Goji

Goji

Fiche de synthèse

Nom commun Goji, baie de goji
Autre(s) nom(s) Baie du lyciet commun, baie du lyciet de Barbarie, baie du lyciet de Chine, fruit du bonheur, fruit de la jeunesse éternelle
Nom(s) scientifique(s) Lycium barbarum, Lycium chinense
Famille Solanaceae
Origine Chine
Partie(s) utilisée(s) Baie
Principaux actifs Polysaccharides, vitamines dont vitamine C, carotènes, minéraux
Propriété(s) associée(s) Activité antioxydante et anti-âge | Action neuroprotectrice | Effets tonifiants et immunostimulants

Qu'est-ce que le goji ?

Souvent présentées comme des « superfruits », les baies de goji sont des petits fruits utilisés depuis plusieurs millénaires dans la pharmacopée chinoise et tibétaine. Utilisées traditionnellement pour leurs vertus stimulantes et tonifiantes, les baies de goji ont fait l’objet de nombreuses études scientifiques ces dernières années.

Les chercheurs ont mis en évidence une composition exceptionnelle en antioxydants et en vitamines. C’est pour cette raison que ces petites baies sont aujourd’hui employées dans le monde entier comme agents protecteurs et toniques naturels.

Issus essentiellement du lyciet commun (Lycium barbarum), un arbuste originaire d’Asie, les baies de goji sont aujourd’hui cultivées et commercialisées dans de nombreuses régions du monde. En Occident, elles sont proposées sous la forme de baies entières séchées, de jus ou encore de compléments alimentaires.

Origine, habitat et culture

L’origine étymologique du mot goji vient du terme « Gou Qi Zi », qui signifie fruit du bonheur en chinois. Si ce nom a été proposé dans les années 1970 par l’ethnobotaniste nord-américain Bradley Dobos, la baie de goji est en réalité connue depuis plusieurs milliers d’années. Originaire d’Asie, cette baie provient d’un arbuste nommé lyciet commun ou lyciet de Barbarie (Lycium barbarum).

D’après certaines études, la baie de goji pourrait également provenir d’une autre espèce de lyciet : le lyciet de Chine (Lycium chinense).

Néanmoins, plusieurs chercheurs estiment qu’il est encore trop tôt pour affirmer que la baie du Lycium barbarum et la baie du Lycium chinense présentent les mêmes caractéristiques et les mêmes bienfaits. Des études complémentaires sont en cours pour éclaircir ce débat.

localisation goji

La baie de goji, ou baie du lyciet commun, fait partie de la pharmacopée asiatique depuis plusieurs millénaires. Elle est notamment utilisée pour ses vertus toniques et stimulantes au sein des médecines traditionnelles chinoise et tibétaine. La baie du lyciet commun est également utilisée à des fins thérapeutiques dans la médecine ayurvédique indienne. Il faut attendre les années 1990 pour que la baie de goji arrive en Occident grâce aux découvertes de plusieurs chercheurs. Ces derniers lui attribuent de nombreux bienfaits pour la santé, qui lui confèrent le statut de « superfruit ». Depuis son entrée sur le marché occidental, la baie de goji connaît un succès croissant et suscite l’intérêt de nombreux scientifiques.

Les baies de goji sont traditionnellement cultivées en Chine, en Mongolie et au Tibet. Etant donné la hausse de la demande pour le goji, les petites baies sont désormais cultivées dans d’autres régions du monde, notamment en Europe et en Amérique du Nord. Les baies commercialisées proviennent essentiellement de lyciets communs, dont la culture nécessite un climat tempéré, un bon taux d’ensoleillement et un sol alcalin et bien drainé.

Apparence, composition et format

Quand les conditions sont optimales, le lyciet commun peut mesurer jusqu'à 3 mètres de hauteur. Cet arbuste est dit rameux, c’est-à-dire qu’il pousse en formant de nombreux rameaux sur lesquels se développent des fleurs de couleur violette et des fruits à la couleur rouge-orangée. Ces derniers sont les célèbres baies de goji, qui sont récoltées entre août et octobre.

Les baies de goji sont petites, de forme oblongue et de couleur rouge-orangée. Le goji peut être consommé sous la forme de baies fraîches ou de baies séchées.

