Canneberge

Canneberge

Fiche de synthèse

Nom commun Canneberge, cranberry (anglais)
Autre(s) nom(s) Grande canneberge, airelle à gros fruits, raisin d’ours, canneberge américaine,
Nom(s) scientifique(s) Vaccinium macrocarpon
Famille Ericaceae
Origine Amérique du Nord
Partie(s) utilisée(s) Fruit
Principaux actifs Polyphénols (notamment Proanthocyanidol A)
Propriété(s) associée(s) Prévention des infections urinaires, antioxydant

Qu'est-ce que la canneberge ?

La canneberge appelée aussi Cranberry (nom anglo-saxon), est une petite baie originaire des USA au goût sucré et acide. Elle est depuis longtemps connue pour ses vertus préventives contre les cystites. Elle peut être utilisée dès les premiers troubles de la miction ou en prévention chez les personnes sujettes aux infections urinaires à répétition.

Cette baie, riche en polyphénols et en vitamine C possèdent d’excellentes vertus antioxydantes.

Origine, habitat et culture

Vaccinium Macrocarpon est une plante de la famille des Ericaceae. Elle croît dans les marais et tourbières des régions froides et humides d’Amérique du Nord. 95% de la production mondiale de Canneberge se fait aux USA et au Canada.

Elle pousse naturellement sur les sols acides et sablonneux, et résiste à des températures extrêmement basse. La plante se met en dormance hivernale et commence sa croissance au printemps. Les fruits sont récoltés de fin septembre à mi-octobre.

Connue depuis longtemps, la canneberge était utilisée, crue ou séchée, par les amérindiens pour traiter les problèmes gastriques, hépatiques et rénaux mais aussi en prévention des infections urinaires ou en cataplasme pour désinfecter les plaies.

Les amérindiens se servaient également de cette baie comme teinture pour les vêtements, pour les peintures de guerre et comme monnaie d’échange.

Les baies séchées étaient utilisées dans un plat appelé pemmican : mélange de Cranberry, viande séchée et graisse. Cet ajout de canneberge permettait de conserver la viande et le poisson mais aussi d’y ajouter du goût et des vitamines.

Les premiers colons ont découvert cette baie grâce aux Amérindiens, les pères fondateurs fêtaient avec les Amérindiens la chasse des dindes et la cueillette des Cranberry c’est d’ailleurs depuis cette époque qu’est née la fameuse tradition de « thanksgiving » où les américains dégustent la dinde accompagnée de sa sauce aux cranberries.

Les Colons emportaient la baie lors de leur long voyage en mer ce qui leur a permis de lutter contre le scorbut sans véritablement savoir que c’était dû à ce petit fruit.

Apparence, composition et format

La canneberge est une plante vivace, vigoureuse, rampante, à croissance très lente et sempervirente. Elle ne mesure pas plus de 30 centimètres. Les feuilles sont petites et peu nombreuses. Les fleurs apparaissent de fin juin à début juillet à l’extrémité des rameaux supérieurs.

En début de floraison elles poussent vers le sol et ressemblent à une tête de grue, c’est pourquoi les colons baptisèrent cette plante « crane berry » qui veut dire « baie de grue ».

Le fruit de la canneberge est une baie ronde et rouge plus ou moins foncée, elle mesure 1 à 2 cm de diamètre. Il est croquant, ferme, acide et astringent (due à la présence de tanins).

illustration canneberge

Cette baie est consommée fraiche ou séchée sous diverses formes, en grande majorité sous forme de jus, mais on peut également la trouver en gélule ou comprimé, en surgelé ou dans des produits transformés (confiture, biscuits, coulis…).

format canneberge

L’analyse chimique de la baie de canneberge révèle la présence majoritaire d’eau, de sucre (12 à 13%) essentiellement du fructose, du glucose et du saccharose, de fibres (4,2%), très peu de lipides et de protéines.

On note aussi la présence d’acides phénoliques 44% (acide malique, citrique, benzoïque), diverses vitamines, notamment A, C, E et K, mais aussi des minéraux et des oligoéléments.

Les polyphénols (tanins) sont présents en quantité importante (56%) notamment les proanthocyanidols A et B (PAC A et PAC B) responsables de la couleur rouge du fruit, et de la quercétine.

