Aubépine

Aubépine

Fiche de synthèse

Nom commun Aubépine
Autre(s) nom(s) Valériane du coeur, épine blanche, épine de mai, noble épine, bois de mai, poire d’oiseau, senellier, cenellier
Nom(s) scientifique(s) Crataegus oxyacantha, Crataegus monogyna
Famille Rosaceae
Origine Europe, Asie, nord de l’Afrique
Partie(s) utilisée(s) Fleurs, sommités fleuries
Principaux actifs Polyphénols dont flavonoïdes
Propriété(s) associée(s) Tranquillisante | Effets anti-stress | Bénéfices contre les troubles du sommeil | Bienfaits cardiovasculaires

Qu'est-ce que l'aubépine ?

L’aubépine est un arbuste dont le bois, les fruits et les fleurs sont utilisés depuis de nombreuses années. Longtemps employées pour chasser le mauvais œil, les fleurs d’aubépine suscitent aujourd’hui un grand intérêt en phytothérapie. Grâce aux progrès de la science, de nombreux principes actifs ont pu être identifiés au sein des fleurs et des sommités fleuries. Ces composés présentent une activité antioxydante, cardiotonique, cardioprotectrice et apaisante. C’est pourquoi l’aubépine est aujourd’hui préconisée pour lutter contre les palpitations, l’hypertension, la nervosité, l’anxiété, ainsi que les troubles du sommeil.

Origine, habitat et culture

L’aubépine est un arbuste utilisé à différentes fins depuis plusieurs siècles. Au fil des années, il a multiplié les surnoms : bois de mai, épine de mai, épine blanche… Le surnom d’épine blanche reste le plus fréquent. D’ailleurs, le terme aubépine vient du latin alba spina qui signifie « épine blanche ».

Son nom scientifique, Crataegus oxyacantha, fait aussi référence à ce surnom. En grec, oxy signifie aigu et acantha correspond à l’épine. Le surnom d’épine blanche vient de l’aspect épineux de l’aubépine et de ses fleurs blanches. L’étymologie du genre botanique Crataegus, auquel appartient l’aubépine, fait quant à elle mention à une légende. En grec, cratos correspond à la force et aigon signifie la chèvre. La légende raconte que les chèvres qui broutaient les fleurs et les feuilles d’aubépine acquéraient une grande force. Mythe ou réalité ?

Quoi qu’il en soit, l’aubépine connaît un grand succès depuis la Préhistoire. A cette période, ses fruits étaient utilisés comme denrées alimentaires. Ressemblant à des baies, ils étaient séchés, moulus puis incorporés dans les bouillies et pâtes à pain.

Les fleurs d’aubépine ont quant à elles acquis plusieurs valeurs symboliques dès l’Antiquité : d’abord pour préserver la chasteté et accroître la fidélité, puis pour chasser le mauvais œil. Les fleurs étaient suspendues dans les maisons, notamment au-dessus des berceaux pour protéger les bébés.

culture_de_l_aubepine

Les vertus thérapeutiques de l’aubépine n’ont été découvertes que tardivement. Si quelques usages médicaux semblent avoir existé au Moyen-Age, ce n’est réellement qu’à la fin du XIXème siècle que le potentiel thérapeutique de l’aubépine fut mis en évidence. Grâce aux progrès de la science, les chercheurs sont parvenus à identifier des composés bioactifs et à démontrer leurs propriétés cardiotoniques, antispasmodiques et sédatives.

L’aubépine est un arbuste qui se développe dans différents environnements et dans de nombreuses régions du monde. Elle est commune en Asie occidentale, en Afrique du Nord, ainsi qu’en Europe centrale et nordique. En France, l’aubépine se retrouve dans les bois clairs, les lisières, les haies ou encore les coteaux. Toutefois, elle a une préférence pour les terrains calcaires avec une exposition ensoleillée. A la croissance lente, l’aubépine peut vivre pendant plusieurs centaines d’années. Sa floraison se déroule d’avril à mai et les fruits apparaissent d’août à octobre. La récolte des fleurs se fait ainsi durant le printemps, et celle des fruits durant l’automne.