En raison de leur engouement croissant, ces baies sont désormais utilisées pour produire le jus de goji.

Elles peuvent également être réduites en poudre pour l’élaboration de compléments alimentaires naturels à base de baies de goji, disponibles sous forme de gélules.

La baie de goji doit son statut de « superfruit » à sa composition exceptionnelle.

illustration goji

Ces petites baies renferment en effet de nombreux nutriments et antioxydants dont :

  • des polysaccharides
  • des flavonoïdes comme le rutoside ou rutine
  • des acides phénoliques comme l’acide caféique et l’acide chlorogénique
  • des vitamines dont la vitamine C (acide ascorbique), la vitamine B1 (thiamine), la vitamine B2 (riboflavine), la vitamine B6, la vitamine B12 (riboflavine), et la vitamine E (tocophérol et tocotriénol)
  • 21 minéraux et oligo-éléments dont le fer, le zinc, le sélénium, le calcium, le phosphore ou encore le cuivre
  • des stérols végétaux comme le bêta-sitostérol
  • des caroténoïdes comme la zéaxanthine, la bêta-cryptoxanthine, le bêta-carotène et la néoxanthine
  • 18 acides aminés dont 8 essentiels comme le tryptophane et l’isoleucine

Propriétés et effets recherchés

propriétés goji

Activité antioxydante et anti-âge

Les baies de goji sont réputées pour leur richesse en antioxydants dont les vitamines C et E, les flavonoïdes, les caroténoïdes et les acides phénoliques. Toutes ces molécules contribuent à lutter contre les dommages causés par les radicaux libres induits par le stress oxydant. Grâce à leur activité antixoydante, ces molécules participent ainsi à la prévention du vieillissement prématuré de l’organisme. C’est pour cette raison que les chercheurs attribuent aux baies de goji un puissant pouvoir antioxydant et des effets anti-âge.

Action immunostimulante et anti-fatigue

En plus de leur richesse en antioxydants, les baies de goji sont souvent présentées comme des « superfuits » en raison de leur teneur élevée en vitamines, dont la vitamine C. La présence de cette vitamine confère aux baies de goji des propriétés anti-fatigue et des effets immunostimulants.

D’après plusieurs études, la stimulation du système immunitaire serait également renforcée par la présence de polysaccharides dans les baies de goji. Ces molécules seraient capables de stimuler la prolifération de globules blancs au niveau de la rate.

Effet neuroprotecteur

Plusieurs études ont montré que les baies de goji pourraient avoir des effets neuroprotecteurs. Les chercheurs ont notamment mis en avant l’activité protectrice des polysaccharides. Ces derniers permettraient de protéger les neurones contre la toxicité des peptides bêta-amyloide, dont l’agrégation est responsable de la survenue de plusieurs maladies neurodégénératives comme la maladie d’Alzheimer. D’après certains travaux, les polysaccarides du goji seraient particulièrement bénéfiques pour protéger les cellules ganglionnaires de la rétine, qui correspondent à un type de neurone présent dans la rétine.

Effets hypoglycémiant et hypolipémiant

Selon quelques études scientifiques, les baies de goji sembleraient également agir de façon positive sur les taux de glycémie, de cholestérol total et de triglycérides. Des tests ont révélé une amélioration des paramètres glycémiques et lipidiques en cas de diabète et d’hyperlipémie. Ces premiers résultats positifs ouvrent des perspectives prometteuses pour la prise en charge du diabète, de l’hypercholestérolémie, de l’obésité et du syndrome métabolique de façon globale.

Dosage et posologie

D’après les études menées à ce sujet, il faudrait une dose journalière entre 6 et 15 g de baies de goji séchées pour miser sur leur activité antioxydante et leur effet stimulant. Lors de l’usage de compléments alimentaires, cette dose journalière est souvent plus faible et dépend du type d’extrait utilisé.

En effet, ces suppléments nutritionnels sont généralement formulés à partir d’extraits standardisés en principes actifs, c’est-à-dire d’extraits présentant une concentration optimale en molécules actives. C’est pourquoi il convient de se référer au dosage et à la posologie proposés par les fabricants.

Contre-indication, danger(s) et effet(s) secondaire(s)

Contre-indications : Avant de commencer une cure de compléments alimentaires, il est conseillé aux femmes enceintes ou allaitantes de demander un avis médical. En cas de doute, il est toujours recommandé de se rapprocher d’un professionnel de santé.

