Millepertuis

Millepertuis

Fiche de synthèse

Nom commun Millepertuis, Herbe de la Saint-Jean
Autre(s) nom(s) Herbe à mille trous, Herbe percée, Pertuisane, Herbe aux piqûres, Chasse-diable, St. John’s Wort (anglais), Johanniskraut (allemand)
Nom(s) scientifique(s) Hypericum Perforatum L.
Famille Hypéricacées
Origine Afrique du Nord, Moyen-Orient, Europe et Asie occidentale
Partie(s) utilisée(s) Sommités fleuries (fleurs et jeunes feuilles)
Principaux actifs Hyperforine, adhyperforine et les naphtodianthrones
Propriété(s) associée(s) Aide à traiter les états dépressifs légers à modérés, l’anxiété, les dyspepsies et les troubles liés à la ménopause.

Qu'est-ce que le millepertuis ?

Le millepertuis est une plante herbacée vivace, connue sous le nom d’herbe de la Saint-Jean ou Chasse-diable, le millepertuis est utilisé depuis des siècles. Les usages traditionnels et les nombreuses études réalisées sur cette plante permettent de connaître relativement bien ses propriétés. En usage interne, elle permet de soulager les formes légères à modérées de dépression, les baisses de moral, ou encore les petits désagréments liés à la ménopause. Le macérât huileux est redoutable contre les plaies, les brûlures, les contusions ou les douleurs musculaires.

Les remèdes naturels sont souvent considérés comme inoffensifs : le millepertuis ne présente que de rares effets indésirables. Cependant c’est un puissant inhibiteur enzymatique donc la vigilance est de mise (cf. : Contre-indication, danger(s) et effet(s) secondaire(s))

Origine, habitat et culture

Le millepertuis de son nom scientifique hypericum perforatum, est une plante connue depuis l’Antiquité.

Au Moyen-âge, on consommait les sommités fleuries séchées par voie orale pour traiter différents maux : névralgie, troubles de l’humeur, insomnie, anxiété, crises d’hystérie…

La macération des sommités fleuries fraiches de millepertuis dans l’huile permettait d’obtenir un produit pour traiter les plaies cutanées. Henri Leclerc et Hippocrate préconisaient cette huile comme vulnéraire.

Le millepertuis était aussi à cette époque utilisé dans divers rituels ésotériques, en effet des bouquets étaient récoltés à la Saint-Jean, suspendus au plafond durant tout l’année pour se protéger contre le diable, chasser les mauvais esprits et les sorts… Les bouquets étaient ensuite brûlés à la Saint-Jean suivante. C’est pourquoi le millepertuis est appelé de “chasse diable ”.

localisation millepertuis

Originaire d’Europe, d’Afrique du Nord, du Moyen-Orient et d’Asie Occidentale, la plante s’est largement répandue à travers le monde, pourvu qu’il soit en zone sèche et ensoleillée, on la trouve facilement à l’état sauvage en bordure de chemin, dans les champs et les prairies …

Hypericum Perforatum vient du Grec “hypo ” qui signifie “sous ” et “ereikon ” qui signifie “bruyère ”, car la plante aime particulièrement pousser sous les bruyères.

Millepertuis vient du vieux français “pertuiser” qui signifiait “perforer”, en effet lorsque l’on observe les feuilles de millepertuis à la lumière celles-ci donnent l’impression d’être recouvertes de centaines de minuscules trous.

Apparence, composition et format

Le millepertuis est une plante herbacée vivace pouvant mesurer jusqu’à 1 mètre de haut. Ses feuilles sont petites et présentent de petits points noirs sur les bords qui sont en fait des poches sécrétrices d’hypéricine. Observée à contre-jour, la feuille semble être perforée, ce sont en fait de petites glandes translucides contenant l’huile essentielle qui lui donne cet aspect.

La fleur de millepertuis est jaune vif, elle possède 5 pétales, 5 sépales et de très nombreuses étamines.

Les sommités fleuries représentent la partie active de la plante, une fois récoltées, entre fin mai et fin juillet, elles seront séchées. Le pic de floraison du millepertuis a lieu aux alentours du solstice d’été, à la Saint-Jean, c’est de là que la plante tient son nom d’herbe de la Saint-Jean.

illustration millepertuis

Les principes actifs du millepertuis sont :

  • Les composés phénoliques : des tanins et des proanthocyanidols, des dérivés du phloroglucinol (hyperforine, adhyperforine, hydroperoxycadiforine) et des flavonoïdes (hypéroside, rutoside, quercétol, quercitrine, isoquercitrine)
  • Les naphtodianthrones : Ce sont des pigments rouges, principalement l’hypéricine et la pseudohypéricine (majoritairement). Ce sont les naphtodianthrones qui sont responsables de la coloration des petits points noirs présents sur le bord des feuilles.
  • L’huile essentielle : On peut extraire de 0,5 à 1 ml d’huile essentielle par kilogramme de plante. L’huile essentielle est localisée principalement dans le fruit, on en retrouve aussi dans les feuilles et en plus petite quantité dans les fleurs, les tiges et les racines. La teneur en huile essentielle dans les parties aériennes est plus importante en début et en fin de floraison.
formats millepertuis

On considère que les principaux composés actifs de la plante sont l’hyperforine, l’adhyperforine et les naphtodianthrones (responsables de la photo toxicité de la plante).