Apparence, composition et format

L’aubépine est un arbuste qui se présente comme un buisson pouvant atteindre jusqu’à 4 mètres de hauteur. Il est facilement reconnaissable par son aspect épineux. Ses branches de couleur grise sont en effet garnies d’épines acérées et courtes. L’aubépine possède de petites feuilles ovales, incisées, dentées et divisées en trois à cinq lobes peu profonds. Les feuilles sont vertes luisantes sur le dessus et plus pâles en-dessous.

Au printemps, de nombreuses fleurs de couleur blanche ou rosée apparaissent. Elles se disposent en corymbes, c’est-à-dire en grappes qui forment un dôme sur le dessus. Les fleurs d’aubépine sont particulièrement parfumées. Leur odeur rappelle celle des amandes amères. A la fin de l’été et durant l’automne, les fleurs laissent leur place à des fruits. Ce sont de petites drupes dont la taille est similaire à celle d’un gros pois ou d’une baie. Les fruits affichent un rouge vif brillant qui devient sombre et mat au moment de la maturité. Charnus, les fruits de l’aubépine renferment de nombreuses graines.

apparence_de_l_aubepine

Si l’aubépine connaît actuellement un grand succès en phytothérapie, c’est en raison de sa composition en principes actifs. Les chercheurs sont notamment parvenus à identifier les composés suivants :

  • des oligomères proanthocyanidiques ;
  • des flavanols comme la catéchine et l’épicatéchine ;
  • des acides phénoliques comme l’acide caféique et l’acide chlorogénique ;
  • des acides triterpéniques et pentacycliques comme l’acide crataegolique ;
  • des amines aromatiques comme la tyramine ;
  • des stérols.

En phytothérapie, ce sont essentiellement les fleurs et les sommités fleuries qui sont employées. Après récolte, elles peuvent se présenter sous différents formats tels que des extraits de plantes fraîches, des extraits secs, des extraits liquides ou encore des teintures mères. Parmi ces formats, certains sont utilisés pour l’élaboration de préparations spécifiques dont des infusions et des compléments alimentaires d’aubépine.

Propriétés et effets recherchés

proprietes_effets_de_l_aubepine

Action tranquillisante

De nombreuses études ont confirmé l’effet apaisant de l’aubépine. Celle-ci peut avoir de nombreux atouts au quotidien.

Effets anti-stress et anti-anxiété

L’aubépine est employée lors de périodes de surmenage et de stress. Elle est notamment indiquée lors d’irritabilité, d’émotivité excessive, d’angoisses, de vertiges ou encore de bourdonnements d’oreilles.

Bénéfices contre les troubles du sommeil

Calmante et apaisante, l’aubépine est employée pour faciliter le sommeil et lutter contre les insomnies. Elle est préconisée dans la prise en charge des états neurotoniques des adultes et des enfants, notamment lors de troubles mineurs du sommeil.

Effets sur le système cardiovasculaire

L’aubépine a révélé de nombreux bienfaits au niveau du système cardiovasculaire et est aujourd’hui utilisée pour la prise en charge de nombreux troubles.

Action cardiotonique

L’aubépine peut agir sur le tonus cardiaque en contribuant à améliorer la circulation sanguine au niveau du cœur. Cette activité cardiotonique est particulièrement intéressante pour lutter contre l’insuffisance cardiaque légère.

Cardioprotecteur

L’aubépine renferme des polyphénols, et plus exactement des flavonoïdes à l’action antioxydante. Ces composés participent à la protection du cœur en luttant contre le stress oxydant, c’est-à-dire l’accumulation d’espèces oxydantes hyper-réactives néfastes pour les cellules cardiaques. D’après plusieurs études, les flavonoïdes présents au sein de l’aubépine semblent également lutter contre les réactions inflammatoires au niveau du cœur et améliorer l’utilisation de l’oxygène par le muscle cardiaque.

