Rhodiola

Rhodiola

Fiche de synthèse

Nom commun Rhodiola
Autre(s) nom(s) rhodiole, orpin rose, racine dorée, racine d’or, racine arctique
Nom(s) scientifique(s) Rhodiola rosea
Famille Crassulaceae
Origine Nord de l’Eurasie (Sibérie)
Partie(s) utilisée(s) Racine (rhizome)
Principaux actifs Rosine, rosarine, rosavine, salidroside
Propriété(s) associée(s) Effets anti-stress et anti-anxiété | Potentiel antidépresseur | Amélioration des performances physiques et intellectuelles | Réduction de la fatigue

Qu'est-ce que le rhodiola ?

La rhodiola, ou rhodiole, est une plante hors norme. Elle pousse à l’état sauvage dans des conditions extrêmes, notamment dans les montagnes de Sibérie. Sa résistance lui permet d’être  aujourd’hui qualifiée de plante adaptogène, c’est-à-dire capable d’aider l’organisme à combattre divers facteurs de stress. Après un grand succès en Russie, en Ukraine et dans les pays scandinaves, la racine de rhodiola est aujourd’hui utilisée en supplémentation dans le monde entier pour lutter contre la fatigue, le stress, l’anxiété et les troubles dépressifs. Elle a aussi fait ses preuves pour améliorer les performances physiques et intellectuelles.

Origine, habitat et culture

A l’origine, le terme rhodiola fait référence à un genre botanique regroupant près d’une centaine d’espèces différentes. Toutefois, il est aujourd’hui souvent utilisé pour désigner une espèce bien particulière : Rhodiola rosea. Celle-ci est connue depuis de nombreux siècles pour les bienfaits de ses racines. Leur utilisation thérapeutique était déjà mentionnée en 77 après J-C dans l’ouvrage Materia Medica du médecin et botanique grec Dioscoride. Au VIIIème siècle, les légendes racontent que les Vikings se préparaient des breuvages à base de Rhodiola rosea pour se donner du courage et augmenter leur force physique. D’abord perçue comme une plante magique, la rhodiole est aujourd’hui une plante médicinale reconnue dans plusieurs pharmacopées.

C’est à partir des années 1960 que la rhodiole va connaître un engouement international. Surnommée « racine d’or » ou « racine dorée », la racine de rhodiola fut rendue célèbre par des athlètes russes et ukrainiens qui l’utilisaient pour accroitre leurs performances physiques en amont des épreuves olympiques. Cette utilisation relança de nombreuses recherches qui permirent de mieux comprendre les propriétés de la rhodiole. Les chercheurs la qualifièrent de plante adaptogène en montrant qu’elle était capable de renforcer la capacité de résistance et d’adaptation de l’organisme, notamment en cas de stress, d’anxiété, de fatigue et de troubles dépressifs. Depuis cette découverte, la rhodiole connaît un grand succès aux quatre coins du monde.

localisation rhodiola

La rhodiola, ou rhodiole, est une plante vivace qui se développe sous la forme de buissons. Avant de susciter l’intérêt des sportifs et des phytothérapeutes, elle a d’abord intrigué les botanistes. La rhodiole a en effet la particularité de pousser dans des conditions extrêmes. Elle est présente à l’état sauvage dans les hautes montagnes rocheuses et sèches de l’hémisphère nord, notamment en Sibérie, Scandinavie, Islande et Alaska. Etant donné son succès en phytothérapie, la rhodiole est aujourd’hui aussi cultivée dans plusieurs pays eurasiatiques.

Apparence, composition et format

La rhodiole est une plante reconnaissable par ses boutons floraux roses vifs au printemps puis ses fleurs pommées jaunes en été. Toutefois, ce sont ses racines robustes et pâles qui présentent un fort intérêt en phytothérapie. En plus de renfermer de nombreux principes actifs, les racines de la rhodiole dégagent une délicate odeur de rose qui semblerait être à l’origine de son nom scientifique Rhodiola rosea.

Les principes actifs à l’origine des bienfaits de la rhodiole se concentrent dans ses racines. Les chercheurs ont principalement identifié six groupes de composés bioactifs :

  • les phénylpropanoïdes comme la rosine, la rosarine et la rosavine ;
  • les dérivés de phényléthanols tels que le salidroside (ou rhodioloside) et le tyrosol ;
  • les flavonoïdes comme la rhodioline, la rodionine, la rodiosine, l’acétylrodalgine et la tricine ;
  • les monoterpènes tels que la rosiridol et la rosaridine ;
  • les triterpènes tels que le daucostérol et le bêta-sitostérol ;
  • les acides phénoliques comme l’acide chlorogénique, l’acide hydroxycinnamique et les acides galliques.
apparence_composition_rhodiola

Il est aujourd’hui possible de trouver la rhodiole sous différents formats tels que la poudre, l’extrait de plante fraîche standardisé (EPS) ou encore l’extrait sec. Parmi ces formats, certains sont utilisés pour l’élaboration de préparations spécifiques dont les infusions et les compléments alimentaires de rhodiole.

