Eucalyptus globulus

Eucalyptus globulus

Fiche de synthèse

Nom commun Eucalyptus globuleux
Autre(s) nom(s) Eucalyptus commun, gommier bleu, « fever tree » (arbre à fièvre)
Nom(s) scientifique(s) Eucalyptus globulus
Famille Myrtaceae
Origine Australie
Partie(s) utilisée(s) Feuilles
Principaux actifs eucalyptol (ou 1,8 cinéol)
Propriété(s) associée(s) Décongestionnant respiratoire | Antiseptique aérien | Anti-inflammatoire et antalgique

Qu'est-ce que l'eucalyptus globulus ?

L’eucalyptus commun, de son nom scientifique Eucalyptus globulus, est un arbre originaire d’Australie pouvant mesurer jusqu’à 70 mètres de hauteur. Il a eu divers usages au fil des siècles, mais le plus connu reste sans aucun doute son utilisation à des fins médicinales. L’huile essentielle extraite des feuilles d’Eucalyptus globulus est en effet devenue une référence pour soigner naturellement les affections respiratoires (bronchite, rhinite, pharyngite, grippe…). Elle est aussi reconnue pour soulager les douleurs rhumatismales et appréciée en diffusion pour purifier l’air intérieur.

Origine, habitat et culture

L’eucalyptus commun est un arbre faisant partie de la grande famille des eucalyptus qui compte, selon les revues, entre 500 et 800 espèces différentes. Son nom scientifique, Eucalyptus globulus, lui fut donné en 1796 par le médecin botaniste français Jacques Julien Houtou de la Billardière. Il fut le premier à en faire une description botanique précise au retour d’une expédition en Tasmanie, État insulaire d’Australie.

Originaire du continent australien, l’eucalyptus commun a au fil des siècles été introduit sur tous les continents et plus particulièrement dans les régions au climat méditerranéen ou subtropical. En Europe, il fut longtemps employé pour la production de la pâte à papier, mais il avait le désavantage d’assécher trop rapidement les sols. Cet inconvénient fut utilisé comme un atout dans d’autres régions du monde pour assécher les marais où se développent les anophèles, les moustiques vecteurs de la « fièvre du marais » plus connue sous les noms de paludisme ou de malaria.

Cet usage serait, selon certains auteurs, à l’origine du surnom « fever tree » (littéralement « arbre à fièvre » en français). D’autres auteurs expliquent que ce surnom viendrait plutôt de l’usage des feuilles d’Eucalyptus globulus dans la médecine aborigène pour soulager différents maux dont la fièvre.

Les aborigènes d’Australie furent en effet les premiers à percevoir les vertus thérapeutiques de l’eucalyptus commun pour la santé. Ils constatèrent que la sève pouvait servir à soigner des plaies, tandis que les feuilles avaient une efficacité redoutable contre la fièvre et les affections touchant les voies respiratoires.

Origine-eucalyptus-globulus

Au cours du XIXème et XXème siècles, les recherches scientifiques mirent en évidence l’existence d’une très puissante huile essentielle au sein des feuilles d’Eucalyptus globulus. Les chercheurs découvrirent ensuite la richesse de cette huile essentielle en 1,8 cinéol, aussi nommé eucalyptol, un principe actif auquel on attribue aujourd’hui une grande partie des bienfaits des feuilles d’Eucalyptus globulus.

Apparence, composition et format

L’eucalyptus commun (Eucalyptus globulus) est un grand arbre pouvant mesurer de 3 à 70 mètres de hauteur. Son tronc rectiligne et cylindrique peut atteindre un diamètre de 200 centimètres. L’écorce externe est lisse avec une couleur allant du blanc au gris. Celle-ci a la particularité de peler en de larges bandes, ce qui laisse apparaître l’écorce interne de couleur vert-brun.

On dit que l’eucalyptus commun est un arbre sempervirent, ce qui signifie qu’il dispose d’un feuillage persistant au fil des saisons. Les feuilles juvéniles sont très différentes des feuilles adultes.

Les feuilles matures ont une forme de faucille et une belle couleur verte. Elles sont étroites, alternes et d’une longueur de 15 à 35 cm. Les feuilles juvéniles sont quant à elles ovales, larges et couvertes d’une légère couche cireuse de couleur bleu-vert, qui doit d’ailleurs à l’arbre son surnom de « gommier bleu ». Il est appelé « gommier » car une gomme résineuse rouge s’écoule de son tronc lorsqu’il est blessé.

Les fleurs de l’eucalyptus commun sont dites apétales, c’est-à-dire sans pétales. Elles sont constituées d’une multitude d’étamines de couleur crème : ce sont des pièces florales constituées de longues et fines tiges, et d’une partie supérieure renflée contenant le pollen.

