Bouleau

Bouleau

Fiche de synthèse

Nom commun Bouleau blanc, Arbre de la sagesse
Autre(s) nom(s) Bouleau pubescent
Nom(s) scientifique(s) Betula pubescens Ehrh., Betula alba L
Famille Betulaceae
Origine Europe
Partie(s) utilisée(s) Feuilles, Ecorce, Sève, Bourgeons
Principaux actifs Acide bétulinique, Salicylate de méthyle, Monotropitoside
Propriété(s) associée(s) Dépuratif | Antihypertenseur | Diurétique

Qu'est-ce que le Bouleau ?

Le bouleau est un arbre pouvant atteindre 20 à 30 mètres de hauteur et il peut développer aisément sur des terrains pauvres en nutriments. On peut le retrouver dans presque toute l’Europe. Ses feuilles sont en forme de losange et ses rameaux lisses portent des poils fins : on parle de rameaux pubescents. Tout comme le noisetier, le bouleau fait partie de la famille des Bétulacées et on en dénombre une centaine d’espèces différentes.

Origine, habitat et culture

Peuplant l’hémisphère nord de l’Europe, on ne dénombre pas moins de quatre espèces de bouleau.

Plante rustique résistant à des températures pouvant aller au-delà de -40 °C, son aire de distribution peut s’étendre jusqu’aux contrées arctiques.

Autrefois, on se servait du bois de bouleau pour fabriquer des sabots. De nos jours, il sert encore fréquemment en menuiserie.

En raison de son écorce fine, celle-ci a pu remplacer jadis le papier.

origine-geographique-bouleau
medecin-leclerc-bouleau

Dès le Moyen-âge, la sève de bouleau est la boisson qui fut utilisée pour dissoudre les calculs rénaux. Et dès le XII siècle, on voit la sève de bouleau citée comme étant un remède pour soulager les ulcères.

D’ailleurs, de sa sève réputée, on tirait également le "vin de bouleau", connu notamment dans le nord de l'Europe, en Russie et en Amérique du Nord.

En parallèle, le médecin français H. Leclerc (1870-1955) décrivit dans son ouvrage le bouleau comme étant une plante intéressante dans le traitement contre la cellulite et la rétention d’eau.

Apparence, composition et format

Les bouleaux sont des arbres aux allures élancées. Leurs rameaux sont fins et ont tendance à plier sous le poids des fleurs et du feuillage. Le feuillage des bouleaux est caduc, triangulaire et denté.

De couleur vert clair au printemps, les feuilles de bouleau se foncent en été avant de laisser place à une teinte jaune orangé à l’arrivée de l’automne.

Les différentes espèces de bouleau peuvent se différencier entre-elles grâce à leur limbe parfois pubescent (recouverts de poils). Les fleurs des bouleaux sont distinguées en chatons (mâles) et en cônes (femelles).

Les fleurs mâles sont regroupées par trois au bout d’un rameau, tandis que les fleurs femelles sont plus petites et dressées à l’aisselle des feuilles.

arbre-bouleau
feuilles-ecorce-seve-bouleau

Les compléments alimentaires à base d’extraits de bouleau peuvent être préparés avec ses feuilles, son écorce, ses bourgeons ou encore sa sève.

Ainsi, vous pouvez retrouver le bouleau sous forme de sirop appelé « sève de bouleau » à base de sève de bouleau fraîche, mais également sous forme de jus obtenu par dissolution de jeunes feuilles dans de l’eau. Les extraits sous forme solide (poudre) sont obtenus à l’aide de l’écorce de bouleau.

Les principaux composants du bouleau se retrouvent dans son écorce, dans ses feuilles, dans ses bourgeons et dans sa sève.

L’écorce de bouleau est riche en flavonoïdes de type hyperoside, quercitroside, galactoside de myricétol, mais également en hétérosides (kaempférol, myricétol et quercétol). Elle est également riche en potassium, en acide ascorbique (vitamine C) et en acides phénoliques. C’est également une source de tanins (leucoanthocyanidines) et de saponosides triterpéniques typiques du bouleau comme la bétuline par exemple.