Propriétés et effets recherchés

effets-du-rhodiola

Stress et anxiété :

Utilisée depuis plusieurs siècles, la rhodiola fait partie des premières plantes qualifiées d’adaptogènes. Cela signifie que ses propriétés permettent de renforcer la capacité de résistance et d’adaptation de l’organisme à divers facteurs de stress. L’usage d’extraits de rhodiole peut ainsi contribuer à améliorer la gestion de différentes formes de stress et d’anxiété.

Dépression :

Les propriétés adaptogènes de la rhodiola lui confèrent également un potentiel antidépresseur. Les études montrent qu’une supplémentation en rhodiole peut avoir des effets bénéfiques sur l’humeur, et ainsi contribuer à combattre les dépressions passagères ou latentes.

Performances physiques :

Rendue célèbre par des athlètes olympiques dans les années 60, la rhodiole a révélé à plusieurs reprises des résultats positifs sur les performances physiques. Les études montrent qu’elle contribue à améliorer la résistance musculaire en s’opposant au stress oxydant induit par l’effort physique, et favorise la libération d’énergie en augmentant la disponibilité du contenu en glycogène du muscle. Autrement dit, la rhodiole présente un intérêt pour les sportifs avant, pendant et après l’effort.

Fatigue :

La rhodiole est souvent présentée comme un stimulant et un tonique physique. Elle a fait ses preuves pour réduire la fatigue, en particulier celle liée au stress.

Vigueur sexuelle, troubles sexuels :

En Sibérie, il est coutume d’offrir des racines de rhodiole aux jeunes mariés juste avant leur nuit de noces afin qu’ils donnent naissance à des enfants en pleine forme. Les études montrent que les extraits de rhodiola peuvent avoir un certain effet aphrodisiaque et favoriser la vigueur sexuelle. Des résultats positifs ont également été obtenus pour lutter contre l’infertilité, l’absence de règles (aménorrhée), les troubles de l’érection et de l’éjaculation.

Performances intellectuelles :

Aujourd’hui, les suppléments de rhodiole sont plébiscités dans certains pays pour leurs effets sur les performances intellectuelles. Il semblerait qu’ils permettent d’augmenter la capacité de travail et les fonctions cognitives : la concentration, la mémoire, le calcul mental, ou encore la perception visuelle et auditive.

Autres bienfaits :

De nombreuses recherches ont été effectuées et sont encore réalisées sur les bienfaits de Rhodiola rosea. Parmi ces recherches, plusieurs suggèrent que cette plante aurait également une activité anti-inflammatoire, une action hypoglycémiante, des effets immunomodulateurs et un potentiel anti-âge.

Dosage et posologie

posologie-rhodiola

Il existe aujourd’hui une large gamme de suppléments de rhodiole. Attention toutefois au moment de l’achat, tous ne présentent pas la même qualité et le même dosage en principes actifs.

Selon certains standards de qualité, il est conseillé de préférer des extraits de rhodiole présentant les caractéristiques suivantes : 3% de rosavine et entre 0,8 et 1% de salidroside. Ces concentrations en principes actifs sont équivalentes à celles présentes naturellement dans la racine de Rhodiola rosea.

Avec les caractéristiques évoquées précédemment, la posologie usuelle varie entre 100 et 300 mg par jour. Il est conseillé de répartir cette dose journalière en deux prises, de préférence le matin et le midi avant le repas. La posologie peut toutefois varier en fonction des besoins de chacun, des conseils d’un thérapeute et des dosages proposés par les fabricants. En cas de doute, l’avis d’un professionnel de santé est recommandé.

Contre-indication, danger(s) et effet(s) secondaire(s)

Les extraits de rhodiole sont bien tolérés par l’organisme. Toutefois, étant donné leur composition en principes actifs, ils sont contre-indiqués par mesure de précaution chez :

  • les femmes enceintes ou allaitantes ;
  • les enfants ;
  • les sujets présentant des troubles bipolaires ;
  • les patients diabétiques ;
  • les personnes souffrant d’une maladie hépatique.