Bienfaits sur les irrégularités du système cardio-vasculaire

Comme évoqué précédemment, l’aubépine possède une action tranquillisante. Au niveau du coeur, celle-ci peut contribuer à régulariser le rythme cardiaque. C’est pour cette raison que cette plante est souvent préconisée pour stopper les palpitations et lutter contre l’hypertension artérielle.

Dosage et posologie

posologie_aubepine

A ce jour, il n’existe pas de dosage indicatif pour l’aubépine. De plus, les dosages peuvent être très différents d’une préparation à l’autre selon la teneur en principes actifs de l’extrait utilisé. La posologie peut varier entre 100 et 900 mg par jour selon le type d’extrait utilisé et les effets recherchés. La posologie peut également évoluer si l’aubépine est associée à d’autres plantes telles que la passiflore ou la valériane. D’une manière générale, il convient de se référer aux indications mentionnées sur les préparations. En cas de doute, un avis médical est recommandé.

Contre-indication, danger(s) et effet(s) secondaire(s)

Contre-indications de l’aubépine : Les extraits d’aubépine sont des actifs qui sont utilisés depuis de nombreuses années et qui n’ont révélé aucun danger pour l’organisme. Etant donné leur composition en principes actifs, un avis médical est toutefois recommandé aux enfants, femmes enceintes, femmes allaitantes et personnes sous traitement médical.

Effets secondaires de l’aubépine : A ce jour, aucun effet secondaire majeur n’a été répertorié lors de l’usage de l’aubépine.

Associations suggérées

Nervosité : passiflore et valériane

Hypertension artérielle légère et débutante : olivier

Informations complémentaires

L’aubépine peut faire l’objet de nouvelles études scientifiques. Les résultats de ces travaux peuvent venir contredire ou compléter les informations de cette fiche. En cas de doute, il convient de se rapprocher d’un professionnel de santé.

Sources

S. Lacoste, Ma bible de la phytothérapie: Le guide de référence pour se soigner avec les plantes, Éditions Leduc.s, Sept. 2014, 648 pages.

A. Nogaret, La phytothérapie: Se soigner par les plantes, Editions Eyrolles, Juil. 2011, 192 pages.

É. Lacombe-Carraud, Mon guide santé, beauté, forme, Jouvence Santé, Juin 2013, 224 pages.

P. Goetz, K. Ghédira, Phytothérapie anti-infectieuse, Springer Science & Business Media, Août 2012, 394 pages.

M. Pierre, M. Lys, Secrets des plantes, Editions Artemis, 2007, 463 pages.

N. Tonelli, F. Gallouin, Des fruits et des graines comestibles du monde entier, Lavoisier, Oct. 2013, 736 pages.

B. Yang, P. Liu, Composition and health effects of phenolic compounds in hawthorn (Crataegus spp.) of different origins, J Sci Food Agric, Juin 2012, 92(8):1578-90.

S. S. Chatterjee, et al., In vitro and in vivo studies on the cardioprotective action of oligomeric procyanidins in a Crataegus extract of leaves and blooms, Arzneimittelforschung, Juillet 1997, 47(7):821-5.

S. K. Verma, et al., Crataegus oxyacantha - A cardioprotective herb, Journal of Herbal Medicine and Toxicology, 2007, 1(1) 65-71.

M. A. Lacaille-Dubois, et al., Search for potential angiotensin converting enzyme (ACE)-inhibitors from plants, Phytomedicine, Janvier 2001, 8(1):47-52.

I. E. Orhan, Phytochemical and pharmacological activity profile of Crataegus oxyacantha L. (hawthorn) - A cardiotonic herb, Curr Med Chem, 18 septembre 2016.

A. F. Walker, et al., Hypotensive effects of hawthorn for patients with diabetes taking prescription drugs: a randomised controlled trial, Br J Gen Pract, Juin 2006, 56(527):437-43.

Produit(s) contenant de l'aubépine

Retour haut de page