Propriétés et effets recherchés

propriétés canneberge

Prévention cystite (infection urinaire)

La canneberge est depuis toujours connue pour ses effets préventifs contre les cystites.

Escherichia Coli est la bactérie responsable de près de 80% des infections urinaires, cette bactérie se fixe à la paroi urothéliale grâce à une protéine appelée fimbriae ou adhésine.

Les PAC de la canneberge et plus spécifiquement les PAC A ont la particularité d’inhiber l’adhésion de cette bactérie aux cellules de la paroi urothéliale grâce à plusieurs mécanismes :

  • Inhibition de la synthèse des protéines Fimbriae
  • Déformation d’Escherichia Coli
  • Modification du potentiel électrique de la surface bactérienne

Les PAC B ne présentent pas cette propriété préventive contre les cystites ce qui explique pourquoi de nombreux autres fruits (pomme, myrtille, raisin...) ou plante (thé vert) riche en PAC B n’ont aucune activité sur Escherichia Coli. Les essais réalisés à ce jour n’ont pas pu démontrer la corrélation entre diminution de l’incidence des cystites et consommation de canneberge, en effet ces études présentaient souvent des biais méthodologiques (populations trop peu nombreuses, problèmes d’observance, extraits de canneberge non standardisé…). Des essais bien réalisés seraient intéressant afin de confirmer le potentiel de cette baie sur la prévention des infections urinaires.

Cependant, la canneberge reste à ce jour le traitement première intention dans la prévention des cystites.

Antioxydant et diminution des risques de maladies cardiovasculaires

Du fait de ses hautes concentrations en acide phénolique et en polyphénols (notamment les PAC), la canneberge fait partie des fruits aux vertus anti oxydantes les plus importantes.

Ainsi en empêchant l’oxydation des LDL (mauvais cholestérol) la canneberge diminuerait le risque d’athérosclérose.

Action sur la plaque dentaire

Plusieurs études ont démontré que les polyphénols de la canneberge, pouvaient jouer un rôle dans le traitement et/ou la prévention de la carie dentaire mais aussi diminuer la formation de la plaque dentaire et l’apparition de maladies parodontales.

Cependant il est évidemment préférable de consommer la canneberge en gélules plutôt qu’en jus, trop riche en sucre et trop acide.

Dosage et posologie

posologie canneberge

La dose efficace recommandée dans la prévention des cystites est de 36 mg par jour de proanthocyanidine.

L’action est maximale au bout de 6 heures et disparait après 24 heures.

Contre-indication, danger(s) et effet(s) secondaire(s)

Les effets les plus fréquents rapportés regroupent des irritations de la muqueuse gastrointestinale. Ces irritations pouvant être dues aux tanins qui sont astringents, des reflux, des nausées modérées et des contractions intestinales.

La consommation prolongée de canneberge (riche en acide oxalique) chez les individus sujets aux lithiases rénales oxaliques est déconseillée.

Il est recommandé de surveiller régulièrement son INR en cas de prise concomitante de Warfarine.

La consommation est possible pendant la grossesse et l'allaitement.

Associations suggérées

Prévention cystite : Bouleau, Busserole, Bruyère

Diurétique : Piloselle, Reine des près, Thé vert

Informations complémentaires

Le goût de la canneberge (légèrement acide et astringent) peut être une des causes de l’arrêt du traitement. Dans ce cas, la prise de canneberge en gélule ou comprimé est préconisée.

Sources

Ernest Small, Paul M. Catling. Les cultures médicinales canadiennes. In NRC Research Press, 2000.

Abraham SN, Sun D, Dale JB, Beachey EH. Conservation of the D-mannose-adhesion protein among type 1 fimbriated members of the family Enterobacteriaceae.Nature. 1988 Dec 15;336(6200):682-4.