La sève de bouleau a une teneur élevée en minéraux (calcium, zinc, cuivre, etc.), en protéines et acides aminés, en polyphénols et en différents sucres comme le fructose ou le galactose.

Les bourgeons de bouleau sont quant à eux riches en vitamine C, en acides aminés et en polyphénol (hyperoside, quercitrine, flavones, etc.).

Propriétés et effets recherchés

proprietes-bouleau

Le bouleau est considéré comme une plante à visée diurétique, dépurative et antirhumatismale. Ses multiples vertus sont d’ailleurs documentées dans plusieurs domaines de la santé :

Diurétique

L’écorce et les feuilles de bouleau présentent des propriétés diurétiques et hypotensives. Cette activité diurétique résulterait de la présence de flavonoïdes qui inhiberaient un enzyme spécifique : la métallo-endopeptidase. Cette inhibition permet l’accélération de l’élimination urinaire, majorée par la présence de vitamine C et de potassium. Cette propriété est intéressante notamment dans le traitement adjuvant des œdèmes ou de la rétention hydrique.

Articulation

Par son action stimulante sur l’élimination des ions chlorures et de l’acide urique, une supplémentation en bouleau permet de soutenir les traitements des affections rhumatismales, notamment lors de « crise de goutte » résultant de l’accumulation de cristaux d'acide urique dans les articulations. Pour ces raisons, en médecine traditionnelle, le bouleau est souvent utilisé comme adjuvant dans le traitement des rhumatismes et des troubles arthritiques. Son action antirhumatismale résulterait de l’inhibition d’un enzyme intervenant dans le métabolisme de l’acide urique (la xanthine oxydase) grâce à sa teneur en salicylates et en phénols.

Anti-inflammatoire

Les extraits de feuilles et d’écorce de bouleau offrent également une activité anti-inflammatoire via l’inhibition de la synthèse des prostaglandines (des médiateurs chimiques pro-inflammatoires). Cette action anti-inflammatoire résulterait de la présence de tanins et de différents polyphénols qui constituent la plante.

Dosage et posologie

À visée diurétique : En gélule ou comprimé. La posologie conseillée est de l’ordre de 160 mg à 200 mg d’extrait sec de bouleau par prise, à raison de deux à trois prises par jour, en cure de 7 à 10 jours.

À visée dépurative : En infusion ou en tisane. La posologie conseillée est l’ordre de 2 à 3 g de feuilles séchées de bouleau par tasse d’eau bouillante, à raison de deux à trois prises par jour, idéalement 30 minutes avant les repas et en cure d’un mois.

Contre-indication, danger(s) et effet(s) secondaire(s)

Précautions d'emploi : Une supplémentation en bouleau est déconseillée en cas de restriction hydrique, de maladie cardiaque, de maladie rénale et de grossesse.

Effets indésirables : Dans de rares cas, le bouleau peut entraîner des nausées, un état d’engourdissement, une léthargie matinale ou encore des raideurs musculaires.

Les effets indésirables du bouleau les plus fréquents sont de deux ordres :

  • Gastro-intestinaux via l’apparition de nausées, de vomissements voire de diarrhées,
  • Et allergiques avec des éruptions cutanées (urticaire) et des manifestations ORL de type rhinite.

Contre-indications : Une hypersensibilité au pollen de bouleau contre-indique l’utilisation de compléments alimentaires à base de cette plante. Aussi, le bouleau ayant une action diurétique, il peut augmenter l’envie d’uriner au cours de la journée.

Interaction(s)

Avant toute prise de compléments à visée diurétique ou dépurative, il faut au préalable en discuter avec son médecin traitant et avec son pharmacien. De plus, des allergies spécifiques appelées « croisées » peuvent survenir (par exemple, la prise de bouleau peut entraîner une allergie au céleri et inversement).

