Sélénium

Sélénium

Fiche de synthèse

Nom commun Sélénium
Nom(s) scientifique(s) Se
Propriété(s) associée(s) Protection des cellules contre le stress oxydant | Fonctionnement normal des défenses immunitaires | Prévention ou correction d’une carence en sélénium | Fonctionnement normal de la thyroïde | Maintien d’une chevelure et d’ongles normaux | Production norm

Qu'est-ce que le sélénium ?

Le sélénium est un oligo-élément, c’est-à-dire un élément indispensable à l’organisme humain au même titre que le fer, le cuivre ou encore le zinc. Il intervient en particulier dans le fonctionnement des défenses immunitaires et la protection des cellules contre le stress oxydant. Malgré son importance, le sélénium ne peut pas être synthétisé par l’organisme humain et nécessite donc un apport par l’alimentation. Il est également possible de trouver à la vente des suppléments de sélénium, des compléments alimentaires qui suscitent un engouement croissant en raison du rôle clé du sélénium dans la défense de l’organisme et des nombreuses recherches prometteuses sur l’intérêt thérapeutique de cet oligo-élément.

Origine, habitat et culture

Le sélénium est un élément chimique présent naturellement dans l’écorce terrestre. Il est aussi présent dans les végétaux dans lesquels il s’accumule, ainsi que dans les animaux qui consomment ces végétaux. C’est à la fin des années 1960 que des chercheurs commencèrent à s’intéresser aux actions du sélénium chez l’Homme.

Les recherches mirent en évidence son rôle clé pour le bon fonctionnement de l’organisme humain. On sait aujourd’hui qu’il s’agit d’un constituant de plus d’une vingtaine de protéines essentielles à la protection des cellules contre les dommages oxydatifs, à la synthèse de l’ADN, aux défenses immunitaires, à la reproduction et au fonctionnement de la thyroïde. Cette dernière est une petite glande située au niveau du cou qui produit des hormones agissant à différents niveaux de l’organisme : activité cardiaque, humeur, transit intestinal…

Origine-habitat-du-selenium

Ces recherches conduisirent à la classification du sélénium comme oligo-élément, c’est-à-dire un élément indispensable au bon fonctionnement de l’organisme. Le chimiste suédois Jöns Jacob Berzelius et son assistant Johann Gottlieb Gahn n’auraient sans doute jamais imaginé qu’en analysant les résidus de préparation d’acide sulfurique, ils découvriraient un élément essentiel à l’organisme humain.

C’est en 1817 qu’ils firent cette découverte capitale. Ils identifièrent le sélénium associé à un autre élément chimique découvert deux décennies auparavant : le tellure. Ce dernier fut le premier à recevoir son nom, dérivé du nom de la déesse romaine de la Terre Tellus. Le chimiste suédois Berzelius partit du principe que le sélénium était toujours associé au tellure, comme le sont la Terre et la Lune, et choisit le terme « sélénium » en hommage à la déesse grecque de la Lune Séléné.

En 1869, le sélénium intégra le tableau de Mendeleïev qui recense et classe les différents éléments chimiques selon leurs propriétés. Chaque élément chimique est répertorié avec un symbole chimique et un numéro atomique différents. Le sélénium est symbolisé par les lettres Se et porte le numéro 34.

Apparence, composition et format

Le sélénium est considéré par les chimistes comme un métalloïde mou. Il peut se présenter sous diverses formes en fonction de l’environnement dans lequel il se trouve : il peut aussi bien se présenter sous la forme de petits amas gris-noir que sous la forme d’une poudre rouge.

Les plantes accumulent des formes dites inorganiques de sélénium présentes dans les sols, et les convertissent en formes dites organiques. Dans ces formes, le sélénium est associé à d’autres molécules telles que la méthionine et la cystéine.

Dans les tissus animaux et humains, le sélénium se trouve majoritairement sous forme de sélénométhionine associant sélénium et méthionine. Sa formule chimique est C5H11NO2Se.

Bien qu’indispensable au fonctionnement de l’organisme humain, le sélénium est un élément qui nécessite un apport externe par l’alimentation. Parmi les aliments les plus riches en sélénium, figurent notamment :

  • des poissons tels que le thon blanc ou l’espadon ;
  • des abats tels que les rognons de porc, de veau ou de bœuf ;
  • des fruits de mer tels que l’araignée de mer ;
  • les noix du Brésil.