Le millepertuis existe sous différentes formes :

  • Sachet de fleurs séchées
  • Infusion
  • Teinture mère
  • Gélule (extrait de poudre standardisé)
  • Macérât huileux

Propriétés et effets recherchés

propriétés millepertuis

Antidépresseur

La dépression est une pathologie mentale complexe associant divers symptômes cliniques, il en existe plusieurs formes avec des degrés de gravité plus ou moins importants.

La physiopathologie exacte de la dépression n’est pas totalement élucidée, néanmoins on sait qu’elle est liée à une diminution des taux synaptiques des neurotransmetteurs : noradrénaline, dopamine et sérotonine.

Plusieurs études ont démontré l’efficacité du millepertuis sur les dépressions légères à modérées. Cette plante permettrait d’améliorer les taux synaptiques des neurotransmetteurs.

L’hyperforine est le composé le plus actif, cependant les extraits de millepertuis sont plus efficaces que l’hyperforine isolé : l’hyperforine agit donc en synergie avec les autres composés de la plante (hypéricine, hypéroside…).

Les nombreux essais qui ont comparé le millepertuis aux antidépresseurs de référence chez des patients présentant une dépression légère a modérée ont démontré une nette supériorité du millepertuis par rapport au placebo, et une équivalence par rapport aux traitements de référence de la dépression (ex : Prozac®, Deroxat®, Zoloft®…. ).

Il est important de signaler qu’en plus d’améliorer les symptômes dépressifs, le millepertuis est bien mieux toléré que les antidépresseurs de synthèse.

En Allemagne le millepertuis est largement prescrit par les médecins comme antidépresseur, mais aussi contre l’anxiété et les dyspepsies.

Troubles de la ménopause

Une étude versus placebo a été réalisée en Allemagne chez des femmes souffrant de troubles liées à la ménopause depuis au moins 3 mois (bouffées de chaleur, baisse de moral, prise de poids, fatigue, perte de la libido…). Pendant 16 semaines, le groupe témoin a pris un placebo et le groupe contrôle a pris un mélange de Millepertuis-Actée à grappes rouges.

L’étude a conclu que le mélange Millepertuis-Actée à grappes rouges était aussi efficace que le traitement hormonal substitutif mais sans les effets indésirables de ce dernier.

D’autres essais réalisées en Iran, au Québec et en Allemagne viennent confirmer ces résultats

Autres

L’EMEA préconise l’utilisation d’huile de millepertuis en usage externe pour traiter contusions, brûlures au premier degré (coups de soleil) la cicatrisation des plaies superficielles et myalgies (douleurs musculaires).

L’huile de millepertuis est recommandée en prévention et en traitement des brulures dues à la radiothérapie, mais aussi les troubles digestifs.

Dosage et posologie

posologie millepertuis

En France la posologie recommandée pour des médicaments ayant obtenu leur AMM (autorisation de mise sur le marché), varie entre 300 et 900 milligrammes d’extrait sec par jour.

Il est recommandé de débuter le traitement par 300 milligrammes d’extrait le matin et 300 mg le soir avant le repas, et d’augmenter progressivement si besoin.

L’effet positif ne se manifeste qu’après 10 ou 15 jours de traitement.

Contre-indication, danger(s) et effet(s) secondaire(s)

Le millepertuis est généralement bien toléré, cependant on peut parfois noter des réactions allergiques, de légers désordres gastro-intestinaux, des maux de tête, un sentiment de fatigue…

Il faut néanmoins préciser que ces effets indésirables ont généralement été observés à des doses supérieures à celles recommandées.

La renommée revue Cochrane a publié une méta-analyse concluant que les effets indésirables du millepertuis sont rares et mineurs, de plus ils sont inférieurs aux traitements de référence de la dépression.

  • Il est important de noter que le millepertuis est phototoxique (l’hypéricine et la pseudohypéricine sont les agents photosensibilisants) cependant on estime que les doses habituellement utilisées sont insuffisantes pour induire cet effet indésirable. Par précaution, il est préférable d’éviter de s’exposer au soleil durant la période de traitement ou de couvrir les zones exposées (notamment pour les peaux clairs).
  • En l’absence de données scientifiques il est recommandé aux femmes enceintes ou allaitantes de ne pas utiliser le millepertuis sans avis médical préalable.
  • Le millepertuis est déconseillé en cas de troubles bipolaires.

