Piloselle

Piloselle

Fiche de synthèse

Nom commun Piloselle
Autre(s) nom(s) Epervière, épervière piloselle
Nom(s) scientifique(s) Hieracium pilosella, Pilosella officinarum
Famille Asteraceae
Origine Europe, Asie occidentale
Partie(s) utilisée(s) Plante entière
Principaux actifs Composés phénoliques, flavonoïdes
Propriété(s) associée(s) Effet diurétique | Lutter contre les troubles urinaires légers | Pouvoir antioxydant

Qu'est-ce que la piloselle ?

La piloselle est une plante sauvage présente sur différents continents. Elle est commune en Europe et utilisée à des fins médicinales depuis le Moyen-Age. Aujourd’hui, elle est principalement employée comme plante diurétique pour soulager les troubles mineurs des voies urinaires. Les études lui attribuent toutefois d’autres vertus dont un pouvoir antioxydant, une activité antibactérienne et un effet dépuratif.

Origine, habitat et culture

Plusieurs origines géographiques sont attribuées à la piloselle tant cette plante est commune. Elle est présentée comme une plante indigène des îles britanniques, d’Europe et de l’Asie de l’ouest.

D’après les connaissances actuelles, il semblerait que cette plante soit utilisée à des fins médicinales depuis le début du Moyen-Age. Des preuves de son usage thérapeutique auraient également été retrouvées durant l’époque moderne. Au fil des siècles, la piloselle fut notamment employée pour lutter contre la grippe, la brucellose et les rhumatismes. On lui a également attribué une activité dépurative, diurétique, astringente et bactéricide.

Aujourd’hui, la piloselle continue d’être utilisée en phytothérapie mais son usage se limite essentiellement à son effet diurétique pour soulager les troubles urinaires légers.

Comme évoqué précédemment, la piloselle est une plante commune. Elle pousse notamment à l’état sauvage dans toute l’Europe et l’Asie occidentale, en ayant une préférence pour les sols secs et pauvres.

Origine_de_la_piloselle

Cette plante peut rapidement se développer : un pied de piloselle va donner naissance à de multiples autres pieds. Cela est dû à sa capacité à produire des stolons, des tiges secondaires aériennes rampantes. En ce qui concerne la récolte de la piloselle, elle peut être faite manuellement ou mécaniquement selon les cas. En phytothérapie, toute la plante va être utilisée.

Apparence, composition et format

La piloselle est une plante de petite taille mesurant généralement entre 10 et 15 cm. La piloselle présente une tige unique florale entourée de feuilles lancéolées, grisâtres et présentant des poils hérissés. Elle a des fleurs de couleur jaune pâle, dont le diamètre se situe entre 2 et 3 cm. Les fleurs de la piloselle laissent ensuite la place à des petits fruits cylindriques, ou plus exactement à des akènes. Ce sont des fruits secs qui portent une aigrette de poils blancs-gris, à l’instar du pissenlit.

En principe, la récolte de la piloselle consiste uniquement à récupérer les parties aériennes de la plante. Toutefois, cela est en réalité difficile en raison de la taille et de la forme de la plante. C’est pourquoi la piloselle est souvent récoltée puis employée dans son intégralité.

Après la récolte, la piloselle est mise à sécher avant de pouvoir être transformée sous différentes formes : poudre de plante sèche, extrait sec, teinture-mère… Certains de ces formats peuvent être ensuite employés pour l’élaboration de préparations spécifiques dont des infusions et des compléments alimentaires.

La piloselle doit ses vertus thérapeutiques à sa composition en principes actifs. Les chercheurs sont notamment parvenus à identifier :

  • des hydroxycoumarines dont de l’ombelliférone (aussi nommée umbelliférone ou 7-hydroxycoumarine) et de la skimmine (aussi nommée 7-hydroxycoumarine-7-glucoside) ;
  • des flavonoïdes dont des composés de la sous-famille des flavones comme la lutéoline et le cynaroside ;
  • des tannins ;
  • des triterpénoides comme des amyrines, du taraxérol ou encore du taraxastérol ;
  • des acides organiques dont de l’acide caféique et de l’acide chlorogénique ;
  • de la vitamine C.

Propriétés et effets recherchés

Proprietes_piloselle

Effet diurétique

La piloselle est aujourd’hui principalement préconisée pour son action diurétique, c’est-à-dire augmentant la production et l’élimination des urines. Elle peut ainsi être employée pour soulager les troubles mineurs des voies urinaires. Cet usage traditionnel est reconnu par l’Agence Européenne des Médicaments (EMA).

Pouvoir antioxydant

La piloselle renferme des flavonoïdes et des composés phénoliques connus pour leur fort potentiel antioxydant. Cela signifie qu’ils sont capables de s’opposer au stress oxydant, c’est-à-dire à l’accumulation d’espèces oxydantes hyper-réactives et néfastes pour la survie cellulaire. De cette façon, le pouvoir antioxydant de la piloselle peut contribuer à la protection de l’organisme et à la lutte contre le vieillissement prématuré des cellules.

