Journal of Ethnopharmacology, 122 (3): 457-462.

Chan YS, Cheng LN, Wu JH, Chan E, Kwan YW, Lee SM, Leung GP, Yu PH, Chan SW (2011). A review of the pharmacological effects of Arctium lappa (burdock). Inflammopharmacology, 5: 245- 254.

Park SY, Hong SS, Han XH et al (2007) Lignans from Arctium lappa and their inhibition of LPS-induced nitric oxide production. Chem Pharm Bull 55:150–152

D. A. Khamidova, D. K. Pulatova, and F. F. Urmanova, in: Proceedings of the Scientific-Practical Conference “Integration of Education, Science, and Industry in Pharmacy” [in Russian], Tashkent, 2009, p. 219.

Community herbal monograph on Arctium lappa L., radix 16 September 2010 EMA/HMPC/246763/2009 Corr.1 Committee on Herbal Medicinal Products (HMPC)

Takasugi M, Kawashima S, Katsui N, Shirata A (1987). Studies on stress metabolites. 5.2 Polyacetylenic phytoalexins from Arctium lappa. Phytochemistry, 26: 2957–2958.

Chiang LC, Chiang W, Chang MY, Ng LT, Lin CC (2002). Antiviral activity of Plantago major extracts and related compounds in vitro. Antiviral Research, 55: 53–62.

− Schroder H C, Merz H, Steffen R, Müller W E, Sarin P S, Trumm S, Schulz J, Eich E (1990). Differential in vitro anti-HIV activity of natural lignans. Zeitschrift fur Naturforschung, 45: 1215–1221.

Gao Y, Dong X, Kang TG et al (2002) Activity of in vitro anti- influenza virus of arctigenin. Chin Trad Herbal Drugs 33:724–726

Eich E, Pertz H, Kaloga M et al (1996) (-)-Arctigenin as a lead structure for inhibitors of human immunodeficiency virus type-1 integrase. J Med Chem 39:86–95

Chevallier A (2000). Encyclopedia of Herbal Medicine: The Definitive Home Reference Guide to 550 Key Herbs with all their Uses as Remedies for Common Ailments. DK Adult; 2nd revised edition. Pp. 336.

Pharmacopée francaises, Xème édition (1985)

Mortier F. De l’intérêt thérapeutique de certains acides organiques aliphatiques, constituants de diverses drogues à réputation hépatorénale, et en particulier de Cynara scolymus L. Thèse d’Etat de Docteur des Sciences Pharmaceutiques, Nancy, 1972.

Leclerc H. Les remédes des champs et des bois : la bardane, Arctium lappa L. La presse médicale (1927), 1116-1117

Mockle JA la Bardane : Historique, Botanique, Chimie, Pharmacothérapie. Acta phytotherapeutica, (1960), 7, 101-114

Bruneton J. Pharmacognosie, Phytochimie, Plantes médicinales. Technique et documentation, Ed.Lavoisier, Paris (1993), 150-151

Fournier P. Le livre des plantes médicinales et vénéneuses de France. Ed. Paul Chevaier, Paris (1947), Tome I

Produit(s) contenant de la bardane

Retour haut de page