Reine des prés

Reine des prés

Fiche de synthèse

Nom commun Reine des prés, Ulmaire, Meadowsweet (anglais)
Nom(s) scientifique(s) Filipendula ulmaria
Famille Rosacées
Origine Europe centrale et septentrionale
Partie(s) utilisée(s) Sommités fleuries
Principaux actifs Les composés salicylés, les tanins, les flavonoïdes
Propriété(s) associée(s) Anti-inflammatoire | Diurétique | Anti-ulcéreux

Qu'est-ce que la reine les prés ?

La Reine des prés, souvent appelé « aspirine végétale » est principalement connue pour ses vertus anti inflammatoires, en effet il est une bonne alternative à l’aspirine car il permet de soulager efficacement les douleurs en évitant les effets indésirables gastriques connus de ce médicament. Cette plante est également connue pour ses vertus diurétiques, elle sera donc une alliée lors de régimes minceurs, idéale pour lutter contre la rétention d’eau, pour favoriser le drainage et éliminer les toxines du corps.

Origine, habitat et culture

Filipendula ulmaria, communément appelée Reine des prés ou ulmaire, appartient à la famille des rosacées. C’est une plante originaire d’Europe centrale et septentrionale, que l’on retrouve également en Asie Occidentale et en Amérique du Nord.

La Reine des prés est très commune en France, excepté en méditerranée.

Elle apprécie les zones humides, pousse le long des rivières, des berges et des ruisseaux mais aussi dans les fossés et les zones marécageuses.

L’Ulmaire faisait partie des plantes vénérées par les druides, elle était utilisée pour jeter des sorts d’amour.

Considérée comme une fleur magique, elle était parsemée (notamment durant les mariages) pour diffuser la paix, l’amour et l’harmonie.

localisation reine des près

La Reine des prés était déjà connu au Moyen-Âge pour ses propriétés antipyrétiques et antirhumatismales, au 17ème siècle elle était utilisée pour traiter les patients atteints du virus de la grippe, mais également appréciée en cas de brûlures gastriques, de diarrhée, de douleurs musculaires et articulaires.

En 1835, un scientifique du nom de Karl Löwig réussi à extraire une molécule chimiquement identique à l’acide salicylique (extraite de l’écorce de saule) : il l’appellera ”acide spiréique” il s’agit en fait du “salicylate de sodium“. Cette substance efficace contre les douleurs et la fièvre présentait malheureusement trop d’effets indésirables gastrique.

Ce n’est qu’en 1853 qu’un chimiste français, Gerhardt réussi à transformer le ”salicylate de sodium” en ”acide acétylsalicylique », mais le procédé était trop complexe et le produit trop impur. Ce n’est qu’en 1897, que Felix Hoffmann, chimiste qui travaillait pour les laboratoires Bayer, reprit les travaux de Gerhart tombés dans l’oubli et réussit à obtenir “l’acide acétylsalicylique” pur : le produit sera commercialisé sous le nom d’Aspirin® : “a” pour acétyl et ”spirin” pour Spiraea.

Apparence, composition et format

La Reine des prés est une plante de grande taille, ses tiges sont rougeâtres, elle mesure de 60 cm à 2 mètres de hauteur. C’est une plante herbacée et vivace.

En début d’été, la Reine des prés produit de nombreuses fleurs blanches disposées en grappe qui dégagent une très forte odeur au parfum agréable.

Ce sont les sommités fleuries récoltées en Juin et Juillet qui seront séchées et utilisées pour profiter des vertus thérapeutiques de cette plante.

Ses fruits, enroulées en hélice sont à l’origine de son ancien nom de genre “Spirae Ulmaria “

Les principes actifs de la plante sont :

  • Acides phénols : Dérivés de l’acide salicylique (aldéhyde salicylique, salicylate de méthyle)
  • Flavonoïdes : Hétérosides de quercétol, hétérosides de kaempférol
  • Tanins : Gallotanins , Rugosine D

La Reine des prés se trouve sous plusieurs formes :

illustration reine des prés
  • Extrait séché de sommités fleuries ou de poudre, conditionnés en gélules
  • Sachet de sommités fleuries séchées à utiliser en infusion
  • Ampoules
  • Teinture mère

Propriétés et effets recherchés

propriétés reine des prés

Anti-inflammatoire

Une fois ingérée, les composés salicylés de la Reine des prés sont métabolisés au niveau du foie pour donner de l’acide salicylique, qui est la molécule ayant des propriétés antiinflammatoires et antipyrétiques.

Contrairement à qui est le principe actif de l’aspirine, l’acide salicylique ne provoque pas les effets indésirables gastrique bien connu de l’acide acétylsalicylique (le principe actif de l’aspirine).

L’effet antioxydant, démontré dans plusieurs études, grâce à la présence des composés phénoliques et des flavonoïdes de la plante, diminue l’inflammation luttant contre les attaques de radicaux libres responsables de nombreuses pathologies inflammatoires (rhumatismes, arthrose…).