Avant la floraison, les étamines sont contenues dans une sorte d’étui fermé par un opercule aplati. Ce dernier tombe lorsque les étamines grandissent.

Apparence-eucalyptus-globulus

Enfin, les fruits de l’eucalyptus sont de grosses capsules de 1,5 à 2,5 cm de diamètre. A maturité, les fruits ont une couleur marron et s’ouvrent légèrement pour libérer de petites graines.

Ce sont les feuilles matures d’Eucalyptus globulus qui sont recherchées en phytothérapie. Elles sont utilisées fraîches ou séchées pour la préparation d’infusions ou de teintures. On trouve aussi à la vente des extraits solides et liquides, et l’huile essentielle d’Eucalyptus globulus qui est largement plébiscitée pour capitaliser sur les vertus des principes actifs.

Les feuilles de l’eucalyptus commun renferment 1 à 3 % d’huile essentielle. L’HE d’Eucalyptus globulus a la composition suivante :

  • eucalyptol (ou cinéol ou 1,8-cinéol) à 70-85 %
  • triterpènes
  • monoterpènes comme l’alpha-pinène et le limonène
  • sesquiterpènes comme l’aromadendrène
  • cétones
  • aldéhydes

Propriétés et effets recherchés

Proprietes-eucalyptus-globulus

Décongestionnant respiratoire (infusion, inhalation, diffusion, massage)

Les feuilles et l’huile essentielle d’Eucalyptus globulus sont particulièrement prisées pour leurs effets bénéfiques au niveau des voies respiratoires.

L’association du 1,8-cinéole (eucalyptol) et de l’alpha-pinène au sein de l’huile essentielle permet de capitaliser sur des propriétés antitussive, expectorante et mucolytique. Autrement dit, les principes actifs contribuent à fluidifier les sécrétions bronchiques, soulager la congestion nasale et calmer la toux.

En diffusion, en inhalation ou en massage, l’HE d’eucalyptus commun est idéale pour traiter toute sorte d’affections au niveau des voies respiratoires. Par exemple : les bronchites, la grippe, les laryngites, les pharyngites, les rhinites, la toux…

Antiseptique aérien (diffusion)

L’huile essentielle d’eucalyptus commun a aussi une action antiseptique idéale pour assainir l’air intérieur.

Activité anti-inflammatoire et antalgique (massage)

Diluée dans une huile de massage, l’huile essentielle d’Eucalyptus globulus peut être employée localement pour soulager des douleurs rhumatismales.

Autres bienfaits de l’huile essentielle

Au-delà des propriétés largement reconnues ci-dessus, d’autres effets sont également attribués à l’huile essentielle d’Eucalyptus globulus :

  • Stimulante et rafraîchissante
  • Positivante

Dosage et posologie

Pour une infusion, il est généralement conseillé de placer 1,5 à 3 g de feuilles d’Eucalyptus globulus dans une grande tasse d’eau chaude (150 mL). Jusqu’à 4 tasses peuvent être consommées par jour en cas d’affections respiratoires.

Pour une application par massage, l’huile essentielle d’Eucalyptus globulus doit impérativement être diluée entre 5 à 20 % dans une huile végétale. Le mélange dilué peut par exemple être appliqué au niveau du thorax ou de la nuque en cas d’encombrement des bronches.

En diffusion, quelques gouttes suffisent généralement à purifier l’air intérieur. Il est fortement conseillé d’associer l’huile essentielle d’Eucalyptus globulus à une autre huile essentielle plus douce comme celle de lavande fine. Il convient par ailleurs de se référer à la notice d’utilisation du diffuseur employé pour connaître la quantité exacte d’huile essentielle à utiliser.

Pour une inhalation, il convient de placer 5 gouttes d’huile essentielle dans un grand bol d’eau bouillante. Une inhalation d’1 à 10 minutes est idéale en cas d’affections respiratoires.

Un usage par voie orale n’est pas recommandé, hors avis médical contraire.

Contre-indication, danger(s) et effet(s) secondaire(s)

Contre-indications : En raison des puissants principes actifs qu’elle renferme, l’huile essentielle d’Eucalyptus globulus est contre-indiquée chez les femmes enceintes, les femmes allaitantes et les enfants. Elle ne doit pas être utilisée par les personnes présentant une hypersensibilité à l’eucalyptol (principal composant de l’huile essentielle). Un avis médical est requis pour les personnes asthmatiques.

