Olivier

Olivier

Fiche de synthèse

Nom commun Olivier
Nom(s) scientifique(s) Olea europaea
Famille Oleaceae
Origine Régions méditerranéennes
Partie(s) utilisée(s) Feuilles essentiellement et parfois fruits (olives)
Principaux actifs Oleuropéoside, phénols
Propriété(s) associée(s) Hypotenseur | Cardioprotecteur | Diurétique | Hypoglycémiant et hypocholestérolémiant

Qu'est-ce que l'olivier ?

Arbre symbolique des régions méditerranéennes, l’olivier est réputé pour différentes raisons. Tout d’abord, son bois est prisé en ébénisterie. Ensuite, ses fruits, les olives, sont appréciés pour leur goût et l’huile qui en est extraite. Enfin, ses feuilles sont très convoitées en phytothérapie en raison de leur composition en principes actifs naturels. Ces derniers ont révélé des effets hypotenseur, hypoglycémiant, hypocholestérolémiant, cardioprotecteur, ou encore diurétique.

Origine, habitat et culture

Origine et histoire de l’olivier

L’olivier est un arbre qui possède une longue histoire : il aurait été domestiqué durant la Préhistoire, entre 4000 et 3000 av. J-C. Durant l’Antiquité, il est considéré comme un symbole de paix, d’honneur et d’immortalité. A ce titre, de nombreux ouvrages vantent ses vertus thérapeutiques. Ecrivain et naturaliste romain du Ier siècle ap. J-C, Pline l’Ancien évoque notamment les bienfaits des feuilles d’olivier pour calmer les troubles intestinaux et faciliter la cicatrisation. Au fil des siècles, l’usage des feuilles d’olivier s’est répandu. Elles ont particulièrement gagné en popularité en raison de leur effet fébrifuge, c’est-à-dire leur action bénéfique pour combattre la fièvre.

Dans les années 1930, une découverte majeure est faite sur les feuilles d’olivier : celles-ci ont une action hypotensive. Autrement dit, elles peuvent réguler la pression artérielle et ainsi lutter contre de nombreux troubles cardiovasculaires. Confirmée par plusieurs études, l’action hypotensive des feuilles d’olivier est toujours préconisée aujourd’hui.

origine_de_l_olivier

D’autres usages thérapeutiques se sont également ajoutés au fil des années et des découvertes scientifiques. Les chercheurs ont notamment montré ses bénéfices contre certains troubles métaboliques comme l’hyperglycémie et l’hypercholestérolémie.

Habitat et culture de l’olivier

La culture de l’olivier est assez complexe. C’est un arbre qui nécessite un climat bien spécifique caractérisé par des hivers doux et des étés secs. Il doit être cultivé dans des régions qui ne connaissent ni périodes trop froides ni périodes trop humides. Globalement, l’olivier a besoin d’un climat méditerranéen. C’est d’ailleurs pour cette raison que cet arbre est essentiellement présent dans le sud de l’Europe et le nord de l’Afrique.

Si l’olivier est un arbre exigeant en termes de conditions climatiques, il l’est beaucoup moins en ce qui concerne le type de sol. Il peut pousser et se développer sur différents sols, même s’il est aujourd’hui principalement cultivé dans des sols rocailleux caractéristiques des régions méditerranéennes.

L’olivier a une croissance lente : il faut attendre en moyenne 5 ans pour qu’il donne ses premiers fruits puis environ 15 années supplémentaires pour qu’il soit considéré comme productif. L’olivier atteint sa meilleure capacité de production entre 50 et 150 ans, en sachant qu’il peut vivre entre 300 et 400 ans.

Pour leur usage en phytothérapie, les feuilles d’olivier sont cueillies de préférence au printemps. A cette période de l’année, les feuilles sont en plein développement et les boutons floraux n’ont pas encore commencé à se former. La cueillette des feuilles d’olivier est généralement réalisée le matin après évaporation de la rosée et par temps sec.

Apparence, composition et format

L’olivier est un arbre qui mesure entre 5 et 12 mètres de haut. Il possède un tronc tortueux, crevassé, à l’écorce grise et formant de nombreux rameaux. L’olivier est reconnaissable par ses feuilles allongées qui donnent l’impression d’être brillantes du fait de leur coloration vert de gris sur le dessus et argentée en-dessous. Sur ses branches poussent également de petites fleurs vertes qui donnent ensuite des drupes, c’est-à-dire des fruits charnus, indéhiscents et renfermant un seul noyau. Ce sont les olives, ces petits fruits appréciés pour leur goût et l’huile alimentaire qui en est extraite.

La feuille d’olivier est très appréciée en phytothérapie en raison de sa composition en principes actifs. Elle renferme notamment :

  • des sécoiridoïdes dont l’oleuropéoside ;
  • des triterpènes comme l’acide oléanolique ;
  • des flavonoïdes comme la lutéoline ;
  • des phénols comme le tyrosol, l’hydroxytyrosol et l’acide gallique.
apparence_de_l_olivier

Aujourd’hui, il est possible de trouver des feuilles d’olivier fraîches ou séchées sous différents formats tels que la poudre, la teinture-mère, l’extrait fluide ou encore l’extrait sec. Parmi ces formats, certains sont utilisés pour l’élaboration de préparations spécifiques dont les infusions et les compléments alimentaires de feuilles d’olivier.

Propriétés et effets recherchés

proprietes_et_effets_de_l_olivier

Bienfaits cardioprotecteurs

Aujourd’hui, les feuilles d’olivier sont principalement utilisées pour leurs bienfaits sur le système cardiovasculaire. Les études montrent que ses principes actifs ont des effets hypotenseur, hypoglycémiant, hypocholestérolémiant, antioxydant et anti-inflammatoire. Ainsi, elles sont notamment employées dans le cadre de l’hypertension artérielle, du diabète de type 2 et de l’obésité. Elles sont également utilisées à titre préventif contre l’athérosclérose, les maladies coronariennes et de façon plus globale contre le vieillissement du système immunitaire.