Diurétique

Plusieurs études ont montré que la Reine des prés favorise la diurèse. L’ESCOP déclare que Filipendula ulmaria ”augmente l élimination rénale de l’eau“. La Reine des prés est donc très intéressante grâce à ses propriétés détoxifiantes et drainantes elle élimine les toxines du corps et diminue la rétention d’eau.

Dans un contexte de maladies rhumatismales avec gonflement articulaire, l’ulmaire est doublement bénéfique, en effet en plus de calmer la douleur grâce à son effet anti-inflammatoire elle va permettre de diminuer l’oedème grâce à son effet diurétique.

De plus il a été prouvé que la Reine des prés protège les articulations de dépôts de cristaux d’acide urique, impliqués dans les crises de goutte.

Antiulcéreux

Plusieurs études ont mis en évidence l’effet gastro-protecteur de la Reine des prés qui a la propriété de :

  • Prévenir la formation d’ulcères en réduisant l’action ulcérogène de certains produits (médicaments, aliments…)
  • Favoriser la cicatrisation d’ulcères existants
  • Protéger la muqueuse gastrique grâce à la présence de tanins.

De plus une étude réalisée en 2010 a montré que la Reine des prés inhibe la croissance d’Helicobacter pylori, bactérie bien connu comme étant un facteur prédisposant aux ulcères gastroduodénaux.

Action astringente

En application topique, la Reine des prés, grâce à la présence des tanins :

  • Favorisera la cicatrisation des plaies (blessures, brûlures, eczéma…)
  • Aidera à lutter contre l’acné
  • Diminuera la sécrétion de sébum

Action anti microbienne

De nombreuses études ont permis de déterminer que la Reine des prés présentait une activité bactéricide contre de nombreux pathogènes humains : Campylobacter jejuni, Helicobacter pylori, Escherichia coli, Staphylococcus aureus, Listeria monocytogenes, Salmonella Enteritidis, …

Dosage et posologie

posologie reine des prés

L’EMEA en se basant sur les usages traditionnels recommande :

  • 2 à 18g par jour de plante séchée en infusion
  • 250 à 1500mg d’extrait sec en poudre par jour
  • 6 à 12 ml de teinture mère par jour

Contre-indication, danger(s) et effet(s) secondaire(s)

  • Déconseillé chez la femme enceinte et allaitante.
  • Il n y’a pas d’effet indésirable aux posologies recommandées, cependant chez certaines personnes on pourra retrouver (rarement) des maux d’estomac, des nausées et des réactions cutanées.
  • Ne pas consommer en cas d’allergie connue aux salicylés (Aspirine)

Signaler la prise de Reine des prés à votre médecin

Interaction(s)

Aucune donnée clinique n’existe sur d’éventuels interactions avec des médicaments.

Cependant du fait de la présence de dérivés salicylés il convient de rester prudent en cas de prise concomitante avec des médicaments augmentant le risque hémorragique (Aspirine, Traitements anticoagulants : warfarine, héparines, Antiagrégants plaquettaires : clopidogrel…).

Associations suggérées

Diurétique : Piloselle

Minceur : Ananas

Anti-inflammatoire : Harpagophytum, curcuma

Sources

European Scientific Cooperative on Phytotherapy and PHYTOTHERAPY (ESCOP) Monographs: The Scientific Foundation for Herbal Medicinal Products. Springer press: Heidelberg 2003.

Abebe, W., 2002, Herbal medication: potential for adverse interactions with analgesic drugs. Journal of Clinical Pharmacy and Therapeutics. December 2002. Vol. 27, no. 6, p. 391–401.

J. Bruneton, Pharmacognosie phytochimie plantes médicinales, Paris : Lavoisier, 2009.

Fadeyi, O., Obafemi, C, Adewunmi, C. and Iwalewa, E.Antipyretic, analgesic, antiinflammatory and cytotoxic effects of four derivatives of salicylic acid and anthranilic acid in mice and rats. African Journal of Biotechnology. 2004. Vol 3, no 8, p.426–431.

Churin, A. A., Masnaia, N. V., Sherstoboev, E. Iu and Shilova, I. V., 2008, Effect of Filipendula ulmaria extract on immune system of CBA/CaLac and C57Bl/6 mice. Eksperimental’naia I Klinicheskaia Farmakologiia. October 2008. Vol. 71, no. 5, p. 32–36.

Leonaviciene, L, Vaitikiene, D, Keturkiene, A, Bradunatie, R, Vasiliauskas A, Experimental osteoarthritis and its treatment with herbal preparations, Institute of Experimental and Clinical Medicine at Vilius University, Gerontology, 9(1) : 34-48, 2008

B. Boullard, Plantes médicinales du monde réalités et croyances, Paris : Editions ESTEM, 2001.

Lamaison, J. L., Petitjean-Freytet, C. and Carnat, A., 1992, Teneur en principaux flavonoides des parties aériennes de Filipendula ulmaria (L.) Maxim susbp. Ulmaria et susbp. Denudata. Pharmaceutica Acta Helvetiae. 1992. Vol. 67, no. 8, p. 218–222.