Effets secondaires : A ce jour, la consommation de baies de goji n’a révélé aucun effet secondaire majeur. Néanmoins, certaines personnes peuvent présenter une allergie ou une intolérance à ces baies. En cas de doute, il est préférable de demander un avis médical.

Interaction(s)

A titre préventif, les baies de goji sont déconseillées aux personnes qui suivent un traitement médicamenteux à base d’anticoagulants comme la warfarine. Des interactions entre ces substances et les baies de goji pourraient survenir. Un avis médical est recommandé avant de démarrer une cure.

Associations suggérées

Antioxydant : Grenade, ail noir, açai

Anti-fatigue : Ginseng, gingembre

Immunostimulant : Shiitake, reishi

Informations complémentaires

Compte-tenu des nombreux bienfaits des baies de goji, celles-ci sont utilisées dans l’élaboration de nombreux produits dont des compléments alimentaires et des jus. Pour une efficacité et une sécurité optimales, il convient d’être vigilant à l’origine et à la qualité de ces produits. Il est notamment conseillé de vérifier l’absence d’OGM.

La baie de goji fait l’objet de nombreuses études scientifiques ces dernières années. De nouveaux résultats peuvent venir contredire ou compléter les informations de cette fiche. En cas de doute, il convient de se rapprocher d’un professionnel de santé.

Sources

Isabelle Bruno, Isabelle Boffelli, Le guide des aliments bien-être: 100 ingrédients et recettes inédites pour préserver sa santé, Hachette Pratique, 9 mars 2016 - 256 pages.

Sylvie Hampikian, Les baies, Marabout, 14 mars 2012 - 160 pages.

CC Wang, SC Chang, B. Stephen Inbaraj, BH Chen, Isolation of carotenoids, flavonoids and polysaccharides from Lycium barbarum L. and evaluation of antioxidant activity, Food Chemistry, vol. 120, 2010, p. 184-192.

Chang RC, So KF, Use of anti-aging herbal medicine, Lycium barbarum, against agingassociated diseases. What do we know so far? Cell Mol Neurobiol. 2008 Aug;28(5):643-52.

Kin Chiu, Hiu-Chi Chan, Sze-Chun Yeung, Wai-Hung Yuen, Sze-Yong Zee, Raymond Chuen-Chung Chang, Kwok-Fai So. Modulation of microglia by Wolfberry on the survival of retinal ganglion cells in a rat ocular hypertension model. J Ocul Biol Dis Infor. 2009 June; 2(2): 47–56.

Chan HC, Chang RC, Koon-Ching Ip A, Chiu K, Yuen WH, Zee SY, So KF. Neuroprotective effects of Lycium barbarum Lynn on protecting retinal ganglion cells in an ocular hypertension model of glaucoma. Exp Neurol. 2007 Jan;203(1):269-73.

Z. Chen, B. Tan, S. H. Chan, Activation of T lymphocytes by polysaccharide-protein complex from Lycium barbarum L., International Immunopharmacology, vol. 8, 2008, p. 1663-1671.

Q. Luo, Y. Cai, J. Yan, M. Sun, H. Corke, Hypoglycemic and hypolylipidemic effects and antioxidant activity of fruits extracts from Lycium barbarum, Life Sciences, vol. 76, 2004, p.137-149.

D. Yu, J. Wu, A. Niu, « Health-promoting effect of LBP and health Qigong exercice on physiological functions in old subjects », Carbohydrate Polymers, vol. 75, 2009, p. 312-316.

Yin J, Zhang H, Ye J. Traditional chinese medicine in treatment of metabolic syndrome. Endocr Metab Immune Disord Drug Targets. 2008 Jun;8(2):99-111.

Cheng J, Zhou Z-W, Sheng H-P, et al. An evidence-based update on the pharmacological activities and possible molecular targets of Lycium barbarum polysaccharides. Drug Design, Development and Therapy. 2015;9:33-78.

AY Lam, GW Elmer, MA Mohutsky. Possible interaction between warfarin and Lycium barbarum L. Ann Pharmacother October 1, 2001 vol. 35 no. 10 1199-1201.

Produit(s) contenant du goji

Retour haut de page