Effet hypotenseur

La feuille d’olivier contient un composé capable de réguler la tension artérielle : l’oleuropéoside. Des résultats similaires à certains médicaments antihypertenseurs ont notamment été obtenus ces dernières années. Des études ont également montré que l’usage de feuilles d’olivier pouvait contribuer à atténuer les troubles liés à l’hypertension comme les vertiges, les maux de tête ou encore les bourdonnements d’oreilles.

Effet hypoglycémiant

L’oleuropéoside est également capable de diminuer le taux de glucose sanguin. Il peut ainsi contribuer à lutter contre les hyperglycémies, notamment celles qui surviennent dans le cadre d’un diabète de type 2.

Effet hypocholestérolémiant

Les principes actifs présents dans la feuille d’olivier semblent contribuer à diminuer le taux de mauvais cholestérol au sein de l’organisme. Aussi connu sous le nom de LDL-cholestérol, le mauvais cholestérol est connu pour favoriser l’athérosclérose. C’est une maladie des artères caractérisée par la formation de plaques d’athérome par accumulation de corps gras.

Pouvoir antioxydant et anti-inflammatoire

Plusieurs études suggèrent que les bienfaits cardioprotecteurs des feuilles d’olivier pourraient être renforcés par leurs propriétés antioxydante et anti-inflammatoire.

Diurétique

En plus de son potentiel cardioprotecteur, l’oleuropéoside des feuilles d’olivier a une action sur la diurèse. Ce composé peut augmenter l’excrétion d’urine, ce qui permet de lutter contre certains problèmes urinaires.

Dosage et posologie

posologies_de_l_olivier

Dans le cadre d’une cure en feuilles d’olivier, la posologie peut varier selon le dosage en principes actifs de l’extrait et les effets recherchés. Les posologies les plus fréquentes sont notamment :

  • 30 à 40 g de feuilles pour un litre d’eau en décoction ;
  • 30 à 50 g de feuilles sèches dans un litre d’eau pour une infusion ;
  • 30 à 50 gouttes de teinture-mère par jour, à diluer dans un grand verre d’eau ;
  • 400 à 1500 mg par jour sous forme de gélules.

Les cures en feuilles d’olivier sont généralement à réaliser entre 3 semaines et 1 mois. En cas de doute, un avis médical est recommandé.

Contre-indication, danger(s) et effet(s) secondaire(s)

Contre-indications : Les principes actifs présents dans les feuilles d’olivier sont bien tolérés par l’organisme. Par mesure de précaution, il est toutefois recommandé aux femmes enceintes ou allaitantes de demander un avis médical avant de démarrer une cure.

Effets secondaires : A ce jour, aucun effet secondaire majeur n’a été répertorié lors de l’usage de feuilles d’olivier en phytothérapie.

Interaction(s)

Les principes actifs présents dans les feuilles de l’olivier peuvent potentiellement interagir avec des médicaments antihypertenseurs et antidiabétiques. Un avis médical est recommandé aux personnes sous traitement médical.

Associations suggérées

Hypertension : Arbousier, aubépine, chardon-béni

Cholestérol : Artichaut, chardon-marie, chrysanthellum americanum

Diabète de type 2 : Avocatier, géranium robert, gymnema sylvestris, mûrier

Informations complémentaires

De nombreuses études sont menées sur les feuilles de l’olivier. A tout moment, de nouveaux résultats peuvent venir contredire ou compléter les informations de cette fiche. En cas de doute, il convient de se rapprocher d’un professionnel de santé.

Sources

S. Lacoste, Ma bible de la phytothérapie: Le guide de référence pour se soigner avec les plantes, Éditions Leduc.s, Sept 2014, 648 pages.

C. Gayet, Guide de poche de phytothérapie: Acné, ballonnements, migraines... Soignez-vous au naturel !, Éditions Leduc.s, Mars 2018, 176 pages.

A. Nogaret, La phytothérapie: Se soigner par les plantes, Editions Eyrolles, Juil. 2011, 192 pages.

A. Bervillé, C. Breton, Histoire de l’olivier, Editions Quae, Déc. 2012, 224 pages.

M. Bardoulat, L'olivier, trésor de santé: un arbre, un fruit, une huile aux vertus millénaires, Alpen Editions s.a.m., 2004, 95 pages.

M. T. Khayyal, et al., Blood pressure lowering effect of an olive leaf extract (Olea europaea) in L-NAME induced hypertension in rats, Arzneimittelforschung, 2002, 52(11):797-802.

E. Susalit, et al., Olive (Olea europaea) leaf extract effective in patients with stage-1 hypertension: comparison with Captopril, Phytomedicine, Fév. 2011, 18(4):251-8.

T. Perrinjaquet-Moccetti, et al., Food supplementation with an olive (Olea europaea L.) leaf extract reduces blood pressure in borderline hypertensive monozygotic twins, Phytother Res, Sept. 2008, 22(9):1239-42.

P. Vogel, et al., Polyphenols benefits of olive leaf (Olea europaea L) to human health, Nutr Hosp, Déc. 2014, 31(3):1427-33.

N. Bennani-Kabchi, et al., Effects of Olea europea var. oleaster leaves in hypercholesterolemic insulin-resistant sand rats, Therapie, Nov-Dec 1999, 54(6):717-23.

Produit(s) contenant de l'olivier

Retour haut de page