Interaction(s)

Le millepertuis est ce qu’on appelle un ”inducteur enzymatique“, c’est à dire que s’il est pris en concomitance avec certains médicaments, ceux-ci vont être dégradés plus rapidement entrainant :

  • soit une diminution ou une disparition de l’effet attendu
  • soit une augmentation de leurs effets indésirables

Ex : Le millepertuis est contre-indiqué avec les pilules contraceptives, les immunosuppresseurs (ciclosporine, tacrolimus…), les anticoagumants oraux (warfarine, fluindione…), la digoxine

Il est indispensable de demander un avis médical avant d’entamer un traitement par millepertuis afin d’écarter tout risque d’interactions médicamenteuses.

Associations suggérées

Troubles de l’humeur, légère dépression, dépression saisonnière, troubles du sommeil : Passiflore, Mélisse, Valériane, Rhodiola

Troubles de la ménopause : Sauge, Actée à grappes rouges

Informations complémentaires

Signaler systématiquement à votre médecin votre prise de millepertuis.

Ne jamais arrêter brutalement un traitement au millepertuis, il est conseillé de diminuer le dosage graduellement.

Sources

Hypericum perforatum-Monograph. Alternative Medicine Review. 2004, 9, 318-325.

Bruneton J., Les données de l’évaluation. Paris, Editions Tec & Doc, 2002, 81-96.

Bruneton J., Pharmacognosie, phytochimie, plantes médicinales. Paris, Editions Tec & Doc, 2009, 4ème édition, 523-531.

Busser, C. et E., Les plantes des Vosges Médecine et traditions populaires. Strasbourg, La Nuée Bleue, 2005, 160-162.

Daovy A., Le millepertuis, Actualités pharmaceutiques n°471, 45-47.

Garnier G., Bézanger-Beauquesne L., Debreaux G., Ressources médicinales de la flore française, Paris, Ed Vigot, 1961, tome 1.

Morel J-M. Phytothérapie et troubles psychiatriques : possibilités d’application avec le Millepertuis. La Phytothérapie Européenne. Novembre/Décembre 2005, 8-14.

Lawvere S. and Mahoney M. St. John’s Wort. American Family Physician. 2005, 72, 2249-2254.

Romagnesi, H, Weill, J. Fleurs sauvages de France et des régions limitrophes Paris, Bordas, 1986, p.140

Pharmacopée européenne Xéme édition

Guignard, JL, Dupont, F. Botanique : systématique moléculaire Paris : Masson, 2007

Iteipmai. Millepertuis Hypericum perforatum L., Chemillé, Iteipmai publications, 1998.

Linde K, Berner MM, et al. St John's wort for major depression. Cochrane Database Syst Rev. 2008 Oct 8;(4):CD000448. Review.

Linde K. St. John’s Wort – an Overview. Forsch Komplementmed. 2009, 16, 146-155.

Moreno R., Teng C., de Almeida K. and Junior H. Hypericum perforatum versus fluoxetine in the treatment of mild to moderate depression : a randomized double- blind trial in a Brazilian sample. Rev Bras Psiquiatr. 2005, 28, 29-32.

Melzer J., Brignoli R., Keck M. and Saller R. A Hypericum Extract in the Treatment of Depressive Symptoms in Outpatients : An Open Study. Forsch Komplementmed.2010,17,7-14.

Fintelmann V. et Weiss R.F., Manuel Pratique de Phytothérapie. Paris, Vigot, 2004, 280-284.

Rahimi R., Nikfar S. and Abdollahi M. Efficacy and tolerability of Hypericum perforatum in major depressive disorder in comparison with selective serotonin reuptake inhibitors : A metaanalysis. Progress in Neuro-Psychopharmacology & Biological Psychiatry. 2009, 33, 118-127.

Birt DF, Widrlechner MP, Hammer KD, Hillwig ML, Wei J, Kraus GA, Murphy PA, McCoy J, Wurtele ES, Neighbors JD, Wiemer DF, Maury WJ, Price Hypericum in infection: Identification of anti-viral and anti-inflammatory constituents.JP.Pharm Biol. 2009;47(8):774-782.

Identification of JAK-STAT pathways as important for the anti-inflammatory activity of a Hypericum perforatum fraction and bioactive constituents in RAW 264.7 mouse macrophages.Hammer KD, Yum MY, Dixon PM, Birt DF. Phytochemistry.2010 May;71(7):716-25..phytochem.2010.02.006. Epub 2010 Mar 18.

Roder C et al. Meta-analysis of effectiveness and tolerability of treatment of mild to moderate depression with St. John's Wort. Fortschr NeurolPsychiatr. 2004 Jun;72(6):330-43. German.