Le sélénium est également présent dans une moindre mesure dans d’autres aliments tels que les viandes, les céréales et les produits laitiers.

Apparence-composition-et-formats-du-selenium

Il convient de noter que la biodisponibilité du sélénium, c’est-à-dire la proportion de cet élément qui sera assimilée par l’organisme, est variable selon les aliments. Elle serait par exemple meilleure avec les céréales qu’avec les poissons. Par ailleurs, la biodisponibilité du sélénium est également influencée par la présence d’autres nutriments : elle serait améliorée en présence de vitamine C tandis qu’elle serait diminuée en présence de fibres alimentaires.

Il est aujourd’hui possible de trouver à la vente des suppléments de sélénium, ainsi des suppléments associant cet oligo-élement avec d’autres nutriments. L’une des associations les plus fréquemment recherchées est celle du sélénium, de la vitamine C et de la vitamine E car elle permet de capitaliser sur les propriétés antioxydantes exceptionnelles de ces trois éléments.

Les suppléments de sélénium peuvent se présenter sous diverses formes : gélules, comprimés, granulés, solutions buvables, etc. Ils sont généralement formulés à partir d’une levure de bière enrichie en sélénium, une méthode qui permet d’obtenir une forme hautement assimilable de cet élément par l’organisme.

Propriétés et effets recherchés

Proprietes-et-effets-recherches-du-selenium

Rôle clé du sélénium au sein de l’organisme

En 2012, les autorités de santé européennes se sont prononcées sur certaines allégations santé des aliments et des compléments alimentaires contenant du sélénium. Elles estiment que ces produits peuvent contribuer aux fonctions ci-dessous si et seulement si ces produits contiennent au moins 8,25 microgrammes de sélénium pour 100 g, 100 ml ou par emballage si le produit ne contient qu’une portion.

  • Protection des cellules contre les radicaux libres (= effet anti-oxydant)
  • Fonctionnement normal du système immunitaire (= système de défense de l’organisme)
  • Production normale de spermatozoïdes
  • Maintien d’une chevelure et d’ongles normaux
  • Fonctionnement normal de la thyroïde (= glande produisant des hormones qui régulent de nombreux mécanismes de l’organisme)

Autres effets à l’étude

La supplémentation en sélénium suscite un fort intérêt au sein de la communauté scientifique. L’activité des sélénoprotéines semblerait présenter plusieurs bénéfices pour l’organisme : prévention de l’oxydation des lipides réduisant l’inflammation et empêchant l'agrégation des plaquettes, effets sur la réparation de l’ADN, effets sur les systèmes endocrinien et immunitaire, etc.

Pour ces différentes raisons, la supplémentation en sélénium pourrait permettre de réduire le risque de maladies cardiovasculaires et de complications associées à une maladie cardiovasculaire, et de prévenir la survenue de cancers. Toutefois, des recherches supplémentaires sont nécessaires pour mieux comprendre les bénéfices du sélénium en prévention de ces maladies.

Prévention ou correction d’une carence en sélénium

Une carence en sélénium est un phénomène rare. Elle concerne essentiellement :

  • les sujets vivants dans des zones dont le sol est pauvre en sélénium, ce qui est particulièrement le cas de la Chine et la Sibérie,
  • les sujets atteints de maladies intestinales chroniques, comme la maladie de Crohn et la colite ulcéreuse,
  • les individus sous dialyse rénale,
  • les personnes porteuses du VIH.

La carence en sélénium se traduit par l’apparition de différents symptômes :

  • des troubles cardiovasculaires,
  • une déficience de l’immunité,
  • une baisse de la fertilité masculine,
  • une augmentation de la fréquence de certains cancers.

Lorsqu’elle est associée à une carence en iode, la carence en sélénium engendre l’apparition de douleurs articulaires.

Dosage et posologie

Un apport quotidien de référence pour le sélénium a été établi par le règlement n°1169/2011 du parlement européen et du conseil du 25 octobre 2011. La valeur nutritionnelle de référence (VNR) est de 55 microgrammes (µg) par jour.

Contre-indication, danger(s) et effet(s) secondaire(s)

Indispensable pour de nombreuses fonctions de l’organisme, le sélénium ne doit cependant pas être surconsommé. Il est donc primordial de respecter les doses recommandées.