Jumaa PA, Tabaqchali S. Bacterial factors in the initiation of urinary tract infection. Eur Urol Update Ser. 1996 ; 79-86

Schaeffer Aj. Infections of the urinary tract. Campbells Urol. 1992 ;731-806

Nicolle LE. Pivmecilliam for the treatment of acute uncomplicates urinary infection. Int J Clin Pract 1999 Dec ;53 (8) :612-7

Granlund M, Landgren E, Henning C. Pivmecillinam in treatment of Staphylococcus saprophyticus urinary tract infections. Scand J Infect Dis. 1983 ;15(1) :65-9

G-06 – Pivmecillinam (piv) pour le traitement des cystites simples (CS) : à réhabiliter en France ? EM-Consulte

Calbo E, Romanì V, Xercavins M, Gòmez L, Vidal CG, Quintana S, et al. Risk factors for community-onset urinary tract infections due to Escherichia Coli harbouring extendedspectrum beta-lactamases. J Antimicrob Chemother. 2006 Apr ;57(4) :780-3

Hedman P, Ringertz O. Urinary tract infections caused by Staphylococcus saprophyticus. A matched case control study. J infect. 1991 Sep ;23(2) :145-53

Lawrentschuk N, Ooi J, Pang A, Naidu KS, Bolton DM. Cytoscopy in women with recurrent urinary tract infection. Int J Urol Off J Jpn Urol Assoc 2006 Apr ;13(4) :350-3

Caron, Vial, Marannchi, Anglade, Mallaret et al. AFSSAPS Commission nationale de pharmacovigilance : compte rendu du mardi 24 Mai 2011

Liu Y, Black MA, Caron L, Camesano TA. Role of cranberry juice on molecular-scale surface characteristics and adhesion behavior of E.Coli. Biotechnol Bioeng.2006 Feb 5 ;93(2) :297-305.

Habash MB, van der Mei HC, Busscher Hj, Reid G. Adsorption of urinary components influences the zeta potential of uropathogen surfaces. Colloids Surf B Biointerfaces. 2000 Nov 15

Wang C, Fang C, Chen N et al. Cranberry-containing products for prevention of urinary tract infections in susceptible populations : A systematic reviex and meta-analysis of randomizes controlled trials. Arcj intern med. 2012 Jul 9

Jepson RG, Williams G, Craig JC. Cranberries for preventing urinary tract infections. In : Cochrane Database of Systematic Reviews. John Wiley and Sons, Ltd ; 2012

Bodet C, Chandad F, Grenier D. Anti-inflammatory activity of a high-molecular-weight cranberry fraction on macrophages stimulated by lipopolysaccharides from periodonthopathogens. J Dent res. 2006 Mar ;85(3) :235-9

Duarte S, Gregoire S, Singh AP, Vorsa N,, Schaich K, Bowen WH, et al. Inhibitory effects of cranberry polyphenols on formation and acidogenicity of Streptococcus mutans biofilm. FEMS Microbiol Lett. 2006 Apr ; 257(1) :50-6

Steinberg D, Feldman M, Ofek I, Weiss EI. Cranberry high molecular weight constituents promote Streptococcus sobrinus desorption from artificial biofilm. Int j Antimicrob Agents. 2005 Mar ;25(3):247-51

Chu Y-F, Liu RH. Cranberries inhibit LDL oxidation and induce LDL receptor expression in hepatocytes. Life Sci. 2005 Aug 26 ;77(15) :1892-901

Rainer NOwack WS. Cranberry juice for prophylaxis of urinary tract infections – Conclusions from clinicla experience and research. Phytomedecine. 2008 ;15(9) :653-67

Terris MK, Issa MM, Tracker JR. Dietary supplementation with cranberry concentrate tablets may increas the risk of nephrolithiasis. Urology. 2001 Jan ;57(1) :26-9

Gupta K, Chou MY, Howell A, Wobbe C, Grady R & Stapleton AE. Cranberry products inhibit adherence of p-fimbriated Escherichia coli to primary cultured bladder and vaginal epithelial cells. J Urol. 2007. 177, 2357-2360.

Howell AB, Botto H, Combescure C, Blanc-Potard AB, Gausa L, Matsumoto T, Tenke P, Sotto A & Lavigne JP. Dosage effect on uropathogenic Escherichia coli anti- adhesion activity in urine following consumption of cranberry powder standardized for proanthocyanidin content: a multicentric randomized double blind study. BMC Infect Dis. 2010. 10, 94.

http://www.dentiste.be/assets/assets/Documents/LP/Mep%20LP%20238%20BD.pdf

Produit(s) contenant de la canneberge

Retour haut de page