Butterweck V. Mechanism of action of St John’s wort in depression : what is known? Institute of Pharmacology and Toxicology, Universitatsklinikum Munster, Germany. CNS Drugs. 2003, 17, 539-562.

Szegedi A., Kohnen R., Dienel A. and Kieser M. Acute treatment of moderate to severe depression with hypericium extract WS 5570 (St John’s wort) : randomised controlled double blind non-inferiority trial versus paroxetine. BMJ. 2005, 330, 503- 507.

Lecrubier Y., Clerc G., Didi R. and Kieser M. Efficacy of St John’s Wort Extract WS 5570 in Major Depression : A Double-Blind, Placebo-Controlled Trial. Am J Psychiatry. 2002, 159, 1361-1366.

Fintelmann V. et Weiss R.F., Manuel Pratique de Phytothérapie. Paris, Vigot, 2004, 280-284.

Hudson, J. B., Lopez-Bazzocchi, I., Towers, G. H. (1991) Antiviral activities of hypericin. Antiviral Res 15: 101–112

Wood, S, Huffman, J., Weber, N., Andersen, D., North, J., Murray, B., Sidwell, R., Hughes, B. (1990) Antiviral activity of naturally occurring anthraquinones and anthraquinone derivatives. Planta Med. 56: 651–652

Weber, N. D., Murray, B. K., North, J. A., Wood, S. G. (1994) The antiviral agent hypericin has in vitro activity against HSV-1 through non-specific association with viral and cellular membranes. Antiviral Chemistry & Chemotherapy 5 : 83–90

Z. Ocak, M. Acar, E. Gunduz, M. Gunduz, K. Demircan, U. Uyeturk, T. Özlü

Effect of hypericin on the ADAMTS-9 and ADAMTS-8 gene expression in MCF7 breast cancer cells Eur Rev Med Pharmacol Sci, 2013 Vol. 17 - N. 9 Pages: 1185-1190

Emilio Russo, Francesca Scicchitano, Benjamin J. Whalley, Carmela Mazzitello, Miriam Ciriaco, Stefania Esposito, Marinella Patanè, Roy Upton, Michela Pugliese, Serafina Chimirri, Maria Mammì, Caterina Palleria and Giovambattista De Sarro Hypericum perforatum: Pharmacokinetic, Mechanism of Action, Tolerability, and Clinical Drug–Drug Interactions (pages 643–655)

Abdali K, Khajehei M et al. Effect of St John's wort on severity, frequency, and duration of hot flashes in premenopausal, perimenopausal and postmenopausal women: a randomized, doubleblind, placebo-controlled study. Menopause. 2010 Mar;17(2):326-31.

Grube B, Walper A et al. St. John's Wort extract: efficacy for menopausal symptoms of psychological origin.Adv Ther 1999 Jul-Aug;16(4):177-86.

Black Cohosh and St. Johns Wort for Climacteric Complaints: A Randomized Trial Uebelhack, Ralf MD1; Blohmer, Jens-Uwe MD2; Graubaum, Hans-Joachim PhD4; Busch, Regina MD4; Gruenwald, Joerg PhD4; Wernecke, Klaus-Dieter PhD3 Obstetrics & Gynecology: February 2006 - Volume 107 - Issue 2, Part 1 - pp 247-255

Al-Akoum M, Maunsell E, et al. Effects of Hypericum perforatum (St. John's wort) on hot flashes and quality of life in perimenopausal women: a randomized pilot trial. Menopause, 2009 Mar-Apr;16(2):307-14.

Fintelmann V. et Weiss R.F., Manuel Pratique de Phytothérapie. Paris, Vigot, 2004, 280-284.

Co-administration of St. John's wort and hormonal contraceptives: a systematic review.

Berry-Bibee EN, Kim MJ, Tepper NK, Riley HE, Curtis KM.

Contraception. 2016 Dec;94(6):668-677. doi: 10.1016/j.contraception.2016.07.010.

Pharmacokinetic interactions of drugs with St John's wort. Zhou S, Chan E, Pan SQ, Huang M, Lee EJ. J Psychopharmacol. 2004 Jun;18(2):262-76

St John's wort (Hypericum perforatum): drug interactions and clinical outcomes.

Henderson L, Yue QY, Bergquist C, Gerden B, Arlett P. Br J Clin Pharmacol. 2002 Oct;54(4):349-56.

Herb-drug interactions and mechanistic and clinical considerations. Chen XW, Sneed KB, Pan SY, Cao C, Kanwar JR, Chew H, Zhou SF. Curr Drug Metab. 2012 Jun 1;13(5):640-51.

Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des Produits de Sante. Risques liés à l'utilisation du Millepertuis [en ligne]. Saint-Denis : Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des produits de santé, 2000. Disponible sur : <http://ansm.sante.fr/S

Produit(s) contenant du millepertuis

Retour haut de page