Activité antibactérienne

La piloselle a été traditionnellement employée pour lutter contre certaines infections. Cette activité anti-infectieuse a pu être mise en évidence par une étude : les chercheurs se sont intéressés à l’efficacité de la piloselle contre des souches bactériennes communes ou particulièrement virulentes comme Escherichia coli, Streptococcus lactis, Salmonella typhimurium et Staphylocuccus aureus. Les tests ont montré que la piloselle présentait bel et bien une activité anti-bactérienne et était particulièrement efficace contre la salmonelle. Pour rappel, cette souche bactérienne est à l’origine de nombreux cas d’infections d’origine alimentaire. Les infections à salmonelles (salmonelloses) se manifestent généralement par une gastro-entérite.

Autres bienfaits potentiels

Il existe de nombreux autres usages traditionnels de la piloselle à l’étude. Par exemple, son usage dépuratif suscite l’intérêt pour soutenir les mécanismes d’élimination de l’organisme. Des études ont également déjà apporté des preuves de l’activité anti-inflammatoire, cardioprotectrice, antimutagénique et antiproliférative de la piloselle. Autrement dit, elle pourrait présenter des atouts pour lutter contre des problèmes cardiovasculaires, des maladies d’origine inflammatoire et certains types de cancers. Des études complémentaires sont attendus pour confirmer et mieux comprendre l’étendue des bienfaits de la piloselle.

Dosage et posologie

Posologie_piloselle

Il n’existe à ce jour aucune recommandation spécifique à ce sujet. Les dosages et les posologies préconisés s’appuient essentiellement sur l’usage traditionnel de la piloselle.

La posologie proposée peut se situer entre 500 et 1200 mg de poudre par jour. Ces variations dépendent des besoins de chacun, mais également des différents extraits proposés en supplémentation car tous n’ont pas la même teneur en principes actifs. Au moindre doute, un avis médical est recommandé.

Contre-indication, danger(s) et effet(s) secondaire(s)

Contre-indications : Depuis son premier usage thérapeutique au Moyen-Age, la piloselle n’est associée à aucun danger particulier. Toutefois, peu d’études cliniques ont été menées. C’est pourquoi, au regard de ses propriétés, cette plante est aujourd’hui contre-indiquée par mesure de précaution aux :

  • enfants de moins de 18 ans ;
  • femmes enceintes et allaitantes ;
  • patients souffrant de cardiopathies et de neuropathies sévères.

En cas de doute, il est recommandé de demander l’avis d’un professionnel de santé avant de démarrer une cure en piloselle.

Effets secondaires : A ce jour, aucun effet secondaire majeur n’a été répertorié lors de l’usage de suppléments de piloselle.

Associations suggérées

Effet diurétique : Thé vert, Canneberge, Reine des près

Informations complémentaires

La piloselle peut faire l’objet de nouvelles études scientifiques. Les résultats de ces travaux peuvent venir contredire ou compléter les informations de cette fiche. En cas de doute, il convient de se rapprocher d’un professionnel de santé.

Sources

RC. Wren, Potter’s New Cyclopedia of Botanical Drugs and Preparations, The C.W. Daniel Company Limited, Safron Walden, Essex 1998.

D. Beaux, J. Fleurentin, F. Mortier, Effect of extracts of Orthosiphon stamineus Benth, Hieracium pilosella L., Sambucus nigra L. and Arctostaphylos uva-ursi (L.) Spreng. in rats, Phytother Res, 1999, 13(3):222-225.

M. Gawrońska-Grzywacz, et al., Biological activity of new flavonoid from Hieracium pilosella L., Cent Eur J Biol, 2011, 6(3):397-404.

L. Stanojević, et al., Canadanovic-Brunet J, et al. Antioxidant Activity and total Phenolic and Flavonoid Contents of Hieracium pilosella L. extracts, Sensors (Basel), 2009, 9(7):5702-5714.

FM. Frey, R. Meyers, Antibacterial activity of traditional medicinal plants used by Haudenosaunee people of New York State, BMC Complement Altern Med, 2010, 10:64.

J. Bruneton, Farmacognosia: fitoquimica, plantas medicinales, 2nd ed, Acribia, Zaragoza, 1998.

J. Gruenwald, T. Brendler, C. Jaenicke, PDR for Herbal Medicines, 4th ed, Thomson PDR, Montvale, 2007.

RR. Paris, H. Moyse, Précis de matière médicale. Pharmacognosie spéciale dicotylédones (suite), Gamopétales, Vol 3, Masson & Cie, Paris, 1971.

J. Van Hellemont, Compendium de Phytothérapie, 1st ed, Association Pharmaceutique Belge, Brussels, 1986.

L. Bézanger-Beauquesne, M. Pinkas, M. Torck, F. Trotin, Plantes Médicinales des régions tempérées, Maloine S.A., Paris, 1980.

Committee on Herbal Medicinal Products (HMPC), European Union herbal monograph on Hieracium pilosella L., herba cum radice, European Medicines Agency, 5 Mai 2015.

Committee on Herbal Medicinal Products (HMPC), Opinion of the HMPC on a European Union herbal monograph on Hieracium pilosella L., herba cum radice, European Medicines Agency, 5 Mai 2015.

Committee on Herbal Medicinal Products (HMPC), Assessment report on Hieracium pilosella L., herba cum radice, European Medicines Agency, 5 Mai 2015.

Produit(s) contenant de la piloselle

Retour haut de page