Associations suggérées

Action diurétique et dépurative : Olivier, Chiendent. Afin d’améliorer l’action diurétique et dépurative, il peut être intéressant d’associer une supplémentation en bouleau avec l’olivier (Olea europaea). En effet, les extraits secs de feuilles d'olivier ont des indications dans les troubles vasculaires et agissent également au niveau de la régulation de la tension, ce qui améliore l’action du bouleau.

Actions drainantes : Orthosiphon, Reine des Prés. Afin d’agir en synergie avec le bouleau, il apparaît judicieux d’associer ses extraits avec ceux de l’orthosiphon (Orthosiphon stamineus) ou encore de le Reine des Prés (Filipendula ulmaria), ce qui permettra d’améliorer davantage les actions drainantes de ces extraits végétaux.

Informations complémentaires

Les informations de cette fiche sont données à titre indicatif et ne peuvent en aucun cas se substituer à l’avis d’un professionnel de santé. En outre, de nouveaux travaux peuvent venir contredire ou compléter les informations de cette fiche. En cas de doute, il convient de demander conseil à un professionnel de santé.

Sources

Sosa, A., Sosa-Bourdouil, C. (1936). Variations dans la composition du Bouleau (Betula alba L.) au cours de la végétation d'une année. France : Masson.

BLANC, F. (1985). Contribution à l'étude de betula alba l. (bétulacées). France : Éditeur inconnu.

Ygouf, l. (1988). Intérêt du genre betula en pharmacie et en particulier betula alba : écorce, bois et huiles essentielles. France : Éditeur inconnu.

Sosa, A. (1935). Un glucoside nouveau de Betula Alba L. Le bétuloside et son aglycone, le bétuligénol. France : Masson et Cie.

Kosmann, C. P. (1854). Recherches sur la résine du bouleau (Betula alba, L.). Recherches sur le Kermès minéral, Analyse chimique de l'eau minérale de Niederbrom (Bas-Rhin) etc. France : J. P. Risler.

Sosa, A. (1939). Recherches sur le "Betula alba" L. et le bétuloside : carbinols et cétones de la série p-methoxyphényl-butylique. France : Masson.

Lorrain, É. (2019). Grand Manuel de phytothérapie. (n.p.) : Dunod.

Nogaret, A. (2011). La phytothérapie : Se soigner par les plantes. (n.p.): Eyrolles.

Fleurus, S. (2019). Phytothérapie minute : Les 94 plantes incontournables pour soigner efficacement tous les maux du quotidien. France : Contre-dires.

Iguchi T, Kuroda M, Akiyama N, Hashimoto M, Mimaki Y. Chemical constituents and aldose reductase inhibitory activities of Betula albabark and leaves. Nat Prod Res. 2020 Oct 30:1-5. doi: 10.1080/14786419.2020.1839455. Epub ahead of print. PMID : 33121272.

Dictionnaire Vidal, « Phytothérapie : Bouleau ». Consulté le 13 février 2022. Disponible : https://www.vidal.fr/parapharmacie/phytotherapie-plantes/bouleau-betula-alba.html

EMA European Medicines Agency, /HMPC/573241/2014, Committee on Herbal Medicinal Products (HMPC), European Union herbal monograph on Betula pendula Roth and/or Betula pubescens Ehrh. as well as hybrids of both species, folium, 24 November 2014. Consulté le 10 février 2022. Disponible : https://www.ema.europa.eu/en/documents/herbal-monograph/final-european-union-herbal-monograph-betula-pendula-roth-betula-pubescens-ehrh-folium_en.pdf

Ebeling S, Naumann K, Pollok S, Wardecki T, Vidal-Y-Sy S, Nascimento JM, Boerries M, Schmidt G, Brandner JM, Merfort I. From a traditional medicinal plant to a rational drug: understanding the clinically proven wound healing efficacy of birch bark extract. PLoS One. 2014 Jan 22;9(1):e86147. doi: 10.1371/journal.pone.0086147. eCollection 2014. PMID 24465925. Consulté le 10 février 2022. Disponible : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/24465925/

Produit(s) contenant du Bouleau

Retour haut de page