Bixa orellana

Bixa orellana

Fiche de synthèse

Nom commun Bixa
Autre(s) nom(s) Rocouyer, rocou, roucou, annatto, urucu, urucum, achiote
Nom(s) scientifique(s) Bixa orellana
Famille Bixaceae
Origine Amérique tropicale
Partie(s) utilisée(s) Graines
Principaux actifs Caroténoïdes, vitamine E
Propriété(s) associée(s) Préparateur de bronzage | Pouvoir antioxydant | Activité anti-inflammatoire

Qu'est ce que le Bixa ?

Le bixa est un petit arbre originaire d’Amérique du Sud. Il est surtout connu pour les pigments rouges-orangés contenus dans ses graines. Ces pigments naturels sont utilisés dans l’industrie agroalimentaire mais entrent également dans la composition de formulations destinées à préparer la peau au bronzage. Les pigments du bixa ont un pouvoir antioxydant qui permet de limiter les dommages oxydatifs et donc le vieillissement cutané lors d'une exposition au soleil.

Origine, habitat et culture

Derrière le nom scientifique Bixa orellana, se trouve une petit arbre originaire d’Amérique du Sud. Il semblerait qu’il soit natif du bassin amazonien. Les Amérindiens furent les premiers à percevoir les atouts des pigments contenus dans les graines de bixa. Ils commencèrent par les utiliser à des fins culinaires comme épice et colorant naturel. Ils les appliquèrent ensuite sur la peau au niveau du visage et du corps. Enfin, ils les introduisirent dans leurs préparations médicinales pour traiter de nombreux maux : variole et autres éruptions cutanées, troubles digestifs, troubles urinaires, maux de tête, etc.

Les multiples usages des pigments de bixa se poursuivent aujourd’hui. Ils sont employés comme colorant naturel (code européen E160b) dans divers produits alimentaires tels que les produits de boulangerie, les confiseries, les produits laitiers ou encore les boissons. Antioxydants et anti-inflammatoires, les pigments de bixa sont aussi employés pour leurs effets protecteurs et anti-âge. Ils sont particulièrement utilisés dans les formulations destinées à préparer la peau au bronzage.

A savoir : les pigments de bixa se retrouvent souvent sous les noms de « rocou » en français, « annatto » en anglais et « achiote » en espagnol.

Origine-geographique-bixa

Le bixa se développe dans des régions tropicales à subtropicales. Il a besoin d’un climat chaud et humide et d’un taux d’ensoleillement élevé, mais ne doit pas être exposé au gel.

Le bixa est majoritairement cultivé dans les pays d’Amérique du Sud, d’Amérique centrale, des Caraïbes, d’Afrique, ainsi que certains pays d’Asie comme l’Inde et le Sri Lanka. Le Brésil, le Pérou et le Mexique en sont les principaux producteurs.

Apparence, composition et format

Le bixa se présente comme un arbuste ou un petit arbre à feuillage persistant. Il peut atteindre 6 à 8 mètres de hauteur. Son tronc peut quant à lui mesurer jusqu’à 10 centimètres de diamètre. Il est marron clair à marron foncé et a l’aspect lisse avec parfois quelques fissures. Les feuilles du bixa sont vert foncé sur le dessus et grisâtres à vert brunâtre sur le dessous. L’arbre développe des fleurs odorantes dont la couleur peut être blanche, rose ou violette.

Les fruits du bixa sont particulièrement reconnaissables. Ce sont des capsules recouvertes de longues soies qui sont vertes au début de leur développement, puis rouges à maturité. Elles peuvent être ovoïdes ou allongées, et mesurer entre 2 et 4 centimètres de longueur et de largeur. Chaque capsule renferme jusqu’à une quarantaine de graines. Celles-ci ont une forme de cône de 4 à 5 millimètres de long et affichent une belle couleur rouge-orangée.

Les fruits du bixa sont récoltés à maturité avant d’être mis à sécher. Les graines sont ensuite collectées, séchées à nouveau et nettoyées en prévision de l’étape d’extraction des pigments. Les pigments extraits peuvent se présenter sous différentes formes : extrait huileux, extrait aqueux, émulsion, etc.

apparence-bixa

Ces formats peuvent être employés à différents usages. Ils peuvent entrer dans la composition de produits alimentaires, de formulations cosmétiques ou encore de compléments alimentaires. Pour rappel, les pigments du bixa peuvent se retrouver commercialisés sous les noms de rocou, achiote ou annatto.