Contre-indications : Les suppléments de sélénium peuvent être contre-indiqués chez les sujets souffrant de goitre (augmentation du volume de la thyroïde). Un avis médical est recommandé pour les femmes enceintes ou allaitantes, ainsi que pour les enfants. D’une manière générale, au moindre doute, il convient de se rapprocher d’un professionnel de santé.

Effets indésirables et précautions à prendre : Lors de la prise de compléments alimentaires contenant du sélénium, il est recommandé de ne jamais dépasser une dose journalière de 150 microgrammes (µg). L’ingestion en excès peut entraîner des effets indésirables.

Une dose quotidienne supérieure à 1000 microgrammes (µg) peut notamment entraîner l’apparition d’effets indésirables comme une perte de cheveux, des ongles anormaux, des nausées, des vomissements, de la fatigue, une éruption cutanée et des lésions nerveuses.

Associations suggérées

Pouvoir antioxydant : Vitamine C, Vitamine E

Vieillissement de la peau : Collagène marin

Soin de la peau, des ongles, des cheveux : Vitamine B8 (Biotine)

Vision : Vitamine A

Informations complémentaires

Les informations de cette fiche sont données à titre indicatif et ne peuvent en aucun cas se substituer à l’avis d’un professionnel de santé. En outre, de nouveaux travaux peuvent venir contredire ou compléter les informations de cette fiche. En cas de doute, il convient de demander conseil à un professionnel de santé.

Sources

Baltaci AK, Mogulkoc R, Akil M, Bicer M. Review - Selenium - Its metabolism and relation to exercise. Pak J Pharm Sci. 2016.

Barceloux DG. Selenium. J Toxicol Clin Toxicol. 1999;37(2):145-72.

Mehdi Y, Hornick JL, Istasse L, Dufrasne I. Selenium in the environment, metabolism and involvement in body functions. Molecules. 2013 Mar 13;18(3):3292-311.

Mangiapane E, Pessione A, Pessione E. Selenium and selenoproteins: an overview on different biological systems. Curr Protein Pept Sci. 2014;15(6):598-607.

Nève J, Vertongen F, Molle L. Selenium deficiency. Clin Endocrinol Metab. 1985 Aug;14(3):629-56.

ANSES. AVIS de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail relatif à l’évaluation des risques sanitaires liés aux dépassements de la limite de qualité du sélénium dans les eaux destinées à la consommation humaine. Actualisation de l’avis de l’agence française de sécurité sanitaire des aliments de septembre 2004. 4 octobre 2012.

Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des fraudes (DGCCRF). Nutriments : recommandations sanitaires. Version 2 – Janvier 2019.

Règlement n° 1169/2011 du Parlement européen et du Conseil du 25 octobre 2011 concernant l’information des consommateurs sur les denrées alimentaires, modifiant les règlements n°1924/2006 et n°1925/2006 du Parlement européen et du Conseil et abrogeant la directive 87/250/CEE de la Commission, la directive 90/496/CEE du Conseil, la directive 1999/10/CE de la Commission, la directive 2000/13/CE du Parlement européen et du Conseil, les directives 2002/67/CE et 2008/5/CE de la Commission et le règlement n°608/2004 de la Commission.

National Institutes of Health (NIH). Selenium - Fact Sheet for Health Professionals. Mis à jour le 26 mars 2021. En ligne : https://ods.od.nih.gov/factsheets/Selenium-HealthProfessional/ (Consulté le 17/05/2021).

Vidal. Complément alimentaire : Sélénium. Mis à jour le 18 août 2014. En ligne : https://www.vidal.fr/parapharmacie/complements-alimentaires/selenium.html (Consulté le 17/05/2021).

IRBMS. Sélénium et sport. Mis à jour le 20 août 2008. En ligne : https://www.irbms.com/mineraux-selenium-se-sport/ (Consulté le 17/05/2021).

Le Manuel MSD – Version grand public. Excès de sélénium. En ligne : https://www.msdmanuals.com/fr/accueil/troubles-de-la-nutrition/min%C3%A9raux/exc%C3%A8s-de-s%C3%A9l%C3%A9nium (Consulté le 17/05/2021).

Produit(s) contenant du sélénium

Retour haut de page