Aux dosages recommandés, aucun effet secondaire majeur n’a été répertorié lors de l’usage de suppléments de rhodiole. Une prise le soir est toutefois déconseillée pour éviter des troubles du sommeil, la rhodiole agissant comme un stimulant.

Avant de démarrer une cure en rhodiole, un avis médical est recommandé à toutes les personnes sous traitement médical.

Interaction(s)

Les principes actifs de la rhodiole peuvent interagir avec d’autres substances tels que :

  • des stimulants comme le café et le thé ;
  • certains médicaments, notamment ceux employés dans la prise en charge de l’hypertension artérielle et de l’insuffisance cardiaque.

Associations suggérées

Anxiété, stress : Passiflore, valériane, mélisse, aubépine

Performances sportives : Ginseng, cordyceps

Concentration : Guarana

Informations complémentaires

Les propriétés de Rhodiola rosea font encore aujourd’hui l’objet d’études scientifiques. A tout moment, de nouveaux résultats peuvent venir contredire ou compléter les informations de cette fiche. En cas de doute, il convient de se rapprocher d’un professionnel de santé.

Sources

R. P. Brown, P. L. Gerbarg, The Rhodiola Revolution: Transform Your Health with the Herbal Breakthrough of the 21st Century, Rodale, Nov 2005, 288 pages.

A. Cuerrier, K. Ampong-Nyarko, Rhodiola rosea, CRC Press, Dec 2014, 304 pages.

E. Small, P. M. Catling, Les cultures médicinales canadiennes, NRC Research Press, 2000, 281 pages.

J. Théallet, Le Guide familial des plantes qui soignent, Albin Michel, Fev 2016, 320 pages.

J. Houppe, Prendre soin de son coeur: Introduction à la psychocardiologie, Dunod, Juin 2015, 396 pages.

I. Boffelli, I. Bruno, Phytothérapie: L 'essentiel du bien-être au naturel, Hachette Pratique, Janv 2017, 256 pages.

S. Lacoste, Ma bible de la phytothérapie: Le guide de référence pour se soigner avec les plantes, Éditions Leduc.s, Sept 2014, 648 pages.

C. Gayet, Guide de poche de phytothérapie: Acné, ballonnements, migraines... Soignez-vous au naturel !, Éditions Leduc.s, Mars 2018, 176 pages.

R. Mary, 280 produits naturels pour se surpasser, Presses du Châtelet, Mars 2013, 288 pages.

B. Chemouny Soigner le stress par l'homéopathie et la phytothérapie, Odile Jacob, Oct 2012, 224 pages.

F. Millet, S. Berger, Ma petite herboristerie antistress, Marabout, Mars 2011, 64 pages.

F. Millet, S. Berger, Ma petite herboristerie minceur, Marabout, Mars 2011, 64 pages.

C. Gayet, M. Pierre, Ma bible des secrets d'herboriste: Le mode d'emploi des plantes dans tous leurs états, Éditions Leduc.s, Sept 2016, 504 pages.

J. D. Amsterdam, A. G. Panossian, Rhodiola rosea L. as a putative botanical antidepressant, Phytomedicine, Jun 2016, 23(7):770-83.

D. van Diermen, et al., Monoamine oxidase inhibition by Rhodiola rosea L. roots, J Ethnopharmacol, Mar 2009, 122(2):397-401.

A. Panossian, G. Wikman, J. Sarris, Rosenroot (Rhodiola rosea): traditional use, chemical composition, pharmacology and clinical efficacy, Phytomedicine, Jun 2010, 17(7):481-93.

F. T. Lee et al., Chronic Rhodiola rosea extract supplementation enforces exhaustive swimming tolerance, Am J Chin Med, 2009, 37(3):557-72.

S. C. Huang et al., Attenuation of long-term Rhodiola rosea supplementation on exhaustive swimming-evoked oxidative stress in the rat, Chin J Physiol, Oct 2009, 52(5):316-24.

Y. I. Kwon, H. D. Jang, K. Shetty, Evaluation of Rhodiola crenulata and Rhodiola rosea for management of type II diabetes and hypertension, Asia Pac J Clin Nutr, 2006, 15(3):425-32.

F. Khanum et al., Anti-inflammatory activity of Rhodiola rosea— « a second-generation adaptogen », Phytother Res, Aug 2009, 23(8):1099-102.

C. Niu, L. Chen, H. Niu, Antihyperglycemic action of rhodiola-aqeous extract in type1-like diabetic rats, BMC Complementary and Alternative Medicine, 2014, 14:20.

Produit(s) contenant du rhodiola

Retour haut de page