Le bixa doit sa réputation à la composition de ses graines. Si la composition exacte n’est pas connue à ce jour, certains composés ont été identifiés. On retrouve des caroténoïdes qui sont en grande partie responsables de la coloration et des bienfaits du mélange de pigments.

Les deux principaux caroténoïdes identifiés sont la bixine et la norbixine. A ces deux pigments, s’ajoutent également le bêta-carotène, la lutéine, la cryptoxanthine, la zéaxanthine ainsi que des sous-produits du lycopène.

Outre les pigments, les analyses ont aussi révélé la présence de vitamine E au sein des graines de bixa.

Propriétés et effets recherchés

Proprietes-bixa

Effets protecteurs

Les pigments du bixa et la vitamine E sont connus pour présenter une activité protectrice. Ils ont un pouvoir antioxydant qui permet de s’opposer aux dommages causés par l’accumulation d’espèces oxydantes hyper-réactives. Les caroténoïdes ont aussi une action anti-inflammatoire en permettant de réguler l’expression de certains médiateurs de l’inflammation.

Préparation au bronzage

Les effets protecteurs des pigments du bixa ont été particulièrement étudiés pour préparer la peau au bronzage. Leur pouvoir antioxydant permet de limiter les dommages causés par l’exposition aux rayons ultraviolets, et permet ainsi de prévenir le vieillissement prématuré de la peau.

Dosage et posologie

posologie-bixa

A ce jour, il n’existe aucune recommandation spécifique à ce sujet. Les dosages et les posologies s’appuient essentiellement sur les études scientifiques menées sur les pigments du bixa. La posologie peut se situer entre 1200 et 1800 mg par jour.

Toutefois, il convient de se référer aux indications inscrites sur les compléments alimentaires car la concentration en pigments peut varier selon les extraits utilisés. En cas de doute, un avis médical est recommandé.

Contre-indication, danger(s) et effet(s) secondaire(s)

Les pigments de bixa font partie des substances autorisées dans la formulation des produits de consommation courante. Une évaluation des risques a été menée et n’a révélé aucun danger. Aucune contre-indication n’a été établie. A ce jour, aucun effet secondaire n’a été reporté.

Il convient de noter que les suppléments de bixa viennent en complément des autres mesures de précaution contre les rayons ultraviolets (éviter le soleil pendant les heures chaudes, appliquer une crème solaire et renouveler régulièrement l’application, porter des lunettes de soleil, etc.). Ils ne remplacent en aucun cas l’application régulière de crème solaire.

Associations suggérées

Bronzage : carotte 

Informations complémentaires

Le Bixa orellana peut faire l’objet de nouvelles études scientifiques. Ces travaux peuvent venir contredire ou compléter les informations de cette fiche. En cas de doute, il convient de demander conseil à un professionnel de santé.

Sources

Fondation PROTA, Ressources végétales de l’Afrique Tropicale 3 - Colorants et tanins, Backhuys Publishers, 2005, 237 pages.

A. Kumar, Environment and Health, APH Publishing, 2004, 352 pages.

M.M. Grandtner, Elsevier's Dictionary of Trees: Volume 1: North America, Elsevier, 8 avr. 2005, 1529 pages.

A. Kumar, Environment & Agriculture, APH Publishing, 2005, 319 pages.

R. Rivera-Madrid, et al., Carotenoid Derivates in Achiote (Bixa orellana) Seeds: Synthesis and Health Promoting Properties, Front Plant Sci, 2016, 7: 1406.

D. Raddatz-Mota, et al., Achiote (Bixa orellana L.): a natural source of pigment and vitamin E, J Food Sci Technol, May 2017, 54(6): 1729–1741.

M.P. Germano, et al., Drugs used in Africa as dyes: I. Skin absorption and tolerability of Bixa orellana L., Phytomedicine, Volume 4, Issue 2, June 1997, Pages 129-131.

F. Mohammad, et al., Phytochemistry, biological activities and potential of annatto in natural colorant production for industrial applications – A review, Journal of Advanced Research, Volume 7, Issue 3, May 2016, Pages 499-514.

Tramil, Pharmacopée caribéenne, IRD Editions, 1999, 498 pages.

INPN (Inventaire National du Patrimoine Naturel), Bixa orellana L., 1753, inpn.mnhn.fr (Consulté le 26/01/2019).

Qu'est-ce que le bixa orellana ?

Retour haut de page