Effets indésirables : Comme toutes les huiles essentielles, il convient d’utiliser l’HE d’Eucalyptus globulus avec la plus grande précaution. Elle doit systématiquement être diluée avant une application sur la peau. Un test de tolérance cutané dans le pli du coude est recommandé pour écarter le risque d’allergie. Un usage par voie orale de cette huile essentielle n’est pas approprié sans l’avis d’un professionnel de santé.

Précautions d’emploi : L’huile essentielle d’Eucalyptus globulus est très puissante. C’est pourquoi il est notamment conseillé de l’associer en diffusion avec d’autres huiles essentielles plus douces.

Associations suggérées

Affections respiratoires : Huile essentielle de ravinstara

Purification de l’air intérieur : Huile essentielle de lavande fine

Informations complémentaires

Les informations de cette fiche sont données à titre indicatif et ne peuvent en aucun cas se substituer à l’avis d’un professionnel de santé. En outre, de nouveaux travaux peuvent venir contredire ou compléter les informations de cette fiche. En cas de doute, il convient de demander conseil à un professionnel de santé.

Sources

Louppe, D., Oteng-Amoako, A.A. & Brink, M. (Editeurs), 2008. Ressources végétales de l’Afrique tropicale 7(1). Bois d’oeuvre 1. [Traduction de : Plant Resources of Tropical Africa 7(1). Timbers 1. 2008]. Fondation PROTA, Wageningen, Pays-Bas / Backhuys Publishers, Leiden, Pays-Bas / CTA, Wageningen, Pays-Bas. 785 pp.

Muller M-F. Huiles essentielles. Hachette Pratique. 2014. 96 pages.

Bardeau F. Les huiles essentielles. Fernand Lanore. 2009. 315 pages.

Committee on Herbal Medicinal Products (HMPC). Community herbal monograph on Eucalyptus globulus Labill., folium. 27 March 2012. EMA/HMPC/892618/2011.

Committee on Herbal Medicinal Products (HMPC). Community herbal monograph on Eucalyptus globulus Labill., Eucalyptus polybractea R.T. Baker and/or Eucalyptus smithii R.T. Baker, aetheroleum. 15 June 2013. EMA/HMPC/307781/2012.

Tijerina L. Native Plants, Roots, Herbs, and Mineral: The Healing They Provide Is God Sent. Dorrance Publishing. 2014. 60 pages.

Martinetti P. Mon guide des huiles essentielles. Fernand Lanore. 2013. 256 pages.

World Health Organization. WHO Monographs on Selected Medicinal Plants, Volume 2. World Health Organization. 1999. 357 pages.

Boukhatem, M.N., Ferhat, M.A., Kameli, A. et al. Eucalyptus globulus (Labill.) : un arbre à essence aux mille vertus. Phytothérapie (2017).

Bachir RG, Benali M. Antibacterial activity of the essential oils from the leaves of Eucalyptus globulus against Escherichia coli and Staphylococcus aureus. Asian Pacific Journal of Tropical Biomedicine. 2012;2(9):739-742.

Tohidpour A, Sattari M, Omidbaigi R, Yadegar A, Nazemi J. Antibacterial effect of essential oils from two medicinal plants against Methicillin-resistant Staphylococcus aureus (MRSA). Phytomedicine. 2010 Feb;17(2):142-5.

Sadlon AE, Lamson DW. Immune-modifying and antimicrobial effects of Eucalyptus oil and simple inhalation devices. Altern Med Rev. 2010 Apr;15(1):33-47.

Elaissi, A., Rouis, Z., Salem, N.A.B. et al. Chemical composition of 8 eucalyptus species' essential oils and the evaluation of their antibacterial, antifungal and antiviral activities. BMC Complement Altern Med 12, 81 (2012).

Vimalanathan, Selvarani. (2014). Anti-influenza virus activity of essential oils and vapors. American Journal of Essential Oils and Natural Products. 2. 47-53.

Saxena S, Uniyal V, Bhatt RP. Inhibitory effect of essential oils against Trichosporon ovoides causing Piedra Hair Infection. Braz J Microbiol. 2012 Oct;43(4):1347-54.

Silva J, Abebe W, Sousa SM, Duarte VG, Machado MI, Matos FJ. Analgesic and anti-inflammatory effects of essential oils of Eucalyptus. J Ethnopharmacol. 2003 Dec;89(2-3):277-83.

Worth H, Dethlefsen U. Patients with asthma benefit from concomitant therapy with cineole: a placebo-controlled, double-blind trial. J Asthma. 2012 Oct;49(8):849-53.

American Botanical Council. Herbal Medicine: Expanded Commission E. Eucalyptus oil. 2000. En ligne : http://cms.herbalgram.org/ (Consulté le 30/09/2020).

Produit(s) contenant de l'eucalyptus globulus

Retour haut de page