Peresun’ko, A. P., Bespalov, V. G., Limarenko, A. I. and Aleksandrov, V. A., 1993, [Clinicoexperimental study of using plant preparations from the flowers of Filipendula ulmaria (L.) Maxim for the treatment of precancerous changes and prevention of uterine cervical cancer]. Voprosy Onkologii.1993. Vol. 39, no. 7-12, p. 291–295.

Piwowarski, Jakub P., Granica, Sebastian, Zwierzyńska, Marta, Stefańska, Joanna, Schopohl, Patrick, Melzig, Matthias F. And Kiss, Anna K., 2014, Role of human gut microbiota metabolism in the anti-inflammatory effect of traditionally used ellagitannin-rich plant materials. Journal of Ethnopharmacology. 8 August 2014. Vol. 155, no. 1, p. 801–809.

J. H. Wirth, J. Craig Hudgins et J. A. Paice,”Use of Herbal Therapies to Relieve Pain: A Review of Efficacy and Adverse Effects,» Pain Management Nursing, vol. VI, n° 14, pp. 145-167, Decembre 2005.

H. Lévesque et O. Lafont,”L’aspirine à travers les siècles : rappel historique,» Revue Médicale Interne, pp. 8-17, 2000.

P. Iserin, M. Masson et J.-P. Restillini, Larousse des plantes médicinales identification, préparation, soins, Paris : Larousse, 2001.

M. Botineau, Botanique systématique et appliquée des plantes à fleurs, Paris : Editions TEC & DOC, 2010.

P. Trouillas, C.-A. Calliste, D.-P. Allais, A. Simon, A. Marfak, C. Delage et J.-L. Duroux, «Antioxidant, anti-inflammatory and antiproliferative properties of sixteen water plant extracts used in the Limousincountryside as herbal teas,» Food Chemistry, vol. 80, pp. 399-407, 2003.

Yoko Nitta, Hiroe Kikuzaki, Inhibitory activity of Filipendula ulmaria constituents on recombinant human histidine decarboxylase. Food chemistry. 2013. Vol. 138, no.2-3, p.1551/6.

Gorbacheva, A.V., Aksinenko, S. G., Zelenskaja, K.L., Nesterova, Iu V. And Pashinkii, V.G., 2002, Antiulcerogenic properties of infusion from the overground part of Filipendula ulmaria (L.) Maxim. 2002. Vol. 38, p. 114–119.

Cwikla, C., Schmidt, K., Matthias, A., Bone, K. M., Lehmann, R. And Tiralongo, E., 2010, Investigations into the antibacterial activities of phytotherapeutics against Helicobacter pylori and Campylobacter jejuni. Phytotherapy research: PTR. May 2010. Vol. 24, no. 5, p. 649–656.

Katanić J, Boroja T, Mihailović V, Nikles S, Pan SP, Rosić G, Selaković D, Joksimović J, Mitrović S, Bauer R

In vitro and in vivo assessment of meadowsweet (Filipendula ulmaria) as anti-inflammatory agent.J Ethnopharmacol. 2016 Dec 4 ;193 :627-636. doi: 10.1016/j.jep.2016.10.015. Epub 2016 Oct 6.

Kähkönen, M. P., Hopia, A. I., Vuorela, H. J., Rauha, J. P., Pihlaja, K., Kujala, T. S. and Heinonen, M., 1999, Antioxidant activity of plant extracts containing phenolic compounds. Journal of Agricultural and Food Chemistry. October 1999. Vol. 47, no. 10, p. 3954–3962.

Sroka, Z., Cisowski, W., Seredyńska, M. And Luczkiewicz, M., 2001, Phenolic extracts from meadowsweet and hawthorn flowers have antioxidative properties. Zeitschrift Für Naturforschung. C, Journal of Biosciences. October 2001. Vol. 56, no. 9-10, p. 739–744.

Shilova, I. V., Zhavoronok, T. V., Souslov, N. I., Novozheeva, T. P., Mustafin, R. N. and Losseva, A. M., 2008, Hepatoprotective properties of fractions from meadowsweet extract during experimental toxic hepatitis. Bulletin of Experimental Biology and Medicine. July 2008. Vol. 146, no. 1, p. 49–51.

Denev, Petko, Kratchanova, Maria, Ciz, Milan, Lojek, Antonin, Vasicek, Ondrej, Blazheva, Denitsa, Nedelcheva, Plamena, Vojtek, Libor and Hyrsl, Pavel, 2014, Antioxidant, antimicrobial and neutrophil-modulating activities of herb extracts. Acta Biochimica Polonica. 2014. Vol. 61, no. 2, p. 359–367.

Boziaris, Ioannis S., Proestos, Charalampos, Kapsokefalou, Maria And Komaitis, Michael, 2011, Antimicrobial effect of Filipendula ulmaria plant extract against selected foodborne pathogenic and spoilage bacteria in laboratory media, fish flesh and fish roe product. Food Technology and Biotechnology. 2011. Vol. 49, no. 2, p. 263.

Rauha, Jussi-Pekka, 2001, The search for biological activity in Finnish plant extracts containing phenolic compounds. Helsinki : University of Helsinki.

Produit(s) contenant de la reine des prés

Retour haut de page